Bãngd yel-maandɩ n be, t’a meng ya tẽng tãndo

Bãngd ka kiid ye,  bãngd gõeeme, a gõeeme n tar wakat n nekdẽ. Yaa tɩ vaeesdb kẽer tikd seb-gʋnd fãa ne a gʋlsem nu-gãaga  n na n paam n bãng a sẽn tʋm tʋʋmd ning dũni zugu. Madaam Yorba  tʋma tʋʋma wʋsg sɛbã gʋlsg zĩigẽ, la tik-bɛd pʋse, n wilg a me sẽn mi la yɛl kẽer segd ne remsgo. Yel-kãens yaa: tõnd vɩɩmdgã la d zĩnd-n-taarã ne taab sʋka, kamba wubrẽ, tõnd burkĩndã, la d rog-n-mikã  koglgo. B ra ratame tɩ d tik d yaab-rãmbã sẽn tall yam ning n wub tõndã, bɩ tõnd  me rɩk rẽ n wilg kambã.

Rẽ n kɩte,  tɩ b yãk yam n na n gʋl sɛb wʋsgo. B ra gʋnda sɛbã n da n yiisi tɩ kẽ Lekollsẽ wã  la tõnd me vɩɩmã pʋga. Burkĩna Faso,  pagbã sʋka, a madaam Yorba yɩɩ pipi pag sẽn tags tɩ segdame la togda, tɩ b rɩk buudã gomde, n gʋls-a kaoreng sebre, n kẽes tõnd Lekollsã pʋga. B meng gʋlsa : «  kaoreng sebr pipi soaba, la kaoreng sebr a yiib soaba. Seb-kãens yaa sɛb sẽn tar koe-zutu (tɛm) na ta piig la a zak-zaka. Koe-zug ne a to sʋka, sũur gomd n be be. Tõnd sẽn wa n na n gʋls “Lekoll Bɩlẽngã” kaoreng sɛb yʋʋm a tãab la yʋʋm a naas karen-dotã karen-biis kaoreng sɛbã, tõnd yãka koe-zut na ta piig b sɛbã pʋgẽ. Yaa bũmb sẽn zoe n ya yõodo, tɩ bala, tɩɩgã b selã na n woma biisi.

Kaorengã sɛb poore, b gʋlsa sũur gomd sebr ne moore, tɩ b boond tɩ “kãndgre”.

B gʋlsa sebr yʋʋr sẽn boond tɩ “Nonglem yaa bãaga”. Seb-kãng yaa vɩɩmã pʋg ninsaalbã sẽn tõe seg zu-loees kẽere, n be sebrã pʋgẽ.  B gʋlsa seb-kãng n na n wilg b meng bi-puglã  t’a bãng tɩ ligd ne nonglem ka tũud taab ye. Nonglem yaa Wẽnd pʋlemde, la ligd yaa ned n baoode. Ned ka segd n dɩk ligdã n lʋɩs taoore, n yaool n baood kãadmã vɩɩm sõmblem a pʋgẽ ye. Ligdã belgda yãmb tɩ y vɩɩmd vɩɩm sẽn ka tar baasgo, wakat sẽn wat pʋgẽ.

Ligd ka tõe n deeg ninsaal sũur n tʋm wa sũurã meng sẽn datã ye. Seb-kãng yaa bool b sẽn boond tõnd zamaanã kom-pugli la a kom-dibli  tɩ b yi ligdã nonglem kãadmã pʋgẽ, la b gãd Wẽnd kũun nonglmã.

A ra le gʋlsda a vɩɩmã kaset sebr b sẽn boond ne “Farend tɩ Otobiyogarafi wã”. Seb-kãng yaa  ne Farende. Yaa sẽn na n wilg a kambã bãmb mengã sẽn nams namsg ning b vɩɩmã sor zugu. Kaorengã wakate, la bãmb sẽn mi n kẽnd n sõngd b baabã n kooda. Yaa sebr b sẽn da na n wilg b kambã tɩ b sak n tʋme n kõ b roagdbã.

B yɩɩ pag sẽn tʋm tõnd yaab-rãmbã vɩɩm sõmblem na lebg n wa a zĩigẽ. Madaam Yorba ra tara  tõnd yaab-rãmbã rog-n-mik : yel-bũna,  kibay, la b sɩɩlsã võor baoob ne sũuri. Sẽn na yɩl n kẽ a pʋgẽ n yiis seem sẽn n be, n sõng ne d kambã wubri. Wubrã na lebg n dɩk so-sõngo. B tol n kɩtame tɩ mam ra pʋgd-ba, tɩ d maand gẽesgo, la vaeesgo, kʋdemdã la rog-n-mikã wɛɛngẽ.

B wilgame tɩ bãmb getame tɩ vɩɩmã yõod   kẽeda moogo. Rũnda zamaanã kom-pugli wẽneg n kẽeda ne b ma-biisi, la b ba-biisi. Bãmb mi n kẽnga tigsga, n na n sõs ne kambã n wilg-b tɩ yaa wɩɩbdo. Bãmb sã n gom n tees zĩ-kãngã, kamb wʋsg yetame tɩ bãmb ka mi tɩ kisame ye. Bala, bãmb sẽn be yiri, yaa boto la b maand raar fãa. Wakat kẽere, ba rãmbã ne ma rãmbã kẽeda ne taab tɩ b kamba getẽ.  Sã n gome b yetame tɩ yaa nasaarensde. Bũmbã fãa segd n maana ne soolgo, tɩ burkĩndã kell paam koglgo.

Rũnd zugã ba rãmbã wubda n ka wilgd-b so-sõngo, b segd n tũ ye. Biig segd n wubame n wilg-a bũmb ning fãa, a roagdbã sẽn na n wa ka pẽ, tɩ biigã tõog n vɩɩmd a toor ne burkĩndi. Rẽnd vɩɩmã sẽn sãamd n kẽndã, b ratame tɩ tõnd lebg n leb d yaab-rãmbã sẽn  talla yam ning n wub b Kamba, n tɩ rɩk rẽ n kẽes Lekollsẽ wã.

 

  Bala, “tɩɩg remsdame t’a ket n ya polle”. Tags-kãng kɩtame tɩ tõnd tɩ d kẽn tẽns kẽer pʋg n sõs ne nin-kẽemba. Tõnd  da rɩka tõnd sẽn sõs ne b rãmbã goama, n na n wa kʋmb fãa tɩ zemse.

La moos maana b yel-bũndi:” ka-sõng ka tat zɛɛgẽ”  Madaam Yorba yam-yãkrã fãa rã ya b na kʋmb vɩɩmã nu-gãag tɩ fãa lebg n tũ taoore.

Ra yaa: yaab-rãmbã yel-bũnã, b sik-m-mengã,  b waoorã ne taaabã na b modg t’a lebg n wa a zĩige.

Tõnd sẽn seg taab d yaoolem sɛk n ka le yã taaba, yɩɩ gom-kãng zug la b sõs yã. Moos yeelame : «  tɩ  kɩllame la ka fik ye ». B basa kom-dili a tãab ne bi-pagba, yagense, la bi-pugla a yembre. Tõeeme tɩ b tʋʋmdã yamleoog kẽ biig ning t’a rɩk sɛbã n yiisi. Zʋgnall Rãamd taoor soabã ne a tʋm tʋmdbã pʋʋsda kiidã buud ne b zaamẽ ko-yũudu. Wẽnd na maag tẽng tɩ b gãande, Wẽnd na gʋʋl b sẽn base.

Pẽgdwẽnde Erik Zĩnaaba.

Hommage à une femme gardienne de la tradition et de la culture

 Un écrivain ne meurt jamais, il dort et de temps à autre, il se réveille. Ce fait est accepté par tous ceux qui ont fait de la recherche à un moment donné sur les hommes de lettres, car ils découvrent toujours à postiori ce que ces gens laissent comme contribution à l’humanité. Madame YOROUBA a beaucoup contribué pour l’édition de livres, participé à des rencontres de haut niveau, donné son point de vue sur des changements à opérer pour l’amélioration de l’éducation. Au nombre des thèmes qu’elle aimait aborder, on peut citer : la vie et la solidarité familiale, l’éducation, l’intégrité et la sauvegarde de la culture et de la tradition. Son désir ardent était de redécouvrir et de valoriser certaines pratiques ancestrales capables de nous aider pour l’éducation des générations futures.

C’est pour cette raison qu’elle a entrepris de d’écrire plusieurs documents et de les éditer. Elle faisait des publications à destination des écoles mais aussi pour ses lecteurs en général. Parmi la gent féminine du Burkina Faso, Madame YOROUBA est la pionnière qui ait pensé qu’il était indispensable d’introduire les langues nationales dans l’enseignement. Elle a ainsi contribué à la publication des documents suivants utilisés dans les écoles: premier livre de lecture, deuxième livre de lecture. Ces deux documents contiennent une dizaine de thèmes. Entre les différents thèmes, on retrouve des poèmes. Lorsque nous avons voulu éditer le manuel « Ecole Bilingue », pour la troisième et la quatrième année, nous y avons extrait plus d’une dizaine de thèmes dedans. C’était déjà une démarche louable, car l’arbre commençait à porter des fruits.

A part les documents didactiques, elle a à son actif un recueil de poèmes non encore édités dont le titre est « kandgre ».

Parmi ses œuvres non encore publiées figure aussi « L’amour est telle la maladie ». Cet œuvre nous dépeint les difficultés que l’on peut rencontrer dans notre vécu quotidien. Elle voulait sensibiliser sa fille à se départir de l’argent dans la recherche du vrai amour. En effet, l’amour vient de Dieu alors que l’argent, on peut le rechercher et l’accumuler, mais l’on ne doit pas considérer l’argent plus que l’homme.

L’argent ne peut pas se substituer au cœur de l’homme et mener les actions que celui désire convenablement. C’est un appel qu’elle lance aux jeunes mariés pour qu’à juste raison, ils sachent maintenir la bonne distance entre amour et recherche de bien être financier.

Parmi ses œuvres, on peut compter une autobiographie, écrite en langue française et destinée à montrer à sa progéniture, comment des difficultés, elle a pu s’en tirer pour mener aujourd’hui une vie plus paisible. L’objectif était de sensibiliser la progéniture pour qu’elle mette tout en œuvre pour la satisfaction des parents en termes de bien-être.

Les œuvres non éditées ainsi que toutes les recherches que j’ai eu la chance de mener avec madame YOROUBA, étaient destinées à montrer aux générations futures l’importance et le rôle de la parenté et de la famille.

C’est une femme qui a beaucoup œuvré pour une meilleure compréhension et une valorisation des haut-faits de nos ancêtres. Mme YOROUBA était très imprégnée de la tradition : proverbes, contes, adages. Son désir ardent était d’en faire une vulgarisation adéquate pour mieux éduquer les générations futures avec cette ambiance. Elle m’avait associé à une série de collecte sur le terrain, de recherche sur la tradition et culture.

Selon son appréciation, la génération actuelle s’égare parce qu’elle ne prend pas appui sur sa tradition, ni sur sa culture. Beaucoup de jeunes se marient sans vérifier qu’ils ne le font pas avec des parents proches ou éloignés. Au cours de ses rencontres, elle s’évertue à leur montrer que c’est le déshonneur. Quand souvent elle les questionne, ils reconnaissent ne pas savoir qu’il y a des interdits car chez eux, c’est la pratique qui est en cours actuellement. Des enfants surprennent leurs parents en train d’avoir des relations sexuelles. A vouloir évoquer le sujet, on dit que c’est la modernité. Pourtant tout doit se faire dans la discrétion pour garder l’intégrité chère à tous.

De nos jours, c’est à cause de comportements sociaux déshonorants qu’ils n’ont pas eu l’opportunité de connaitre le droit chemin. On ne doit pas s’amuser avec l’éducation d’un enfant. Elle doit être telle qu’il puisse connaitre le bien et le mal et qu’il privilégie l’intégrité. Si de nos jours on accuse certains comportements dans nos sociétés, c’est que nous n’avons pas pu capitaliser les bonnes méthodes d’éducations que pratiquaient nos grands-parents et nos parents.

Comme dit le proverbe : « On dresse un plant pendant qu’il est toujours jeune ». Pour poursuivre cet idéal, nous avons rencontré beaucoup de personnes du troisième âge dans différentes localités que nous avons interrogées et avons recueilli les paroles qui étaient en exploitation pour la sortie d’un ouvrage.

Un proverbe affirme encore : « le bon grain n’atteint pas l’endroit où il sera égrainé ». En effet, le désir ardent de madame YOROUBA était de partager les bonnes pratiques ancestrales pour aider les générations actuelles à retrouver le bien-être d’autrefois.

Valoriser les contes et proverbes de nos ancêtres, montrer humilité et leur respect mutuel, était l’objectif des recherches que poursuivant cette brave dame.

Notre dernier entretien portait sur les mêmes thématiques. En effet, le proverbe dit : « c’est pencher mais ce n’est pas tomber à terre ». Elle laisse derrière elle, trois garçons et des belle–filles, des petits-enfants et une fille. Notre souhait est que l’un des enfants puisse publier un jour les œuvres produites par la maman.

Le directeur de publication du Journal en ligne Raamde, ainsi que ses collaborateurs présentent leurs condoléances les plus attristées à la famille éplorée. Puisse Madame YOROUBA reposer en paix et qu’elle veille sur les siens qu’elle a laissés.

Eric P. ZINAABA

3 commentaires à propos de “Bãngd yel-maandɩ n be, t’a meng ya tẽng tãndo”

  1. Je vous remercie bcp d’avoir fait hommage a ma maman.elle était tout pour moi.mais,ma famille et moi on vs promet de continuer l’oeuvre de notre maman avec votre aide bien-sûr .merci grandement

    • C’est tout à fait normale pour nous!
      Elle fut et sera toujours notre maman aussi, elle ne cessait de nous encourager d’aller de l’avant dans notre travail.
      Elle fut une vraie combattante dans la lutte contre l’analphabétisme. Promotrice de notre langue nationale et de la culture.
      Merci de nous rassurer pour la continuité de ce qu’elle nous a laissé comme trésor

      Wẽnd na maag tẽng t’a gãande, arzãn malɛk rãmb na reega sãando!
      Mogd sõng na mok a poore n basa neng t’a gesa sõmb dãmba!

      y barka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*