Sẽn pɩnd buudã fãa ka sãnem ye

1- Yɩl n yɩ tẽng-n-bi-tɩrga, yaa tõog n tʋm tɩ tẽngã nin-buiid naag taab n tags tags-yende, la b bãnge, tɩ b fãa « yaa peoog a yembr ki ». D fãa « yaa nemd ne a zũya ».  Tõnd fãa sẽn ya tẽngã kamba, d segd n yãk yam-beed buud toor-toor sẽn pid d  sũya, la d naag taab yam a ye, la sũur a ye. Tõnd  sã n ka bao d kambã, la d yagensã beoog neere, d vɩɩmã ne taab ka tobd n kẽnd taoor ye. Yɩl n paam yam la a minim n vɩɩmd zamaanã pʋg ne zɩɩr yaa bũmb sẽn segd ne burkĩn-bila.

La rẽndame tɩ fo paam ba-wubdg zamaanã pʋgẽ. Ba, bɩ ma sẽn na n sak n wub-f ne pʋ-peelem, wa a meng bi-roko. Ba sẽn na  n sak n yãk nin-zoeer a zugẽ, la a yɩ tẽeg-tɩrg soaba, n tall saglg n toglg biig a beoog vɩɩmã sõmblem wɛɛngẽ. Rũndã, Burkĩna Faso tẽngã zãadb ne a dĩin dãmbã taoor rãmba, rog-n-mik yel-gɛtba, b fãa naaga taaba, n daaga kambã n bas ne zamaanã. Zamaan ning tõnd sẽn vʋɩ a soab pʋg rũnda wã, a ka le be so-sõng zug wa d yaab-rãmb wẽndẽ ye. D sã n zoe n ges ne yam, d neeme tɩ yiib zĩig kae ye.

Tẽng-n-biilmã bɩ vɩɩmdgã ne taab zamaanã pʋgã, a lebga bãag tõnd Burkĩna Faso la Afirk tẽns pʋsʋka. Zama wã fãa  basa b na wub kambã, nin-buiidã ne taab sʋka, tɩ b wa tõog n yɩ tẽng-n-bi-tɩrse, n dɩk kambã n bas ne Wẽnd dotã la Lekollsã. Biig ka tõe n wub Wẽnd doog pʋg la Lekollẽ, tɩ bi-kãng tõog n yɩ ned sẽn na n tʋm tɩ zamaan gãand bãan ye. Wẽnd dotã la Lekollã  pʋs bal ka sek biig na yi n bãng sẽn be buudã ne taab vɩɩmdg pʋg ye. Zĩ-kãens yaa zĩiga neb nins sẽn wa tʋʋmdã tõnd sʋkã, sẽn gãneg b  yam sẽn na yɩl n welg tõnd ne taaba, tɩ bãmb raabã pidi. B sigla b tʋʋmdã n gẽesd bũmb a pʋgẽ.

Sẽn wa-a ne Wẽnd doogã, yaa yẽ n wa ne Lekollã. Rẽnd b tara b tʋlsem tʋʋmdã pʋga.

Nasaara wã raab  ya a na mao tɩ bũmb ning sẽn mobg tõnd ne taab tɩ d tar pãngã sa. Rẽ sã n sa, lebga tõnd zoe n tɩ rell yẽnda a nasaara. Tõnd ka kis dĩin ba a ye, la dĩinã dãmbã ne taab sʋka, zĩnd-n-taar na-kẽnd-sõng makr ka be ye. Bãmb mensã sẽn da segd n mogb taab wa noaag ne a kambã,  bãmb meng welga tɩ sʋtãanã na n  paam pãnga. Sẽn pak nin-sabls tẽnsẽ Wẽnd dotã taoor dãmba, ya b sagl kambã tɩ b wʋk gũudum nins yaab-rãmbã sẽn tall n gũ buuda, la a  tẽngã n lobe. Wakat buud fãa, yaa : «  bas-y rog-n-mikã la y pʋg Wẽnde ». Rog-n-mikã yaa bũmb ning sẽn mobg tõnd ne taaba, tɩ vɩɩmã sakdẽ wã yaa yẽ la rog-n-miki. Rog-n-mikã pʋg vɩɩm, yaa bũmb sẽn kɩtd tɩ biig bãnge, m saamb ya a zagla, m kẽem ya a zagla, m yao ya a zagla.

Sã n yet tɩ rog-n-miki, Moos tẽnga, yaa nin-buiidã vɩɩmdg ne taab pʋgẽ, waoore,  sik-m-menga, ninbãan-zoeere, taab nonglem, la to yĩn-sĩdga. Biig sã n dog n ka yã wub-kãnga, a ka tõe n yɩ burkĩna, a leb n ka tõe n yɩ tẽng-n-bi-tɩrg ye.

Dĩinã rãmb segdame   n lebg n wilg nin-buiiddã tɩ b gãd  taaba, la kogl zĩnd-n-taare, la naag vɩɩmde ne taab tẽnsã pʋse. B wilg-b tɩ b bãnge,  tɩ fo sã n dat n maan bũmbu, f segd n sʋka neb a yiibu, a tãabo. Ade : « mam dat n maana woto, ne m saamb a zagla, bɩ m pʋgdba, wall m yaaba, bɩ m yasba. Rẽ yĩnga, segdame »? Sã n ka segda, neb a tãab bɩ a naasã fãa ka tõe n sak n daag biigã n bas t’a kẽ moog ye. Wubrã na-kẽnd-kãngã yaa wubr na-kẽndr tõnd sẽn da segd n gãde, n kẽes-a Wẽnd dotã la Lekollsã pʋse.

Sẽn na  yɩle, tɩ d burkĩndã lebg n wa a zĩigẽ. Burkĩn-bil fãa tʋʋm-pakr ya a me tall wubri sẽn ya wub-sõngo, sugri, zĩnd-n-taare, sik-m-menga, wãb-n-vele, bas-tɩ-looga, sak tɩ m ka mi ye, la sulg-m-meng n kelge. Tõnd segd n maoome tɩ yel-kãng paam yalsg zĩig Burkĩna Faso, la Afirik wen-vɩɩs a naasã fãa pʋgẽ.

2- Lagymemalgre, Basytaale, yaa yãmb n dog maam a Raningytaale. Wakat buud fãa, maam a Raniniytaal gomda goama. M gomda goam tɩ karemdã sã n ka yaase, n bʋgs sõma, la ges yɩɩga, a na n zoe n tagsame, tɩ mam yaa Wẽn-kɩɩsa. Ayo! Mam ka Wẽn-kɩɩs ye. Yaa dĩinã sẽn segd tɩ d fãa naag taab n sẽbg sʋka, n naag taaba, n bãnge, tɩ kom sẽn da ka be me “kalyãang yaa rɩɩbo”. Bãmb segd n yɩɩ makr sẽn ya mak-sõngo. La bãmb sã n bas na yɩ mak-sõng n vʋɩ Wẽnnaam sebrã meng sẽn zoe n wilg tõnd Matiye 24 la Yel-pukr sebrã 13 sẽn wilgã. Rẽnd segdame tɩ m bool-ba,  la m da tẽ m zugẽ, tɩ dũni wã zugu, yaa sõma bal n be-a pʋgẽ ye. Sõmbã sẽn be zĩig ningã sẽn ka sõmbã me bee be. Rog-n-mik nanambs goam ka le be sʋk ye. A zagl n yɩɩd maam ka le naag sʋk ye, mam segd n maana bõe, bõe la mam ka segd n maane. Ad  wã fãa naaga taaba, tɩ tẽng-n-biig ba a ye ka le tar ba-yirã, bɩ tẽngã nonglem ye. Ned kam fãa ratame tɩ tẽngã wãag t’a paam naam bɩ laogo, wall ligdi”.

A Tẽng-n-biiga

 

Tout ceux qui brillent n’est pas forcément de l’or

 1- Pour être un bon citoyen, il faut travailler à ce que tous les habitants  du pays puissent avoir la même vision et savoir qu’ils sont tous des frères et des sœurs c’est-à-dire le « mil d’une même corbeille ». Nous sommes tous les mêmeš. Nous sommes tous des enfants de ce pays et nous devons enlever toutes mauvaises pensées de nos têtes et nous unir. Si nous ne cherchons pas le bien-être de nos fils et de nos petit-fils, notre cohabitation n’ira  plus de l’avant. Le fait de vivre en harmonie dans la société est  un devoir pour tous les Burkinabè. Mais il faut se trouver un père adoptif dans la société, un père ou une mère qui va accepter t’éduquer dans la dignité  comme son propre fils, un père adoptif qui va enlever toute sorte de  rancune et être franc dans l’éducation de son fils pour le bien être de sa vie future. La société que nous vivons aujourd’hui n’est pas la même que celle de nos ancêtres,. De nos jours, cette société n’est pas sur la bonne voie, si nous analysons bien: il n’ya plus une porte de sortie pour la jeunesse. Le civisme et la cohabitation dans la société sont devenus une maladie au Burkina Faso et dans plusieurs pays africains. Les parents abandonnent  l’éducation des enfants au profit de leur instruction seulement. Le Colon cherche à faire disparaître le lien qui nous a soudés. S’il arrive à faire cela, nous n’aurons plus autre choix que de courir vers lui. Lorsqu’on parle de religion chez les Mossi, c’est le mode de vie entre les peuples, le respect, l’humilité, l’amour, la charité et

la crainte de l’autre. Si un enfant ne bénéficie pas de cette éducation, il ne peut pas être digne et pratiquer le civisme. De nos jours, c’est la tradition qui prône la cohabitation que l’on enseigne aux enfants. Par exemple, on montre à  l’enfant que s’il veut faire quelque chose, il doit d’abord demander l’avis de deux ou de trois personnes ; «  moi je veux faire ceci avec mon père un tel ou encore à ma tante, ou soit mon grand-père, ou mon oncle, est-ce que cela est normal »? Si ce n’est pas normal, les trois ou les quatre personnes  ne vont pas vouloir le mal de celui-ci. La vie de la société ne semble pas être bénéfique dans le futur. Des enfants ont une vision profonde mais il n’y a plus de sage pour les orienter.  Ceci limite l’épanouissement de la jeunesse. Il n’y a plus assez de vieux sages dans la société actuelle, ce sont des intelligents qui existent.  Comme il n’y a plus une porte de sortie, il est difficile de s’approcher à un vieux afin d’avoir des conseils en vue d’échapper à certains maux de la société. Hélas ! D’autres vieux se  sont laissés entraîner par la mauvaise vie pour ne devenir que des vieux à cheveux blancs seulement. Les cheveux blancs ne sont pas forcement signe de vieillesse. La vieillesse, ce sont  les idées, la sagesse, la dignité, et aussi les bons conseils pour les enfants. Nous devons lutter afin d’implanter ces valeurs au Burkina Faso et en Afrique. Ceci entraînera les hommes de la société actuelle à le préserver pour leurs descendants.

2- Lagmymalgre et Basytaale, c’est vous vous avez mis au monde Raningytaale. A tout moment, moi Raningytaale, je m’exprime librement. Je parle de sorte à ce que les lecteurs s’ils ne s’arrêtent pas pour analyser mes paroles, ils vont me prendre comme un mécréant, mais non ! je ne le suis pas. Je veux seulement que les leaders religieux soient un bon exemple pour le reste de l’humanité. Mais s’ils laissent le bon exemple pour adopter des comportements comme à l’Apocalypse 13 et au chapitre 24 de Mathieu dans la bible, je dois les interpeller en montrant que dans le monde, il n’y a pas seulement le bien. Là où il y a le bien, le mal aussi  prend place. La parole des chefs coutumier n’a plus sa place de nos jours car il n’y a plus le droit d’aînesse. Il n’y a plus d’interdit et tout cela entraîne l’incivisme et amène les citoyens à se désintéresser de leur mère patrie. Chacun veut que le pays se divise afin qu’il puisse piller les biens et l’argent.

Le citoyen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*