Sʋʋr-sʋʋr n pit killa

1.A Lagemymalgre, ya n goma rog-n-mik nanambsã yell wʋgsgo. ATẽng-n-biig karemdba, y na maan-d sugri. Bala,ka  rog-n-mik yel-gɛtbã bal yelle, n ya tẽng-n-kamb yell ye, la moos yeelame:” tɩɩg sã n pa kɩ yẽg-sõmse, a pa wesd wil ye. Ad yaa rẽ tɩ d rata n teel-ba, tɩ ka yẽg wa b yaab-rãmba, n paam n wes wil-bɛda, tɩ b masma bui d fãa. Raningytaale, yaa sɩda, moos yeelame:” rãam sã n ka sa, kabr-kabr ka sat ye”. “Kõ n paase, a ka wẽ n paas ye”. Basytaale, ad yaa weoogã rũms kibar la m na n kõ-fo. Weoogã wa n yõka bugum, la we-rũm-bɛdã, ned kam fãa sĩnda a noore. B sĩndame n yetẽ tɩ bãmb pa tar tõog sẽn tõe kiis bugmã ye. Bala, yaa pãn-dãmb tʋʋmde. La m ba Tõe, yaa liuul sẽn paood wʋsg  n yɩɩd liuuli wã fãa weoogã pʋgẽ. Tõe ne a paoodmã la a noorã sẽn paoodã, a kẽnda bãkẽ n yãkd koom ne a noorã n wat n kiisd bugmã. Yɩɩ woto, tɩ m ba Wobg sʋk-a:” Tõe, fo ka ne tõnd fãa sẽn sĩnd n get t’a rɩtẽ! Ad tõnd pa tõe n yãk koom n kiis-a ye. La bõe yĩng tɩ fo paood wʋsgo, n yɩɩd tõnd fãa, la fo yaool n kiisd bugmã”? La m ba Tõe leokame:” mam miime tɩ m ka tõe n kiis bugmã ye, la m me na maan m pãng sẽn tõe tɛka”. We-rũmsã tagsda b beoog vɩɩmã yelle, tõnd a ninsaalbã segd n maana bõe? Ad yaa woto, la tõnd me kõt-d tagsgo.

2-Ranigytaale, rog-n-mik yel-gɛtbã sull sã n datame, tɩ d zamaanã yɩ zems taaba, la wʋm taab zamaana, bɩ b zĩng nin-kẽem-sõms sula. Naab fãa zĩng sul-kãng tɩ be b sɛɛgẽ wakat fãa. Ka zems taab sã n zĩnd nin-buiidã ne taab sʋka bɩ bãmb malg tɩ zemse.   Bũmb sã n sãame, bɩ bãmb yẽs tɩ malge. Rog-n-mikã sã n kɩlldẽ, n dɛbd lʋɩɩse, bɩ bãmb sagl yel-gɛtbã, tɩ b rems-remse tɩ tũ taoore. Ned sã n beeg a to tẽngã pʋgẽ,  tɩ beegrã pa sek rɩk n kẽng nasaar bʋ-kaoodb taoore. Nin-kẽem-sõmsã sula, tõe n kẽ sʋka, n bõos sugri, tɩ neb a yiibã kell n vɩɩmd ne taab ma-biir la saam-biiri. Raningytaale, sullã rãmb sã n na n  yãk nin-kẽemb n zĩngi, tɩ b ges yel-kãnga. B sã n na n zĩng-ba, b yãk pʋg-tãp n paase, la b reng n bal tɩ bɩ, n yaool n yãke. B yãk yam sõms rãmba, la burkĩmba, tɩ d burkĩndã  lebg n wa a zĩigẽ. Naab fãa ra sak t’a nin-kãens lʋɩ Politikã maasmẽ ye. Sã n yɩ boto, b tags-sõngã na n woma biisi. Sullã taoor rãmb segdame,  n  kõ naab fãa noore, t’a vɩɩmd vɩ-sõngo, la a yɩ mak-sõngo. B modge, Maaf yɩɩdmã, la rɩk maafã n maan reem-teoogã sa. Raningytaale, naab sã n yɩɩd-f  a Maaf pãngẽ,  fo segd n waoog-a lame. Fo naamã sã n ya reem-rɛɛmd naam, fo pa segd n ning rog-n-mik Maafã ye. Kug-zĩid Maaf segd n yɩɩ toore, ne kombere, la tãnsoab Maafo. Raningytaale, bãng tɩ sã n ka ƴɩ boto, tõnd rog-n-mik naamã pʋgẽ, b ka na n wa bãng koadeng ne we-kãoong n bak ye

  • Raningytaale, m tẽeg-fo. Zi-likr kiuugã pʋgẽ rog-n-mik nanambsã zĩnda ne taaba, n sõs buud la rogem sõasga. Tõnd me wilgda d tagsgo, sẽn na yɩl tɩ bũmbã fãa na yɩ neere. Tõnd yaab-rãmb wẽndẽ, nanambsã ra tara nin-kẽems sula. Bãmb rãmbã ra midgame, tɩ nin-buiidã kelgd naam goama. Nin-kẽem-sõmsã zamaanẽ, beoog sã n vẽege, nif sẽn ne tɛka, bɩ tʋbr sẽn wʋmd tɛka, kom-kasemsã tikda taab naabã samandẽ. Yʋʋmb wata ne b yʋʋm-teedo, n wa reemdẽ, la b gũud naabã yiibu. Naabã sã n yita, zama wã yikdame n yals yĩngri. Naabã sã n zĩndi, zama wã zĩndame n kelg dũni kibare. Nin-kẽembã wilgda naab fãa sẽn zĩnd n looge, ne a zamaanẽ kibare. Sabaab-kãng kɩtame tɩ tẽngã la zama wã zãab ra yaa nana. Rũnda rẽ ka le be ye. Nin-kẽemb ka le tar kʋdemde, n wilgd naab ye. Rũnda lebga radiyo rãmb pʋs la kʋdemd yita. Kʋdem-kãng ka sõngd nanambsã tɩ tõe n bãng yalã fãa n maan tɩ zems ye. Nebã me ka le pẽnegd rog-n-mik naamã, tɩ naab tõe n bãng sẽn be ne-b ye. Lagemymalgre, ad yaa rẽ tɩ d yetẽ, tɩ b zĩng nin-kẽem-sõms sula. Sã n yɩ boto, b na n tõogdame tɩ bũmbã fãa rɩk sore.
  • A Tẽng-n-biiga

               Petit à petit, l’oiseau fait son nid

 

1-Lagmymalgre a assez parlé des chefs coutumiers dans sa rubrique « Teng-n-biiga ». Cher lecteur de « Teng-n-biiga » nous vous présentons nos  excuses  car  ce n’est pas seulement le problème des responsables coutumiers  qui préoccupe  les autres, mais comme disent les Mossi : «  Si l’arbre ne  possède pas de bonnes racines, il ne peut avoir de bonnes branches ». C’est ainsi que nous voulons accompagner les chefs traditionnels  pour qu’ils aient de bonnes racines comme les ancêtres, et porter de bonnes branches afin que leur ombre puisse nous être  tous utile.

Raningytaale, c’est vrai que les Mossi ont dit que “Si le dolo ne finit pas, on ne finit pas de s’excuser”. “Donner en surplus n’est pas synonyme de frapper en surplus”. Basytaale, c’est  l’histoire des animaux de la brousse que je vais te raconter. Il était une fois, la brousse avait pris feu et  les grands animaux sauvages se taisaient tous en se disant qu’ils n’ont pas les moyens d’éteindre le feu, car c’est le travail des puissants. Mais le “Toin”, l’oiseau le plus petit de la brousse  malgré sa petitesse, allait au marigot et enlevait l’eau avec son  petit bec, et venait  essayer d’éteindre le feu. C’est ainsi que l’éléphant lui demanda:” Toin ! Tu ne vois pas que nous tous nous regardons le feu brûler sans rien faire ! Nous ne pouvons pas enlever de l’eau pour l’éteindre, mais pourquoi malgré que tu sois trop petit, tu essaies d’éteindre le feu”? Mais le Toin a répondu:” Je sais que je ne  peux pas éteindre le feu, mais je ferai de mon mieux”. Les animaux sauvages pensent à leur vie future, mais nous les hommes, que  devons nous faire? C’est ainsi que nous aussi nous donnons notre point de vue.

2-Ranigytaale, si les responsables coutumiers veulent que notre monde soit un monde de cohésion et de bonne cohabitation entre les hommes, qu’ils mettent en place un comité de vieux sages à leur côté pour trouver des solutions aux mésententes et à certains problèmes. Que chaque chef mette un comité de vieux sages auprès de lui. Si une mésentente se produit, qu’ils trouvent une solution, si la tradition commence à s’effondrer, qu’ils la relèvent le plus vite possible en donnant des conseils aux chefs coutumiers. S’il y a des mésententes, que le comité de vieux sages puisse trouver une solution sans se référer à la justice occidentale et fasse de sorte à ce que les deux personnes revivent dans la fraternité. Raningytaale, qu’ils choisissent des gens qui ont une grande vision, et des hommes intègres, et en plus des femmes de bonne volonté pour que notre intégrité puisse revenir à sa place. Qu’ils refusent que ces gens s’intègrent dans la politique, ainsi, leur pensée porteront des fruits. Les responsables de l’association des chefs coutumiers doivent  prendre une bonne démarche, pour faire vénérer la chefferie, ainsi que la supériorité entre les chapeaux car le chapeau de la chefferie ne doit pas être utilisé pour faire du n’importe quoi. Raningytaale, si un chef est supérieur à un autre par la qualité de son chapeau, celui dont le chapeau est inférieur lui doit du respect. Un ministre ne doit pas porter le chapeau d’un empereur, car si cela se produit, on ne pourra plus distinguer  la perdrix de la pintade sauvage.

3- Raningytaale, les chefs coutumiers ont eu une rencontre dans le mois d’octobre pour échanger entre frères. Nous aussi nous avons donné notre point de vue, pour que tout puisse être bien. Au temps de nos ancêtres, les hommes écoutaient les paroles des chefs. En ce moment, chaque jour, si une nouvelle tombe, les vieux sages se réunissent dans la cour du chef. Les griots viennent avec leur instrument, et font de l’animation en entendant la sortie du chef. Si le chef sort, la foule se met débout pour l’accueillir avec respect. Si le chef s’assoit, la foule s’assoit aussi pour écouter les informations du monde. Les vieux font la généalogie des chefs et les actes que chaque chef a eu à poser. En ce moment, il était plus facile de gouverner le peuple et le pays. Mais de nos jours, il n’y a plus cette pratique. Les vieux n’ont plus l’histoire en tête pour la raconter aux chefs. C’est devenu dans les stations de radio que  l’histoire sort. Cette histoire ne peut pas les aider à connaitre tout ce qui doit se faire. Les gens ne s’approchent plus de la chefferie traditionnelle pour que le chef puisse connaitre leur préoccupation. Lagmymalgre, c’est ainsi que l’on dit de mettre en place un comité de vieux sages, c’est à travers  cela que tout va reprendre un bon chemin.

Le citoyen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*