Burkĩna Faso ket n be zabr zugu ne kom-pugli wã bãongo

Ministɛɛr ning sẽn get pagbã, nin-buiidã naag taab n vɩɩmdã la zagsã yell yãka sẽoog kiuug rasem 10 yʋʋm 2018 soabã n na n zab ne kom-pugli wã bãong kẽesg Burkina Faso wen-vɩɩs a naasã ƭãa pʋgẽ. Rõanda yʋʋmdã yaa Maanga, Zũndweoog porvẽesã pʋg la b yãk yã, n maan tigsga, n na n tilg b zabrã tãpo. Yʋʋm 2018 yʋʋmdã,  tigsg gom-zug yaa «komind dãmbã taoor dãmba la kom-bɩɩbã lʋɩɩs b toog n zab ne kom-pugli wã bãongo la ƴõ-wẽgd buud a taab sẽn ket n be Burkĩna Faso wen-vɩɩsã a naasã pʋgẽ».

Kibarã yii pagbã Ministɛɛrẽ

Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision

Le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille célèbre ce jour 10 juillet 2018 à Manga, la journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision. Cette année, le thème retenu est : « l’implication des élus locaux et de la jeunesse pour mettre fin aux mutilations génitales féminines (MGF) au Burkina Faso…

Source: Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale et de la Famille

Une réponse à “Burkĩna Faso ket n be zabr zugu ne kom-pugli wã bãongo”

  1. En contribution à votre article : plasticienne engagée, j’ai réalisé une oeuvre sur le sujet des mutilations sexuelles intitulée « Infibulation », que j’ai pu présenter à 400 lycéens français pour la Journée des Femmes 2018. Le dialogue fut incroyable avec des élèves qui découvraient cette pratique barbare.
    Quand l’art permet de parler directement des MGF et d’ouvrir le débat. Cette série a aussi été exposée dans un centre de planification familiale avec une soirée conférence/débat.

    A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/blog-page.html

    Mais aussi une oeuvre plus pudique intitulée « Noli me tangere » sur l’inviolabilité du corps de la femme : https://1011-art.blogspot.fr/p/noli-me-tangere.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*