Sɩgaarã pa le sɛgd n le yũ zãma sʋk ye

Tõnd tẽngã pʋg ka, b kaoos n ninga no-rɩkr ning sẽn  gɩdgd  sɩgaarã yũub zama  wã zĩigẽ.  B  sagla sɩga-yũudbã wakat sẽn wogle, n wilg tɩ b na n sɩbga neb nins sẽn pa tũud  no-rɩkrã, la ket n ka naana ye. Rẽ n so tɩ kiba-kɩtb sull ning sẽn zabd ne tabã tɩ b boond tɩ « rezatã » taoor soab a Abdul Wahaab Nobre,  ne a Saalf Ninkɛɛm sullã b sẽn boond tɩ « reso » Afirik sẽn zabd ne tabã,  n le paas  komisɛɛr dãmbã sul sẽn naag taab n wilg tɩ sẽn sɩng ne masã tɛka, b na n kɩtame tɩ tabã yũub zamã wã sʋk sa Waogdg na-tẽngã pʋgẽ.
Sɩga-yũudb nins sẽn  kɩɩs  noorã, b na n yaoo ligd sõor sẽn sɩng ne tus a yiibu n tall n tãag tus a tãabo. Tʋʋmdã taoor dãmb wilgame, tʋʋm-kãnga na n dɩka wakat wooko, sẽn na n yɩlẽ tɩ sɩgaarã yũub boog  tẽn-bɛdã pʋsẽ.

A Antoand Desɩɩre Palingwẽnd WEDRAOOGO

Plus de cigarette dans les lieux publics

L’application de l’interdiction de fumer dans les lieux publics au Burkina Faso est entrée dans sa phase de répression depuis peu. Après la phase de sensibilisation qui a assez duré, place est désormais à la répression. En effet, le Réseau des Journalistes anti-tabac (REJAT) de Abdoul Wahab NOMBRE et celui de Salif NIKIEMA, coordonnateur du Réseau Afrique contre le Tabac (ACONTA), soutenu par l’équipe du commissaire chargé de la brigade anti-tabac, Fresnel ZONGO, ont affirmé leur engagement, de mettre fin à la consommation du tabac dans les lieux publics à Ouagadougou.Tout contrevenant pris en flagrant délit est exposé à une contravention allant de 10 000 à 15 000 F CFA. Aux dire des responsables en charge de cette lutte qui se veut désormais permanente, cette opération va continuer aussi longtemps que possible.

Antoine Désiré Palingwindé OUEDRAOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*