Zenerall Zɩlbɛɛr Gengeer wilgame tɩ yẽ pa yɩ naam n wẽ-n-dɩkã zu-raoog ye

Sapaolg kiuug rasem 26 yʋʋm 2018 soabã, Zenerall Zɩlbɛɛr Gengeer yalsa sodaasã bʋ-kaodb taoore,    la a wilga woto:«mam pa lʋɩ naam wẽ-n-dɩkã taoor ye. Mam leb n pa wa ne a yamã, m  pa maan yell ning neb wʋsg sẽn talgd maam,  tɩ m maanã naam wẽ-n-dɩk sẽn zĩnd bõn-bɩʋʋg kiuug rasem 16 2015 soabã pʋgẽ ye. Yaa sugr kosgo, la sodaasã taoor dãmb noor la mam reeg  yã». Tẽegre, yaa  sẽn sɩng ne wao-fugdg kiuug yʋʋm 2018 soabã pʋgẽ,  la Burkĩna Faso nin-buiidã ra gũud a Gengeer no-gomde,n na n kelg sodaasã bʋ-kaodb taoore. La sẽn kẽed ne talgr ning b sẽn dɩk n doglg-a-la t’a naam wẽ-n-dɩkã zugu. Naam wẽ-n-dɩk ning sẽn zĩnd yʋʋm 2015 soabã yɩɩ sabaab tɩ neb 14 maan kaalem, tɩ neb  270 paam sãmpogre. Naam wẽ-n-dɩk-kãng  taoore, a Zɩlbɛɛr Gengeer sẽn da ya Erɛspe wã  taoor soabã, yaa yẽ n lʋɩ Seyɛnde wã sull naam taoore. Naam wẽ-n-dɩkã wakatẽ nin-buiidã, la sodaas kẽer zãgsame, n wilgi tɩ b ka sak ye. Bala, yaa paaor la ɛrɛspe wã sẽn maanã.  Bãng-y tɩ Erɛspe wã sodaase,  ya a Bilɛɛs Kõmpaoor nin-buiidã sũur sẽn puug zi-likr kiuug rasem 30 la 31 yʋʋm 2014 soaba, tɩ b yi n digã, yaa yẽ yõ-gũudba. B taoor soab a Bilɛɛs Kõmpaoor naamã lʋɩɩs poore, kẽer ka tol n sak ye. Rẽ n wa ne tɩ b naam wẽ-n-dɩke, n na n lebg n deeg naamã. Yaa wakat-kãnga,  la b sãeeg  b sullã, n kell n yõk a Gengeere, la neb koabg la zak n pag bãense. Bʋʋdã raare, yaa neb sõor na ta koabg  la zaka n kẽng bʋʋdã zĩigẽ, la roogã pa reeg nebã ye, kɩtame tɩ b pa yɩnga, n kelgdẽ. Bãmb fãa yaa ŋeb sẽn dat n yɩ kaseto. sẽn kẽed ne zenerall Gengeer sẽn na n leok gomd ning bʋ-kaodbã taoore. Zĩigã pʋgẽ, yaa sodaas ka tɛka n karg n gubg bʋ-kaood roogã, zama wã yõ-koglg yĩnga. Zenerall Gebril Basole sẽn ya naam wẽ-n-dɩkã zu-raog a yiib soabã, n leb n yɩ  minisr ning sẽn ges Burkĩna Faso ne zamaan-zẽnsã zood  a Bilɛɛs Kõmpaoor naamẽ wã, yẽ me  zĩnda  bʋʋdã zĩigẽ, rũnda tẽne wã, la wakat sẽn wate, yẽ me na n kolg n wilga a sẽn mi ninda naam wẽ-n-dɩkã wɛɛngẽ.

Kibarã yii Awaga.com

Procès du putsch de 2015 au Burkina : le général DIENDERE nie être le cerveau

 

Le général Gilbert Diendéré a nié lundi avoir été le cerveau de la tentative de coup d’Etat de 2015 au Burkina Faso, lors de sa comparaison devant le tribunal militaire de Ouagadougou.

« Je n’ai ni commandité, ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que d’aucuns appellent le coup d’Etat du 16 septembre 2015 », a déclaré à la barre l’ancien chef de la garde prétorienne du président Blaise Compaoré renversé il y a quatre ans.

« J’ai juste assumé une situation donnée, sur les conseils des médiateurs et après accord de la hiérarchie militaire », a déclaré le général, en treillis militaire et béret rouge, dont la comparution était attendue depuis le début du procès en février.

Le général Diendéré, qui avait pris la tête du putsch manqué, est accusé d’atteinte à la sûreté de l’État, trahison et meurtre, lors des événements qui ont fait 14 morts et 270 blessés.
Ex Chef du Régiment de sécurité présidentiel (RSP), l’unité d’élite de l’armée qui a perpétré le coup d’Etat, le général Diendéré avait pris la tête du Conseil national pour la démocratie, organe dirigeant des putschistes, avant de rendre le pouvoir face à la pression populaire et à l’armée loyaliste.

Le RSP était la garde prétorienne de l’ex-président Compaoré, chassé par un soulèvement populaire en octobre 2014. Le RSP a été dissous après la tentative de putsch par le régime de transition qui avait succédé au régime Compaoré.
Sur les bancs du public, une centaine de personnes assistaient au procès lundi matin, une centaine d’autres attendant à l’extérieur de pouvoir entrer.

Comme depuis le début du procès, un important dispositif sécuritaire était déployé autour du tribunal militaire délocalisé à Ouaga 2000, un quartier huppé de la capitale burkinabè.

Le second cerveau présumé du putsch, le général Djibrill Bassolé, était présent lui aussi lundi matin. Ancien ministre des Affaires étrangères du régime Compaoré, il bénéficie d’une liberté provisoire, tandis que le général Diendéré est en détention.

 

Source : aouaga.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*