Bãag kok t’a ra ta são a tɩbsgo

Tõnd sã n pa segl kambã beoog vɩɩm, d na n wa rata biig  n tʋme, la d pa na n yã ye.  Yaa gom-kãngã la pagba, sõng-sõng taaba, la zagsã vɩɩm yell minisri, a Marsall Maari YɩElɛnd lbʋʋd rɩk n taas kiba-kɩtbã. Yaʋʋm-sar kiuug rasem 28 yʋʋm 2108 soabã pʋgẽ, minisrã boola kiba-kɩtbã Baogẽ b tʋʋm-noorã zak pʋga, n na n  wilg kamb sẽn zĩnd Ma sãnmẽ wã Kodenvoaare. Yaa tʋmd-n-taare, sẽn be Burkĩna Faso ministɛɛr ning sẽn getpagbasõng-sõng taaba, kambã la zagsã yell ne Kodenvoaar sʋka. Sabaab-kãng n kɩte, tɩ b paam kambã n yiis sãnmẽ wã.

 Yʋʋm-sar kiuug rasem 28 raare, minisrã wilga kiba-kɩtbã kamb yʋʋm sẽn zems 14 n tek yʋʋm 17. Wakat-kãnga, tɩ kambã roagdb ra bee be. B wilgame, tɩ yaa kamb sẽn bas b roagdbã n zoe n kẽng sãnmẽ zĩigẽ. Minisrã wilgame tɩ yaa neb n kẽes b toogo, n tall kambã n kẽnge. La bãmb ministɛɛrã sẽn tar tʋmd-n-taar ne Kodenvoaare. Yaa tʋmd-n-taarã n sõnge, tɩ b paam kambã n na n gɩdg-b sãnem bogdã pʋs vɩɩm. Minisrã wilgame tɩ gofneem rɩka noore, tɩ b na n ges kambã beoog vɩɩm yelle. La bãmb ministɛɛrã sẽn get yel-kãng yellã, b  yãka yam n na n mao tɩ kambã paam wub-sõngo. Wubr sẽn na n kɩte, tɩ b zĩnd b roagdbã sɛɛgẽ, n paamBurkĩna Faso nin-buiidã wubri. Minisrã wilgame tɩ b sã n ka ges kambã beoog yelle, b na n wa rata biig n meng n tʋme, la b ka na n yã ye. Wall b rat biig sẽn na n zĩndi, n tʋm n kõ tẽngã n ka yã ye. Yaa rẽ tɩ bãmb gomd ne Burkĩna Faso nin-buiidã. B gomda ne zak soben-dãmba. Zak soab sã n wa n bao a biig rasem a tãab tõr n ka yã bɩ a togs bãmb ministɛɛrã. B sã n paam kibare, biiga sẽn kẽẽ, b n na n paam-a lame. B wilgame tɩ sʋka kambã bũmb ning sẽn kɩt tɩ b yãk yam n basd kaorengã n kẽ sãnmã tʋʋma zĩisẽ. La b sakame n wilgi, bũmb ning sẽn wat ne rẽ. Bãmb me na n maoome, n paam b sẽn datã n kõ-ba. B na n kell n zã-b lame n segl b vɩɩmã tɩ yɩ sõma. Sẽn paasde, b na n zãms-b tʋʋma, la b gãneg b yamã, n kɩt tɩ ba-yirã nonglem kẽ-ba. Rẽ poore, b na yaool n dɩk-b n kõ b ba-rãmba. Kamba, yii Burkĩna Faso tẽns buud toor-toor pʋgẽ, n da tɩ be Ma sãnem sẽn pẽne Seeralɩyond toaagã baobgo.  

Tõnd sʋka, kambã, la b wilgame tɩ yaa tʋʋma kaalem n wat ne rẽ.  Sẽn paasde, fo sã n zĩ n dat n sõng f roagdbã n ka tõe, n leb n getẽ, tɩ f kom-taabã tar montɛ-bɛda n  maand b sẽn data, tɩ fo ka tõe n paame, wat n lebga tɩlae tɩ f kẽng sãnmẽ wã.  Yaa rẽ n wat ne tɩ bãmb basd kaorengã n kẽnd sãnmã tuubu. Kambã roagdb wilga b tagsgo.  B wilgame tɩ bãmb bãnga kambã loogr tiigri, la biig sã n bõos foo tɩ fo ka tar n na n kõ-a, yaa tɩlae t’a looge. Bãmb ka tar yellã tɩɩm ye, rẽndame tɩ b zĩ n getẽ, tɩ b loogdẽ. La minisrã wilgame tɩ b na n maana b pãng sẽn tõe tɩ zu-loe-kãens kolg weoogo. A Marsall Maari Elɛnd Yɩlbʋʋd kell n kẽnga taoor n wilgi, tɩ yaa sõng wẽng rãmb n be, n kẽnd ne kambã sãnmã zĩigẽ, la Burkĩna Faso laloa wã zabda yel-kãnga. A wilgame tɩ pʋ-tẽer bɛɛgdb la b paam yã. La b bee bãensã roogẽ na n tags b beegrã zugu. Kambã roagdb ra ratame n deeg b kambã n kuli, la minisrã wilgame, tɩ b na n paama nus tʋʋm zãmsgo. Rẽ poore, b na n bao zʋgd karen-saam-dãmba, tɩ b sagl-ba. Nus tʋʋma la saglsã poore, b roagdbã yaool n deeg-ba. Minisrã wilgame tɩ biig a yembr n zoe tɩ b nan be yẽ me gẽesg sor zugu, la b na n paam-a lame.  B zoe n dɩka a sẽn ya toto n kõ gẽesdbã tɩ b na n gẽes-a. Tʋʋmdã sẽn wa n kolgd weoogo, tõnd pẽnega kambã n fees-ba, n na n bãng zu-loɛɛgã yãgr takɩ la b goama fãa yaa tʋʋma kaalem. Yaa rẽ n kɩtde tɩ b mi n kẽng sãnmã zĩigẽ, n tɩ sõngd n yɩlgd sãnmã, tɩ b pʋɩt taaba. Fo sã n kẽng tɩ f zug yɩ noogo, f paamda bõn-sõng n maane. Wẽnd kõ Burkĩna Faso zãadbã tõog tɩ b zab ne kambã sãnem bogdã pʋse.

Pẽgdwẽnde Erik Zĩnaaba

Prévenir la maladie vaut mieux que la soigner

« Si nous préparons pas l’avenir de nos enfants, nous allons vouloir envoyer un enfant un jour et nous ne trouverons personne ». C’est par ces paroles que Laurence Marshall ILBOUDO, ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille s’est adressé aux hommes de médias. Le 28 décembre 2018, la ministre a invité les hommes de médias à l’immeuble Baonghin pour présenter des enfants interceptés dans les mines de Mans en Côte d’Ivoire. C’est grâce à la collaboration qui existe entre les deux pays. Ainsi, les enfants ont pu être extirper de cette mine d’or.

Le 28 décembre 2018, le ministre a présenté aux hommes de médias des enfants âgés de 14 à 17 ans. On notait aussi la présence de leurs parents. Elle a expliqué que ce sont des enfants qui ont abandonné leurs parents pour se rendre dans des sites d’or. Elle a souligné que c’est grâce à des intermédiaires que les enfants ont pu se rendre à cette endroit. Grâce à la collaboration qui existe entre la Côte d’Ivoire et le Burkina, on a pu empecher ces enfants de vivre sur les sites miniers. La ministre a annoncé que les autorités ont pris des engagements pour s’occuper de ces enfants. Et comme c’est son ministère qui est concerné le plus, elle a pris une résolution pour assurer une bonne éducation à ces enfants. C’est une éducation qui vise à les garder auprès des siens pour bénéficier de l’instruction indispensable. La ministre a indiqué que si nous ne préparons pas l’avenir de nos enfants, nous allons vouloir envoyer un enfant un jour et nous ne trouverons personne. Ou encore nous allons vouloir des bras valides pour travailler pour le pays et nous n’en trouverons point. C’est pour cette raison qu’elle prend son temps pour s’adresse aux Burkinabé. Elle s’adresse aux chefs de famille. Si au bout de trois jours ils ne trouvent pas leurs rejetons, qu’ils viennent le signaler à elle. Si elle a l’information, là où se cache son enfant, ils le sauront. Evoquant les raisons qui ont conduit ces enfants à abandonner l’école pour se rendre sur les sites d’or, elle explique que les enfants ont pris leur temps pour s’expliquer. Ainsi, elle aussi prendra les mesures nécessaires à leur satisfaction. Ils bénéficieront d’une prise en charge et d’apprentissages divers qui les conduiront à aimer leur patrie. Par la suite, ils seront remis à leurs parents. Les enfants sont issus de plusieurs localités et vivaient à Mans vers la frontière avec la Sierra-Leone.

Parlant des raisons qui les ont conduits là-bas, ils évoquent le manqué de travail. En effet, si tu veux venir en aide à tes parents et qu’il n’y a pas de possibilité, que tes amis circulent avec de gros cylindrés et toi tu n’as rien, il devient nécessaire d’aller dans les sites miniers. Quant aux parents, ils disent avoir été informés du départ de leurs enfants. Si un enfant te demande quelque chose et que tu ne peux pas le lui donner, c’est obligé qu’il s’en aille. Ils n’ont pas de solution au problème et c’est ce qui explique leur mutisme et inaction. Madame le Ministre a rassuré les uns et les autres que tout sera mis en œuvre pour la résolution des différents problèmes. Laurence Marshall a indiqué que c’est grâce à des trafiquants que ces enfants parviennent à se rendre sur les sites miniers alors que cela est puni par la loi. Dans ce sens, des présumés trafiquants ont été appréhendés et méditent sur leur sort en prison. Les parents de ces enfants voulaient partir avec eux mais la ministre a expliqué qu’on allait les retenir pour les outiller en matière de travail et les accompagner avec des éducateurs sociaux. Ce n’est qu’après tout cela que les parents pourront les récuperer. La ministre a informé les journalistes qu’un enfant avait pris la fuite et qu’on était à sa recherche. Son signalement a déjà été communiqué à qui de droit. A la fin de la rencontre, nous avons approché les enfants pour mieux les questionner et connaitre leur réelle motivation. Tous étaient unanimes, c’est le manque de travail qui les a conduits là-bas. C’est pourquoi ils se rendent sur les sites miniers, aident à laver à grande eau la roche et se partagent le fruit obtenu. Pour eux, si tu as la chance, tu peux gagner un bon boulot pour faire. Que Dieu donne la force aux acteurs en charge de l’enfance de pouvoir combattre leur travail sur les sites miniers.

P. Eric ZINAABA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*