A Zefɩɩrẽ DIABRE le lʋɩɩ « IPESE » (UPC) wã taoore

Sẽn kẽed ne « IPESE » (UPC) naoor a yiib soab tik-kasenga,  b maan-a-la sẽoog kiuug rasem 21 n a rasem 22 yʋʋm 2018 soabã Waga deemill balã zakẽ.   « IPESE » wã  pagtɩ tãb-biis kõ a Zefɩirẽ DIABRE sɩda, n  le yãk-a t’a na n lʋɩ pagtɩ wã taoore. A Zefɩɩrẽ Gɛbr yaa naam kɩɩsdbã sull taor soaba, a tara yʋʋm 58. Yaa yʋʋm 2010 yʋʋmdã  la a zĩng « IPESE » wã Burkĩna Faso . Yʋʋm 2015 yʋʋmdã, “IPESE” yãka a Zefɩɩrẽ t’a naaga baob naamã. Wakat-kãnga, a pʋgla yiib soab zĩigẽ. Tik-kasenga a yiib soabã pʋgẽ, a wilgame “mam wʋma yãmb boollã  rẽ n kɩt tɩ m na n le zã pagtɩ wã ta paam pãnga”.  “IPESE” naabã sẽn wilg woto wã, nin-buiidã naaga taab n wẽ nug pogse. Pagtɩ wã taoor soab kell n zẽk a koɛɛg n pẽg  a tãb-biisã b sẽn sak n yi wʋsgã yĩnga. A wilgame tɩ b kɩs-a sɩda, la a b yãag-a ne pʋ-peelem yʋʋm 2020 yʋʋmdã sẽn watã.

Sɩd kɩseng sã n zĩndi na n  zemsame, bala, rũnda  nin-buiidã  wilgda b sũ-sãang ne tẽnga arzɛk sẽn pa nafd nin-buiidã. Sẽn sɩng ne a Bɩlɛɛs Kõmpaoor naamã lʋɩɩs yʋʋm 2014 yʋʋmdã. A  Zefɩɩrẽ wilgame tɩ yẽ raab yaa  « IPESE » pagtɩ  reeg Kosyam  yʋʋm 2020  sẽn watã. « Ipese » pagti  tãb-biis tagsdame tɩ sẽn zãad-b naamã  kell n pa a Bilɛɛs Kõmpaor naamã na-kẽndr zugu. A Zefɩɩrẽ Giɛbr ra zĩnda a Bilɛɛs Kõmpaoor gofneema pʋg n yɩ minisri.

Rẽ poore, a basa a Bilɛɛs Kõmpaor gofneema n tɩ tʋm Fãrens tʋʋm-noor a ye b sẽn boond tɩ « AREVA ». « Ipese » pagtɩ wã tara depite rãmb 33, bãmb 13 n welg n maan b sull toore. B wilgame tɩ bas -yard pa be Ipese wã pagtɩ  pʋg ye.

2ème congrès de l’UPC : Zéphyrin Diabré reconduit à la tête du principal parti d’opposition

 

Le président de l’Union pour le progrès  et le changement (UPC), Zéphyrin Diabré, a été reconduit dimanche à la tête du  principal parti d’opposition burkinabè en vue de l’élection présidentielle de  2020.Chef de file de l’opposition politique, Zéphyrin Diabré, 58 ans, a fondé en  2010 l’UPC, parti avec lequel il avait terminé deuxième lors des élections  législatives et présidentielle en 2015, derrière l’actuel président Roch Marc  Christian Kaboré. « J’ai entendu votre appel (…) Je suis prêt à conduire encore quelques  années la destinée du parti », a déclaré M. Diabré sous les acclamations des  militants réunis depuis vendredi au Palais des sports de Ouagadougou, la  capitale burkinabè.M. Diabré s’est félicité de la « mobilisation » et de la « vitalité » des  militants lors de ce deuxième congrès de l’UPC. Il a plaidé pour que « le vrai changement soit une réalité au Burkina Faso  en 2020 », alors que bon nombre de Burkinabè se disent déçus par le manque  d’avancées économiques et sociales, notamment, depuis la chute du régime de  Blaise Compaoré en 2014.M. Diabré a fixé le cap: « que notre parti soit installé à Kossyam en 2020 ».L’UPC estime que les dirigeants actuels, qui ont rejoint l’opposition un an  avant la chute de Compaoré, ne font que perpétuer les « mêmes pratiques »  apprises auprès de l’ancien président.M. Diabré est lui-même un ancien baron du régime Compaoré. Plusieurs fois  ministre, il avait démissionné du gouvernement pour le secteur privé,  travaillant notamment pour le groupe nucléaire français Areva.Principal parti d’opposition, l’UPC compte 33 députés, dont treize ont  claqué la porte du groupe parlementaire, dénonçant un manque de démocratie en  interne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*