Biig tar ma a tar zom

Yʋʋm-yʋʋmd fãa tiugung yãka wao-fugdg kiuug pipi dɩmaasa, n maand tẽeb so-toak Yagem tãngã zugu. Yʋʋm 2019 soabã pʋgẽ, b le maan-a-la, wa b sẽn minim n maandẽ. Rõanda wã rẽ welga toor ne yʋʋm a taabã, tɩ bala, rõanda tẽeb so-toaka tika tiugung sɩngdb yelle, n maan tẽegre. Rẽ poore, b pʋʋsame n yõk d ma a Maryam sõng sɛɛga, Burkĩna Faso nin-buiidã na tõog n yi zu-loeesã pʋgẽ.

Sɩd yɩɩ wao-fugdg kiuug rasem a tãab raare, yʋʋm 2019 soabã pʋgẽ, la Burkĩna Faso tiugungã, la sãamb buud toor-toor naag taab Yagma.  Rog-n-mik yel-gɛtba, dĩin zẽmse, la nasaar nug tʋm-tʋmdb zĩnda sʋka, tɩ b naag taab n  pʋʋs d ma sõng barka. Yɩɩ bark  la b  sõngr kosgo, tɩ bala, moos yet tɩ:” biig tara ma a tar zom”. Kell n  yaa ne yel-bũn-kãnga, la Museyẽer  Filip Balo, sẽn ya  Sãmbeere tẽng nedã, n leb n ya Burkĩna tiugugngã yaaba, a Museyẽer Tevenu saam-biigã, yaa yẽ la b yãk t’a lʋɩ pʋʋsgã taoore. A pẽgame la a wilg tɩ Kagdinall Filip Wedraoog kõo yẽ sor tɩ b lʋɩ pʋʋsgã taoore. Meesã yɩɩ nonglem yell la a gom yã. B wilgame tɩ nonglem sã n ka be ninsaal ne a to sʋka,  yaa rẽ n wat ne wuk-m-menga, sũ-kĩire, maan tɩ looge, la paoog taaba. Yaa rẽ tɩ tiugung boond nin-buiidã tɩ b tall taab nonglem.

Museyẽer Filip Balo, ka wa a yembr ye. Bãmb ne  Museyẽer Tevenu saam-biisi la a yagense, n paas b tẽngã tẽn-bil a yemb “meer” n tũ wa. Meesã poore, b rɩka koɛɛga, n pẽge, la b wilg tɩ bãmb waame n na n pʋʋs burkĩn-bi wã bark zaamẽ. B waame na n pʋʋs barka la b ges Museyẽer Tevenu vɩɩmã sẽn yɩ toto ne a zĩnd-n-taasã Moog ka. La kell n yɩɩ pẽgre, la sũ-noog ne-ba. Bala, neb sẽn bãng Museyẽer Tevenu kõta b kaset-sõngo. Wẽnd na kõ-d vẽere, la Wẽnd na kɩt tɩ d maan n bãge.

Pẽgdwẽnde Erik Zĩnaaba

L’enfant dont la mère est vivante est sûr d’être nourri

Chaque année, l’Eglise choisit le premier dimanche du mois de février pour organiser un pélérinage au sanctuaire marial de Yagma. L’édition de 2019 a mis en exergue les pionniers de l’Eglise au Burkina. Elle a servi de cadre également pour prier la Très sainte Vierge Marie en vue de la paix pour les populations du Burkina Faso.

C’est le 3 février 2019 que l’Eglise du Burkina Faso et ses invités se sont retrouvés à Yagma. Autorités coutumières, adeptes des autres religions et autorités politiques ont effectué le déplacement pour ensemble rendre grâce à notre mère. C’était une cérémonie de louanges et d’invocation car comme disent les Moosé: “ l’enfant qui a une maman a de la farine”. C’est Monseigneur Philippe BALLOT, archévêque de Chambéry, et concitoyen du grand-père de l’Eglise du Burkina Faso, Monseigneur THEVENOUD, qui a dirigé la cérémonie. Il a tenu a remercié le cardinal Philippe OUEDRAOGO pour lui avoir concédé la présidence de la cérémonie. Son homélie a mis l’accent sur l’amour. S’il n’ya pas d’amour entre les hommes, c’est ce qui conduit aux divers vices: jalousie, moquerie. C’est pour cela l’Eglise invitent les fidèles à l’amour mutuel.

Monseigneur Philippe BALLOT n’est pas venu seul. Il était à la tête d’une délégation dont des petits-fils de monseigneur Thevenoud et un maire. Après la messe, ils ont pris la parole pour dire aux Burkinabè qu’ils sont venus les remercier pour ce qui est passé. Ils sont venus dire merci pour ce qu’a été la vie de Monseigneur Thevenoud avec ses collaborateurs ici au Mogho. C’est une occasion de louange et de joie pour eux. En effet, tous ceux qui ont connu monseigneur Thevenoud, donnent un bon témoignage de lui. Puisse Dieu nous donner la grâce de célébrer le pélérinage de l’année prochaine et les autres à venir.

Pegdwende Eric Zinaaba

Une réponse à “Biig tar ma a tar zom”

  1. né y tuum toogo, y tuum néré. Wend na kon y tuumda panga.
    Tond need wusg na tu yamb tuumdan bang mooran karaongo la gulsgo. y Bark barka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*