Sẽndika rãmbã maana boolle

Burkĩna Faso gofneema zĩnda b rasem yopoe-poe sɛk a yembr pʋgẽ, n wilg tɩ b na n paasa, Karenzi wã ligd wakɩr piig la a nu, t’a sẽn da ya koabg la pis iwã bɩ a lebg koabg la a pis-tã la a nu. Ya arẽ tɩ sapaolg kiuug rasem 29 yʋʋm 2018 soabã, Burkĩna Faso wen-vɩɩs a naasã pʋgẽ, Sẽndika rãmba, la nin-zaals sula buud toor-toor sẽn pa maand politik yi n na n maan boolle. B boola gofneema t’a gese, n lebs Karenzi wã ligd a zĩigẽ. B kẽname wa tɩ zĩnd Burus di Tarvaye, zakã pʋga, n na n dɩk koees buud toor-toore. B koeesã pʋgẽ, b goma ne tẽngã zãadba, tɩ b ges n yols nin-buiidã vɩɩm, la b ra keng-a n paas ye. B wilgame, tɩ bala, d sã n get burkĩn-bi wã vɩɩm, a reng n da ka naana ne-b ye. Rẽnd b sã n keng Karenzi wã ligdi, b vɩɩmã na n kengame n paase. Yaa woto la boollã, yãgre. Sẽndika rãmbã, la nin-zaalsã sula sẽn pa maand politikã booll sɩd paam kelgre. Bala, Burkĩna Faso wen-vɩɩs a naasã pʋgẽ, zama ka tɛk yiime, n maan kẽna. B kẽname n tɩ rɩk b sũur koees minisrã t’a taas gofneema. La gofneem me ra wilgame tɩ yaa sẽn na yɩl n paam ligd n zab ne nin-wẽnsã sẽn tar tẽngã n namsd wĩndg la yʋngã. Sẽn ya a soab fãa gofneem segd n yɩɩ nin-buiidã vɩɩm yoalsda, sẽn tara pãng n tar yell buud fãa tɩɩm.

Pẽgdwẽnde Erik Zĩnaaba.

Les syndicats ont lancé un appel

Le conseil des ministres lors d’une de leur rencontre hebdomadaire, a annoncé l’augmentation du prix de l’essence. De 602 F, il est passé à 677 F. c’est pour Cela que le 29 novembre 2019, dans les quatre coins du Burkina Faso, les syndicats et les organisations de la société civile ont organisé une journée de protestation au cours de laquelle ils ont lancé un appel. Ils ont interpellé le Gouvernement pour qu’il rétablisse le prix de l’essence. Le point de chute de la marche a été la Bourse du Travail où des allocutions ont été prononcées. Dans les discours, les différents intervenants ont demandé aux Gouvernants de prendre les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de vie des populations au lieu de les détériorer davantage. Selon eux, l’examen des conditions de vie des Burkinabé montre qu’elles ne sont pas reluisantes. En augmentant le prix de l’essence, c’est donner libre cours pour renchérir les prix et rendre la vie encore plus difficile. D’où la nécessité pour eux de lancer leur appel.

Cet appel des syndicats et des organisations de la société civile a eu un écho favorable. Des quatre coins du Burkina, les gens sont sortis nombreux et ont pris part aux marches organisées ça et là. Ils ont transmis leur plateforme au Ministre du Commerce pour qu’elle soit transmise au Gouvernement. Le gouvernement avait déjà donné des explications sur cette augmentation, disant qu’elle allait contribuer à l’effort de guerre contre les ennemis qui troublent la paix au Faso. Après tout, le Gouvernement devrait contribuer à améliorer les conditions de vie des populations car c’est celui qui détient la force qui détient les solutions.

Pengwendé Eric ZINAABA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*