« Oseyi» tẽnsã minisr rãmb sega taab Burkĩna Faso

« Oseyi » tẽnsã minisr dãmb tika taab Waogdgo, n na n maan b naoor a 7 soabã tikri. Tikrã yaa rasem a yiib tõr la b na n zĩnd ne taaba, n gom pagbã yidgri, la b soog-b-mensã yelle. Seg-taabã paka a kʋɩlens sapaolg kiuug rasem 30 yʋʋm 2018 soabã, la a na n tɩ baasa yʋʋm-sar kiuugã pipi raare. Minisr Lorãas Marsall Yɩlbʋʋdo, yẽ n kõ sore, tɩ b na n pak tʋʋmdã kʋɩlense, Waga demill sɛka ro-kaseng pʋgẽ. Tʋʋmdã pakr wẽnde, b tẽega yʋʋm ning sẽn looga, Tirki soolmẽ wã seg taab yelle, n lebg maan gɛɛla bilfu.
Yʋʋm ning sẽn loogã, yaa Yistãbullu, Tirki na-tẽngã la b maan-a, la rõanda 2018 soaba, yaa Burkĩna Faso la b maand-a.
Minisr Lorãas Yɩlbʋʋdo, wilgame tɩ « Oseyi » tigkr a 6 soabã woma biisi. Bala, « Oseyi » tẽnsã pʋgẽ pagbã soog-b-mense, la b kẽes-b-mens sʋkã kẽnga taoore. Makre, wala kaorengã wɛɛngẽ, kom-pʋgli wã sõor paasame.
Tikr a 7 soabã b sẽn seg taab n na n gom pagbã yellã, yaa sẽn na yɩle, tɩ tẽns nins sullã sẽn be wã pʋgẽ, bɩ sull fãa maan a pãng sẽn tõe tɛka tɩ pagbã soog-b-mense, b tʋʋm wɛɛngẽ. Tigs-kãngã yaa bũmb sẽn tõe n sõng-b wʋsgo, soog-b-mensã wɛɛngẽ. B na n zĩnga sulli, b sẽn boond tɩ « Opaow ». Sullã na n tʋmame n yãag pagbã ne sõngr buud toor-toore, la teelgo. Tik-kãngã n yɩɩ sabaabo, tɩ tẽnsã rãmba, pʋɩ taab zu-loess buud toor-toor pagbã sẽn yãt tẽnsã pʋgẽ.
Yaa rẽ tɩ b yãk gom-kãngã, n na n sõs ne taaba: «rabay la soay buud toor-toor d sẽn na n dɩke tɩ pagbã tõog n yidg “OSEYI” tẽnsã soolmẽ». Pipi daarã, bãgdbã na n zĩnda ne taaba n ges gom-zut ninsi b sẽn tik minisr dãmbã tɩ b na n zĩnd ne taabã yelle. Sẽn pʋgde, yaa minisr nins sẽn get pagbã yidgr yelle, bãmb me n na n zĩnd ne taaba n dɩgs noya.
« Oseyɩ » sullã seb-gʋnd-kaseng a Hesam Yusɛf wilgame tɩ « Opaow » tʋʋm-noorã, a na n yɩɩ tʋʋm-no-kaseng pagbã n sõng pagbã b yidgrã wɛɛngẽ. “Oseyi” tẽnsã fãa sẽn na n modgame, n dɩk tʋʋmdã n kẽes na-kẽndr pʋgẽ. Boto, a tõe n sõng-b lame tɩ b raabã paam pidsgu. A wilgame tɩ yẽ sẽn ya seb-gʋndã, bãmb tʋʋmd ya b yãag tẽnsã tɩ b tõog n pids tʋʋmdã wala sẽn segde. A kell n kẽnga taoor n wilgi tɩ sõngrã na n kɩtame, tɩ « Oseyi » tẽnsã paam n pʋɩ taab yam, tɩ bãngrã saag tẽnsa fãa.
Bala, b na n paam teelg tʋʋma zãab wɛɛngẽ. Bũmbã fãa na n yɩɩ sõma. Sã n ya ne a Hesam Yusɛf, « Oseyi » wã sull pipi raabo, ya a zab ne pagbã namsg buud toor toore. Rẽ poore, ya b mao tɩ b pak tʋʋm-noy pagbã yĩnga. Sẽn leb n paasdẽ, b kõ pagb nins sẽn kengd b mens n tʋmd leebgã tʋʋm wɛɛngẽ wã, teelgo sẽn kẽed ne zãmsg ka tɛka, b sẽn tõe n maan tɩ b tʋʋma kẽng taoore. A pẽnga Burkĩna Faso pagbã b sẽn maod maoor buud toor tẽngã pʋgẽ wã.
Kibarã yii Infowakat

 

Autonomisation de la femme : les pays de l’OCI se penchent sur les enjeux et les défis

 

La 7session de la conférence ministérielle sur le rôle de la femme dans le développement des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) se tient du 30 novembre au 1er décembre 2018. C’est la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Laurence Marie Ilboudo/ Marshall, présidente de la 7e session de la conférence qui a déclaré ouverte la session ce vendredi 30 novembre 2018. Cette cérémonie d’ouverture a été une occasion de faire le bilan de la 6e session tenue en 2016 à Istanbul en Turquie.

Après Istanbul en Turquie en 2016, Ouagadougou accueille la 7e conférence ministérielle sur le rôle  de la femme dans le développement des Etats membres de l’OCI.  Pour Marie Laurence Ilboudo/ Marshall, présidente de cette 7e session, le bilan de la 6e conférence ministérielle est positif. A en croire la ministre burkinabè en charge de la Femme, les pays membres de l’OCI ont enregistré des progrès significatifs dans le domaine de l’équité, de genre et de l’autonomisation des femmes à tous les niveaux. En guise d’exemple, la présidente de la 7e session a affirmé que sur le plan éducatif, un taux élevé en matière d’accès des filles à l’enseignement primaire a été enregistré.

L’objectif de la 7e conférence sur le rôle de la femme dans le développement des Etats membres est d’offrir aux Etats membres et aux institutions partenaires l’opportunité de discuter des avancées sur la question de l’autonomisation de la femme. Par ailleurs, la rencontre va être un cadre pour les participants de discuter de la mise en œuvre du plan d’actions sur la promotion de la femme (OPAAW) et les politiques du genre dans les Etats membres de l’OCI. La conférence a aussi pour objectif d’identifier les obstacles et challenges auxquelles sont confrontées les femmes.

Placée sous le thème « Autonomisation de la femme dans les Etats membres de l’OCI : enjeux, défis et perspectives », le premier jour de la conférence sera consacré à la réunion des experts qui vont examiner les documents à soumettre à la conférence ministérielle. Le jour suivant, les ministres en charge de la promotion de la femme vont se réunir pour adopter des résolutions et recommandations.

A en croire le secrétaire général (SG) de l’OCI, Hesham Youssef, « le plan d’actions pour le développement de la femme appelé OPAAW est l’une des réalisations majeure en matière de la promotion et de l’avancement de la femme ». Et  selon lui, « la responsabilité de la mise en œuvre de ses actions incombent totalement au Etats membres de l’OCI, nous en tant que secrétariat général, notre rôle est de soutenir les Etats membres dans cette action et jouer un rôle de coordination »

Le SG de l’OCI a indiqué que ce soutien va permettre aux Etats membres de « bénéficier des expériences des uns et des autres pour que les réalisations réussies puissent être profitables aux autres », plus particulièrement « aux pays en voie de développement qui seront appuyés et soutenus afin que les objectifs de l’OPAAW puissent être atteints dans ces pays ». Les objectifs les plus importants de l’OCI pour Hesham Youssef est de combattre toute sorte de violences contre les femmes. Et aussi de pouvoir offrir des opportunités de travail aux femmes d’affaires de tous les niveaux à travers les formations afin de renforcer leurs capacités et leur offrir des opportunités d’investir dans les petites et moyennes entreprises. « Cela va permettre à la femme  d’être indépendante et autonome », a-t-il dit.

Il a félicité la femme burkinabè de ce qu’elle se bat non seulement pour sa société mais aussi, pour confirmer sa personnalité dans la société et dans la région.

 

Source : Infowakat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*