Raningytaale “Hero”(EROH) yellã b get-a-la wa yel-faoogo, la a na n wã tẽnse

  1. A Tẽng-n-biig karemdba, tõnd gomda ne yãmba, la goama ka politik goam ye, yaaburkĩnd goama. Yaa burkĩn-bi wã fãa na vɩɩmde, tɩ b vɩɩmã yɩ sõma yell latõnd gomd gomdã. Tõnd gomda nin-buiidã vɩɩm na malg n paase. Yaa ma-biiri,la saam-biir na kẽng taoore, la tõnd rata. Moos yeelame:” togs-tɩ-ka-reeg beene yãaga. Sĩnd n get tɩ sãamdẽ bee ne bi-kasenga”. Mam kelga: Obsɛrvatɛɛr paalg Savand FM. A Pasektaal gʋls a saam-biig a Wambi sẽn be Laey wã. Ozogdwɩofaso goma “Ãntrpiris Hero”la bãnk Yubiye bʋʋdã yelle. Kiba-kɩtbã gom-a-lawʋsgo. A Pasektaal wilga a Wambi: m saam-biig a Wambi:” Ãntrpirs Hero paama bʋʋm,tɩ b segd n yao-a. Bʋ-kaodbã kõo sam-sʋkdbã sore, tɩ b reeg ligdã. M saam-biiga a Wambi, b kẽngame, laYubiye, waa ne gãn-daad tɩ b wa gɩd bãnkã. Samdã rãmb boola yõ-koglg tʋʋm-noora ye, t’a wa sõng-ba, la b ka tõog ye. Tõnd tẽngã yõ-koglg yel-gɛtb rakõo yõ-koagendba, tɩ b yãag sam-sʋkdã, t’a reeg ligdã, wall a wʋk bãnkãteedo, tɩ led ligdã zĩigẽ. Nin-kãens tame, la gomd n yii yĩngrã n sigi.Basytaale, “Hero” gomdã yaa bõe takɩ! Mam kelga a Toma Bagemzãare“Ãntrpiris Hero” taoor soabã Radiyo Orizõ FM, a wilgame, tɩ bʋʋdã, a taa yʋʋmpiig la a zaka. Bʋʋdã bʋʋ Burkĩna Faso bʋ-kaoorã roog pʋga, naoor yaka tɩyẽ paam bʋʋm. La a bʋʋd-n-taasã mikame tɩ b ka le tõe n bʋ bʋʋdã BurkĩnaFaso yaas ye. Yaa rẽ tɩ b rɩk bʋʋɗã, n kẽng Kodenvaoore. Be me yẽ le tɩpaam bʋʋm. Zĩig fãa b kõo noore, tɩ bãnk Yubiye yao ligdã. La b wẽnda sɛbã,neng ka tɛka, sẽn na yɩl n da yao ligdã ye. Awilgame tɩ yaa pãng n be zĩiga to, tɩ ligdã ka tõe n yao ye. Raningytaale, a Toma Bagemzãar yeelame tɩ bʋʋdãlebga nasaara, bʋʋdo. A tũu nasaara wã bʋʋd sore, n paam bʋʋm zĩig fãa,  la b rat n wõr-a-la ne pãnga. Rẽ wã, ana n dɩgla tẽnse.
  2. A Zistind Maari Filip Wedraoog  sõasgã, “Bãng-f-mengã,  la « Agora » wã. Sõs-kãens b pʋgẽ,b reega a Toma Bagemzãare.  A togsame,la a wilg t’a na n dɩgla tẽnse. Lagemymalgre, a Toma Bagemzãar rata malgre. Bala,a  kõo wakate, n wilgi tɩ rẽ sã nlooge, a na n dɩgl tẽnse. Tẽnsã rɩglgo, ra yaa yʋʋm-sar kiuug rasem 18 yʋʋm2018 soabã. A Tẽng-n-biig raka rat n gom gomdã ye. La yaa yelle, n wat Moogo. Bala, b sã n dɩgl tẽnse,ned buud fãa sẽn segd n kẽes a toog n gom tɩ malge, a sã n ka gome tẽnsãrɩt-a lame. A Tẽng-n-biig boonda burkĩm-bi wã tɩ b lɩk taab tʋbrẽ, tɩyellã ra wa rɩ a zɩ-tiir rãmb ye. Tẽns sã n na n sʋke, a kẽngda sẽn zãra, n yãkd yembr-yembre. A sãn kʋ neda, tɩ fo yãbe, a kʋʋda foo me. Ned buud fãa yãbe, a kʋʋd-a lame.Sẽn segd-a n gome, la a ka gome, a kʋʋda yẽ soab me. D fãa lagem-taab nemanegre, tɩ tẽns ka bõn-sõng ye. Moos tẽnga, b gomda tẽn-peelem yelle, lab ka rat tɩ b gom tẽns yell ye. Tẽns wãada zagse, a wãada zamaana. Moogrĩm-dãmbã pa na n kẽes b toog n yẽs tɩ d zamaanã ra wa sãame? Rĩnga,Mam boonda burkĩn-bi wã, tɩ b kẽes b toogo, n yẽs tɩ yellã malge. La mampaama kibar tɩ “Medɛtɛɛr di Faso” a Saara Serme sega a Toma Bagemzãar yʋʋm-sarkiuug rasem piig la a nii (18), n na n yẽs yellã zugu. D ka mi gomd ning sẽnna n yi a pʋgẽ ye. La d sẽn mi ninda, yaa ba-raar la a ra yãk n na ndɩgl tẽnsã. Lagemymalgre, saamb la yaab sã n zĩnd d poorẽ, tõe tɩ malge.

3-Maam a Lagemymalgre, m nif pa yã ye, la m tʋbr wʋmame. Biig sã n gom tẽns yell mam ba-yirã b sɩbgd-a lame. Maam a Lagemymalgr rat n bãnga bũmb fãa võore, n paam n gʋls n kõ a Tẽng-n-biig karemdba. Yaa rẽ tɩ sʋke, tɩ b tees-m zak a yembre. Zakã vʋɩɩ zu-loɛɛg pʋg wakat buud fãa. Zakã ned sã n wa lebgd nin-kasenga, a kiida kũ-miiri. Hal ne rũnda yʋʋm 2018 zakã pa tõe n yidg ye. Zakã biig sã n na n yɩ beoog neda, tẽnsã rɩt-a lame. Biig sã n doge, n na n yik zakã zugu, ned sã n ka kʋ-a ne bugraoogo, a sãrgda a menga, wall a fão n ki. Raningytaale, bãng tɩ yaa yʋʋm 1500 wẽndẽ naab Wubri, la naab a Karkʋy zamaanẽ, la b ning zakã tẽnse. Hal ne rũnda tẽnsã ket n sʋkda a samde. A Tẽng-n-biig ratame tɩ yel-kãng buud ra le paam ned ye, yaa rẽ t’a yãbd wa wãamba. Wãamb yãbdame t’a nintãm ket n zãra.

A Tẽng-n-biiga.

      Raningytaale: le problème de EROH tant sous-estimé, peut être l’origine d’un bouleversement dans le pays

  1. Cher lecteur de “tẽng n biiga,” nous nous adressons à vous, mais nos propos ne sont pas de la politique, ce sont desparoles d’hommes intègres pour que la vie de tout un chacun puisse êtremeilleure. Nous parlons pour que la vie de nos frères évolue davantage, pourque rayonne la fraternité, comme un adage moaga dit : “Donner un conseilqui n’est pris en compte, c’est la faute de l’enfant, mais voir et se taire, le tord revient à l’adulte”. J’ai écouté la review de presse de l’observateurpaalga sur la radio savane fm, dans la lettre de Pasektaale, à son frère Wambià Laye. Le journal aujourd’hui au Faso a parlé du problème de justice entrel’entreprise EROH et la banque UBA, les journaux ont beaucoup parlé de cetteaffaire. “Pasektaale a dit ceci à Wambi: l’entreprise EROH a eu raison devantla justice et la banque doit le payer.  Lesjuges ont donné le feu vert de prendre l’argent, mon frère Wambi, ils sontpartis, mais la banque a améné des gardes pour surveiller la banque. Les créanciersont fait appel à un service de sécurité pour qu’il leur viennent en aide, maisils n’ont pas pu. Les autorités chargées de la sécurité de notre pays ont faitappel aux agents de la sécurité d’accompagner le bénéficiaire à obtenir sadette, au cas contraire, de ramasser les matériaux de la banque qui peuvent remplacerl’argent.  Ces personnes sont allées,mais une parole est venue d’en haut. Basytaale, que signifie ce problème de EROH!J’ai écouté Thomas Bagemzanre, directeur de l’entreprise EROH sur la radioHorizon fm. Il a fait savoir que le jugement a eu lieu il y a une dizained’années. Le jugement a eu lieu dans le palais de justice plusieurs fois et luiil a eu raison au finish. Mais les juges ont vu qu’ils ne peuvent plus avoirraison ici au Burkina Faso, c’est ainsi qu’ils ont envoyé le jugement en Côte d’Ivoire.Là-bas aussi, c’est lui qui a remporté. Partout la banque doit le payer. Maisla banque a fait tout son possible pour contourner le papier et ne pas payer.Il a fait savoir que c’est une main invisible qui pousse la banque à ne pas payer.Raningytaale, Thomas Bangemzanre a dit que le jugement est devenu celui dublanc. Il est passé par tous les moyens, il a raison, mais on veut lui faire laforce.  Pour cela, il va employer desmoyens traditionnels “le tẽnse”.
  2. Dansl’émission “ Bãng f mẽnga” et “Agora” de Justine Phillippe OUEDRAOGO, ThomasBagemzanre a été reçu. Il a fait savoir qu’il va déposer le “tẽnse”.Lagmymalgre, Thomas Bangemzanré veut l’arrangement, puisqu’il a donné un délai.Le délai s’épuisait le 18 décembre dernier. Le citoyen ne voulait pas parler decette affaire, mais c’est un problème qui s’annonce, parce que, si on depose le“tẽnse”, toute personne qui doit participer à l’arrangement du problème et quise tait, le malheur s’abattra sur lui. Le citoyen appelle tout les Burkinabè, àse concerter, pour que le problème ne touche pas les innoncents. Si le “tẽnse”veut faire effet, il commence au plus loin et il ronge petit à petit. S’il tueune personne et une autre personne pleure, cette personne aussi sera victime. Celuiqui doit parler et ne parle pas, cette personne aussi sera victime. Ensemble,prônons pour
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Etiane-Sandwiidi.png.
  1. la solidarité car le “tẽnse” n’est pas une bonne chose. Dans leterroir moaga, on parle de la terre (le tẽn-peelem) mais on ne parle pas du“tẽnse”, il détruit des familles et même le pays. Les dirigeants traditionnelsne vont-ils pas agir pour que le monde ne se détruise pas? Ainsi, j’appelletous les Burkinabè, à intensifier des discussions pour qu’une solution soittrouvée. Mais j’ai eu une information selon laquelle le médiateur du Faso SaranSEREME a rencontré Thomas Bagemzanré. Nous ne savons pas encore quelleinformation va sortir de cette rencontre, mais c’est ce même jour qu’il avaitdécidé de déposer le “ tẽnse”. Lagmymalgre, si les grands parents et lesancêtres sont avec nous, tout s’arrangera.
  2. Moilagmymalgre, je n’ai pas vu, mais j’ai entendu. Si un enfant parle du “tẽnse”dans mon village, cet enfant est puni. Moi lagmymalgre, je veux connaitre lanature des choses afin de les partager avec les lecteurs de “ Tẽng n biiga”.  C’est ainsi que j’ai demandé et on m’a montréune famille, dans cette famille, les gens vivent chaque fois dans desdifficultés. Si un membre de la famille commence à s’enrichir, ce dernier meurtdans une tragédie. Jusqu’en 2018 où nous sommes, cette famille ne se developpetoujours pas. Si un enfant de cette famille veut évoluer, le “tẽnse” le prend.Si un nouveau-né vient dans la famille avec une chance de richesse, s’il nemeurt pas par balle, ça sera par pendaison ou encore par accident. Raningytaale,sache que c’est en 1500, durant le règne de Naaba Oubri et de Naaba Karkuy quel’on a mis le “tẽnse” dans cette famille. Jusqu’à nos jours, « le tẽnse »réclamme toujours ses dettes. Le citoyen veut que ce genre de malheur nes’abbatte pas sur une autre famille, c’est ainsi qu’il pleure comme un singe,un singe pleure et ses larmes sont toujours loin.

       Le Citoyen

Une réponse à “Raningytaale “Hero”(EROH) yellã b get-a-la wa yel-faoogo, la a na n wã tẽnse”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*