D ba-yirã na n yɩ bõe beoogo !

1.A Lagemymalgre, tõnd ra zoe n keoogda  rog-n-mik nanambsã b sullã vʋɩɩm zugu. Raningytaale, yaa sɩda, tõnd karemdbã pẽgame, b wilga b sũ-noogo, ne tõnd kibarã. Tõnd me  pẽgd-b lame, la d tẽegd-ba, tɩ yaa ned kam fãa sak n tũ, la a bas a rẽ, tɩ d tʋlsmã pidi. Basytaale, fo sã n ket n tẽrame, tõnd kibay kẽer pʋgẽ, d boola rog-n-mik nanambsã tɩ b gãd b sɩngre, n tõog tɩ b tʋlsmã wom biisi. La m maanda yɩɩre, m sʋkda m menga, n getẽ tõnd ba-yirã, a na n wa yɩɩ bõe beoogo! Raningytaale, fo sã n ka yĩmi, tõnd rɩka we-rũmsã solemde, n wilg kibar ning sẽn loogã pʋgẽ. D boola rog-n-mik nanambsã, n wilg-ba, tɩ zĩng nin-kẽem-sõms sula, tɩ b tʋme, tɩ d burkĩndã la d ninsaalmã lebg n wa a zĩigẽ. Yaa boto, bala, la tõnd tõe n me d ba-yirã, ne yẽesem la zug zẽkre. Bɩ m tẽeg-fo, tɩ  “kõ n paase, a ka wẽ n paas ye”. Basytaale, ad yaa weoogã rũms kibar la m na n tẽeg-fo.

Weoogã wa n yõka bugum, la we-rũm-bɛdã, sʋka, ned kam fãa sĩnda a noore. B sĩndame n yetẽ tɩ bãmb pa tar tõog sẽn tõe n kiis bugmã ye. Bala, yaa pãn-dãmb tʋʋmde. La m ba Tõe, yaa liuul sẽn paood wʋsg  n yɩɩd liuuli wã fãa sẽn be weoogã pʋgẽ. Tõe ne a paoodm, a kẽnda bãkẽ n yãkd koom ne a noorã n wat n kiisd bugmã. Yɩɩ woto, tɩ m ba Wobg sʋk-a:” Tõe, fo ka ne tõnd fãa sẽn sĩnd n get bugmã t’a rɩtẽ! Ad tõnd pa tõe n yãk koom n kiis-a ye. La bõe yĩng tɩ fo paood wʋsgo, n yɩɩd tõnd fãa, la fo yaool n kiisd bugmã”? La m ba Tõe leokame:” mam miime tɩ m ka tõe n kiis bugmã ye, la m me na maan m pãng sẽn tõe tɛka”. We-rũmsã sã n  tagsd b beoog vɩɩmã yelle, tõnd a ninsaalbã segd n maana bõe? M mi tɩ f tẽega masã.

2-Ranigytaale, tõnd ra goma ne rog-n-mik yel-gɛtbã sulli. D wilgame, tɩ  sã n datame, tɩ d zamaanã yɩ zems taaba, la wʋm taab zamaana, bɩ b zĩng nin-kẽem-sõms sula. Naab fãa zĩng sul-kãnga,  a sɛɛgẽ. Sula wã, yaa sẽn na n yɩlẽ, tɩ ka zems taab sã n zĩnd nin-buiidã ne taab sʋka bɩ bãmb yẽse, tɩ malge.   Bũmb sã n sãame, bɩ bãmb yẽs tɩ malge. Rog-n-mikã sã n kɩlldẽ, n dɛbd lʋɩɩse, bɩ bãmb sagl yel-gɛtbã, tɩ b rems-remse tɩ tũ taoore. Ned sã n beeg a to tẽngã pʋgẽ,  tɩ beegrã pa sek rɩk n kẽng nasaar bʋ-kaoodb taoore,  nin-kẽem-sõmsã sula, tõe n kẽ sʋka. B yãk yam sõms rãmba, la burkĩmba, tɩ d burkĩndã  lebg n wa a zĩigẽ. Naab fãa ra sak t’a nin-kãens lʋɩ Politikã maasmẽ ye. Sã n yɩ boto, b tags-sõngã na n woma biisi.

  1. Raningytaale, tõnd sã n wilga, bũmb ning sẽn pɩʋʋg Waogdg sak ning b sẽn boond tɩ Tangẽ wã, Arõndiismã katã pʋgẽ, Koglweoogã ne koos-rãmbã sʋkã, wilgda vẽeneg tɩ rog-n-mik yel-gɛtbã sã n ka rɩk na-kẽndr ne tʋʋlem la yãgbo, rog-n-mik naamã rɩka a kũum sore

. Gomdã yiisgu, a wẽnda kãab-beedo, bɩ pʋlem wẽnga, ne tõnd a kambã noorẽ. Kom-bãooneg a Lagemymalgr rãmb taabã noorẽ yiisgu, a kisame! Tõnd rog-n-mik pʋgẽ. La sã n ya pĩndã, naab sẽn be tẽng ninga, a nin-buiidã ka sakd n tʋm tʋʋmde, n lub naabã zug ye. B ra sakd n maan bũmbu, tɩ sakã bɩ tẽngã naab ka sak ye . La rẽ yĩnga, sũ-rokre, la bugmã yõob tʋʋma sẽn zĩnd Tãngẽ sakã sapaolg kiuug rasem 21 yʋʋm 2018 soabã pʋgẽ wã, koos-rãmbã tagsame tɩ Tãngẽ tara naaba, la gomdã sã n lebg gomde, rẽ yĩnga, segdame. Maam a lagemymalgr tagsdame tɩ b sã n da tags sõma tɩ bɩ, yel-beedã r aka na n zĩnd ye. Koglweoogã rãmb sã n da ka tall sugri, bugraoog ne sʋʋg zabre, sãangã ran a n yɩɩ wʋsgo. Wẽnd na kell n kõ-b sugr wakat buud fãa.

4.Raningytaale, burkĩn-bi wã, segdame, n mi n tags tɩ bɩ sõma, la b yaool n zab taaba. Yãmb yaa buudu, y yaa yags ne taaba, y tẽngã a yembr rãmba. B tog n deng n tagsame, n gese, sũ-puurã poore, y na n vɩɩmda wãn-wãn ne taaba. Rẽ yĩnga, yãmb roga dũni n na n wʋg beem n bas ne y kamb la y yagense. La zu-bʋkã, Demokarsi wã, nebã rɩk-a-la neng a to. B ka rɩk-a, ne tags-yɩɩg ye. Ninsaal sã n zab ne a to ne bugum, tõnd rog-n-mik pʋgẽ, yaa yel-wẽnde. Rẽ segdame tɩ rog-n-mik yel-gɛtbã ges yellã tʋʋlle, n yãk bugmã yõob yala, d tẽngã pʋgẽ. B sigs nin-buiidã sũya. D yaab-rãmb wẽndẽ, ned sã n tʋm tʋʋm-beedo, nin-buiidã fãa kisgda a soaba, sẽn na yɩle, t’a buud ra le zĩnd ye. Rũndã ned sã n maan tʋʋm-beed wa sẽn zĩnd Tãngẽ wã, b pẽgda a soaba. Rẽ yĩnga, fo sã n tʋm sẽn ka zems tɩ b pẽgd-fo, fo na n basa rẽ tɩ bõe yĩnga. Ad yaa rẽ tɩ d yetẽ, tɩ b zĩng nin-kẽem-sõms sula, la b modg t’a yɩ tʋʋlle, la yãgbo. Sã n yɩ boto, b na n tõogdame tɩ Burkĩna Faso rɩk neb sẽn mi Wẽnde, la b tũud Wẽnd sore.

A Tẽng-n-biiga

 

                                                   Quel sera le futur de notre patrie !

  1. Lagemymalgre, nous avons déjà attiré l’attention des chefs coutumiers sur la mise en place de leur association. Raningytaale, c’est vrai, nos lecteurs ont apprécié, ils ont montré leur joie avec notre histoire. Nous aussi nous les apprécions et nous les rappelons que c’est lorsque chacun va accepter suivre et oublier ses propres désirs, que notre objectif sera atteint. Basytaale, si tu te rappelles bien, dans certaines de nos publications, nous avons appélé les chefs traditionelles à s’appuyer sur leurs racines pour atteindre leurs objectifs. Mais, j’ai des angoisses, je me demande souvent, ce que serait le futur de notre patrie! Raningytaale, si tu n’as pas oublié, nous avons pris l’exemple de l’histoire des animaux sauvages dans notre dernière parution. Nous avons lancé un appel aux chefs coutumiers et nous leurs avons suggéré de mettre en place des comités de vieux sages, pour qu’ils travaillent à ce que l’intégrité et l’humanité reviennent à leur place. C’est de cette façon que nous pouvons bâtir notre patrie avec honneur et courage. Je vais te rappeler : « Donner en surplus n’est pas synonyme de frapper en surplus ». Basytaale, c’est l’histoire des animaux sauvages que je vais te rappeler.

Il était une fois, la brousse avait pris feu et les grands animaux sauvages se taisaenit, tout en se disant qu’ils n’ont pas les moyens d’éteindre le feu, car c’est le travail des puissants. Mais le “Toin”, l’oiseau le plus petit de la brousse, malgré sa petitesse, allait au marigot et enlevait l’eau avec son petit bec, et venait essayer d’éteindre le feu. C’est ainsi que l’éléphant lui demanda: ” Toin ! Tu ne vois pas que nous tous nous regardons le feu brûler sans rien faire! Nous ne pouvons pas enlever de l’eau pour l’éteindre, mais pourquoi malgré que tusois trop petit, tu essaies d’éteindre le feu”? Mais le Toin a répondu: ” je sais que je ne peux pas éteindre le feu, mais je ferai de mon mieux”. Les animaux sauvages pensent à leur vie future, mais nous les hommes, que devons-nous faire?  Je sais que tu t’es rappellé maintenant ?

  1. Ranigytaale, nous avons parlé avec le comité des responsables coutumiers ; nous avons montré que, si nous voulons que notre monde soit un monde de cohésion et d’entente, on doit mettre en place un comité de vieux sages. Chaque chef initie cela auprès de lui. En cas de mésententes, entre les populations, ces comités permettront qu’une entente puisse revenir entre la population. Si quelque chose se gâte, que ces derniers arrangent. S’il arrivait que la tradition s’incline et veut s’éffondrer, qu’ils portent conseils aux responsables pour qu’ils s’arrangent. Si quelqu’un offense son semblable dans la cité, et que cette affaire ne peut pas aller en justice, le comité des vieux sages peut s’occupper de ce problème. Qu’on choississe des gens de bonne volonté et des hommes intègres, pour que notre intégrité puisse revenir à sa place. Que chaque chef refuse que ses gens s’intègrent dans la politique. Cela va permettre à leurs pensées de porter de fruit
  2. Raningytaale, si nous parlons de ce qui est arrivé à Ouagadougou dans le quartier Tanghin dans l’arrondissement N°4 entre les Koglwéogo et les bouchers, cela montre que si nos responsables coutumiers ne cherchent pas une solution le plus vite possible, la chefferie traditionnelle perdra sa valeur. Le fait de sortir cette parole ressemble à une malédiction, ou une injure dans la bouche des enfants. Cela est interdit dans notre coutume, le fait que des enfants comme Lagmymalgre, font sortir ces paroles de leurs bouches. Mais si c’est dans le passé, dans une loclité ou règne un chef, ses sujets n’osent pas faire de sorte à dégrader sa chefferie. Ils n’acceptaient pas faire une chose sans l’accord du chef du quartier ou du village.

Mais de ce fait, les rancunes et les incendies qui ont eu lieu à Tanghin le 21 Novembre 2018, les bouchers ont-ils pensé que le quartier a un chef ? Moi Lagmymalgre, je pensais que s’ils avaient pensé profondement, ce malheur n’allait pas avoir lieu. Si les Koglwéogo n’avaient pas utilisé le pardon, ce serait une guerre entre des machettes et des fusils et les résultats allaient être catastrophiques. Que Dieu leur accorde le pardon à tout moment.

  1. Raningytaale, les Burkinabè doivent souvent penser profondément avant de réagir. Vous êtes de la même famille, des voisins, des fils d’un même pays.  Ils doivent penser et voir comment sera la cohabitation après une telle bagare. Etes-vous venus au monde pour semer les mésententes entre les vos fils et petit fils ? Le malheur est que les gens ont pris la démocratie dans un autre sens. Ils n’ont pas eu une profonde vision sur la question. Si un homme utilise le feu pour faire la bagarre avec son semblable, c’est un malheur, donc les responsables coutumiers doivent s’occuper vite de ce problème et éloigner l’esprit des incendies de notre pays. Ils doivent contribuer à apaiser les cœurs de la population. Au temps de nos ancêtres, si quelqu ‘un pose un acte barbare, tout le monde se mettait à détester cette personne, pour que cela ne se repète plus. De nos jours, si quelqu’un pose un acte, comme ce qui s’est produit à Tanghin, tout le monde apprécie ce dernier. Mais, si tu fais ce qui n’est pas bien et on t’apprécie, pourquoi vas-tu abandonner ? C’est ainsi que l’on dit de mettre en place des associations de vieux sages le plus vite possible, ainsi on pourra avoir un Burkina Faso qui connait Dieu et qui suit le chemin de Dieu.

      Le citoyen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*