Naab a Zɩɩd wẽnd tõod limor a nii soaba

1.Lagemymalgre, d sã n ka na n solg taab sɩdã zĩiga, tɩ yaa Wẽnnaam tõog yell la d na n gome ninsaal roga ne sõmblem. Yaa rẽ n so t’a segd n tʋm n pids a sõmblmã, n paam n yɩ Wẽnnaam neba. Lagemymalgre, yaab-rãmb sẽn wa n ket b sɩd zĩigẽ, Wẽnnaam ra ka zãr ne-b ye. Ãdem bil fãa tara Wẽnnaam minim sẽn teesdẽ. Kẽer rẽ  tũuda rũmsã manesmẽ,  ninsaalbã, wall tɩɩsã, bɩ we-rũmsã vʋɩɩm nu-gãag pʋga, la a Wẽnnaam gomd ne-a. Wen-vɩʋʋgã pʋg pida ne yel-soalmã la yel-bãna Wẽnnaam sẽn solg ninsaala a tʋb-ka-wʋmdmã yĩnga. Na-kẽndr buud fãa sẽn maand weoogã pʋg bɩ rũmsẽ wã, wall sawatã zugu, yaa gomde Wẽnd sẽn gomd ne ninsaala. Yaa bũmbu, Wẽnnaam bɩ yaab-rãmb sẽn da gãnege, n paam n demsd b kambã, sẽn na n yɩlẽ tɩ b pa n yɩ Wẽn-mitba. Gomsɩda, gom-kãng ka le gomd rũnda yaas ye. Yaoolem zamaan waame tɩ Wẽn-mitb sõor lebg wʋsgo, n yaool ka mi Wẽnnaam tõog ye. Sã n ya naab a Zɩɩdwẽnd kambã, ninsaal bɩ rũng ka kiid ye. Ninsaal bee wen-vɩʋʋgã pʋgẽ. A yaa dũni yel-solemde, bala, a solga a meng likẽ. Sasa kẽr me a pukda a meng vɩʋʋgẽ. A sã n wa puki, yaa gomd n be t’a rat n gom ne a kamba, tɩ b rɩk n taas b yagense. Yaa puk-kãng me, la Wẽnd puk a menga, ne a Moyiis Sɩnay tãngã zugu. Leb n yaa puk-kãng me la Wẽnnaam puk b menga, ne Busumnaab a Kẽega Naabroll tãngã. Wẽnnaam tũnuga a Moyiisi, t’a fãag Israyall kambã Ezipti. Wẽnnaam leb n tolga Moyiis kãng buudu, t’a rʋʋg Kaya rãmb yaabã Lʋmbil kʋlgã. Wẽnnaam tũnuga, zĩifu, t’a vel a Zonaase. A Zonaas zĩnd zĩifã pʋg rasem katɛka. Wẽnnaam kãng leb n tʋma waaf Kugpɛɛla, t’a rʋʋg Yãada buudã yaabã kʋlga. Waafã  sõng-a lame  t’a rʋʋg koomã n kẽng a sẽn da kẽndẽ wã. Wẽnnaam ning sẽn naan-a dũni wã,  a yaa yel-soalmã. Bala, Wẽnnaam kãng kõ a Samsõ tõogo t’a ra yõgda bõnyẽese. Zĩnesɩda, yaa Wẽnnaam kãnga, n le kõ Wayugynaab a Zãngyal tõogo, t’a ra yõg bõnyẽese. Naab a Zãngyal ra yõga bõnyẽesã n kʋg n dɩt a naam.  Sɩdpasolgde, ãdem biig fãa tar a Wẽnnaam minim sẽn ya a soaba. Bũmb sã n wa maandẽ tɩ boto buudu, yaa Wẽnnaam tõogo.

2. Getarẽemba, nin-sablg roga ne nedemdo, a roga ne sõmblem la zɩɩre. La ninsaal yaa pãn-koamsa. Ninsaal yaa rabɛɛma, la tʋb-ka-wʋmda. Raningytaale, yaab-rãmbã ra bee likã pʋgẽ n ket n zãad b kambã tẽng zugu. Naab a Zɩɩdwẽnd kambã rog-n-mik pʋgẽ,  noaag tar a gomde, n gomd ne ãdem biiga. Tõnd yaab-rãmba, la d ba-rãmb gũusame n bãng tɩ noaag baga. A yaa  mita, Wẽnnaam kõ-a-la bãngre. Saag sã n niida, ba ya rasem a yopoe, n pa yoogdẽ, noaag sã n wa yi n yãbe:” kokolikoo”. Saagã pa le tõe n ta minit piig n pa yoog ye. Saag sã n tar niibu, tɩ ned rat n bob sore, bɩ a yii sore, n dat n lebg n kul tɩ saag niida, sã n wa yi n noaag wa yeele : «  kokolikoo », saagã kolga yoogre.

3.Yaab-rãmb gũusame b yãame, tɩ yaa vẽenega. Ba beoog ned sã n dat n  mak n gese, bɩ a me gũusi, t’a na n  yãame, tɩ yaa vẽenega. Rayĩmyã, tõnd yaab-rãmbã  sã n da zĩ n sõsda b gũusda noosã n getẽ. La pa wa no-raog sẽn na n pʋgd no-yãans wakat la b rɩkd n ning sʋk ye. Yaa no-raoog sẽn wat n be a sũ-noog zugu, a pa tar no-raoog n zabdẽ, a pa tar no-yãang tʋlsem. Yaa wakat-kãng la b gũusd-a n gese. B sã n yã noaag t’a wudg kut-kut-kut n ta n yals n tees-b n yeele:” kokolikoo” !  tɩ b rig-a:” wusa ! wusa” ! wall b wʋk kug n fãeeg-a t’a looge. A sã n looge,  n  ka zãag zĩiga, bɩ a wudgame n zoe kugã lobre, n tɩ tɩr n yalse. Rẽ poore, n  le wudg tuk-tuk-tuk n ta n le yeel-ba:” kokolikoo…” ! B sã n pẽdgdame n digd-a ba a sã n yi yɩnga, a togd n yalsa keoo..! Bũmb ning a sẽn wa ne wã, a lebd n wudg tuk-tuk-tuk n le ta n yeele:” kokolikoo…” ! A sã n le yeel woto… Tãnsoben-dãmbã tara sɛglgo. Wed-raad rãmb tara b wed-raad kolgr yambẽ. Wala, b nodgd b kãna, n sɛgend zabr sɛglgo,  bɩ sãan reegre. Noaaga sã n da kelem woto, ba sã n wa ya wĩnto-sʋka. Zaabr wakat a yiibã ne wakat a tãabã sʋk ka tat tɩ b pa yã noaagã  yãbr  bil ye. Noaag yãbr wakat buud fãa sã n pa wa ya toog n wate, yaa koɛɛg sẽn ya koe-tʋʋlga, la a wa n togse. A Tẽng-n-biig karemdba, wã fãa yaa gũusg pĩnd rãmb sẽn da gũusda,  n põsd dũni yãnde.  B ra tikame tɩ wã fãa yaa Wẽnnaam yel-soalma, b sẽn gomd ne-ba. Kibarã na n teka ka, la ka sa ye.

A Tẽng-n-biiag

Les préceptes de Naaba Ziidwendé (8ème partie)

  1. Lagemymalgre, si nous ne voulons pas nous cacher la vérité, et que nous voulons parler de la puissance de Dieu, acceptons que l’homme est né bon. Voici pourquoi il doit faire montre de cette bonté pour être un homme de Dieu. Lagemymalgré, quand nos aieux cheminaient sur la voie de la vérité, Dieu n’était pas loin d’eux. Chaque humain possède en lui une connaissance de Dieu. Pour certains, c’est par le comportement des animaux, des humains, des arbres, ou bien dans les agissements des animaux sauvages que Dieu parle. L’environnement est plein de bienfaits et de miracles que Dieu a cachés aux hommes à cause de leur mauvais comportement. Il y a des comportements dans l’environnement tout comme au niveau des animaux qui sont des paroles que Dieu adresse aux humains. C’est quelque chose que Dieu ou les ancêtres ont adoptée pour mieux orienter leurs progénitures, afin qu’ils soient des croyants en Dieu. Gomsida, cette réalité, on ne l’évoque plus de nos jours. Avec l’avènement du nouveau monde, les croyants sont devenus nombreux mais ils ne connaissent pas la puisssance de Dieu. Selon les enfants de Naaba Ziidwendé, l’homme ou l’animal ne meurt pas. L’homme demeure toujours dans la nature. Il est un bienfait du monde, car il est caché dans l’obscurité. Souvent, il se rend visible à l’œil nu. S’il se montre, c’est qu’il veut s’adresser à ses enfants pour qu’ils transmettent le message à ses petits-fils. C’est par ce genre d’apparition que Dieu s’est révelé à Moïse sur la montagne du Sinai. C’est par ce genre d’apparition que Dieu s’est montré au chef de Boussouma Naaba Kinga sur la colline Naaroll. Dieu est passé par Moise pour sauver les enfants d’Israel de l’Egypte. Dieu a encore envoyé un autre Moise pour accompagner l’ascendant des ressortissants de Kaya sur l’autre rive au niveau du barrage de Loumbila. Dieu a envoyé un poisson qui avala Jonas. Celui-ci demeura dans le ventre du poisson pendant plusieurs jours. Ce même Dieu a envoyé un serpent à Koupela pour qu’il guide l’ascendant des Yaada jusqu’à l’autre rive. Le serpent l’a aidé à traverser l’eau pour se rendre à la destination souhaitée. Le Dieu qui a créé le monde est un bienfaiteur. En effet, ce Dieu avait donné à Samson la puissance d’attraper des lions. Zinesida, c’est ce Dieu-là, qui a donné au chef de Ouahigouya, naaba Zangyal, la puissance pour attraper des lions. Naaba Zangyal pendant son règne attrapait des lions qu’il tuait. Sidpasolgde, chaque humain possède en lui le don de la connaissance de Dieu. S’il existe ces similitudes dans l’histoire, c’est la manifestation de la puissance de Dieu.
  2. Getareemba, le noir est né avec de la chair, il est né avec de la bonté et la gloire. Mais l’homme est faible, il est peureux et bouché. Raningytaalé, nos ancêtres étaient dans l’ombre et luttaient pour leurs enfants sur terre. Dans la tradition des enfants de Naaba Ziidwendé, le coq a un message qu’il adresse à l’humain. Nos ancêtres et nos parents dans leur observation ont remarqué que le coq est comme un devin. Il connait les choses et Dieu lui a donné de la connaissance. S’il pleut, même pendant une semaine sans arrêt, dès que le coq chante « Kokolikoo », la durée de la pluie ne peut plus dépasser une dizaine de minutes. S’il pleut et une personne veut se rendre en voyage ou qu’elle est en voyage et que son retour ne coincide avec un temps pluvieux, si elle entend chanter « Kokolikoo », c’est que la pluie va s’arrêter sous peu.
  3. Nos ancêtres ont observé, ils ont vu et c’est certain. Même si demain quelqu’un veut vérifier, qu’il observe, il verra et ce sera sûr et certain. Rayimya, quand nos ancêtres se rassemblaient pour échanger, ils faisaient attention aux comportements des gallinacés. Ce n’est pas au moment où un coq poursuit une poule qu’ils font attention. C’est lorsque le coq est dans un état de félicité, ne cherchant pas la bagarre et n’ayant pas de désir envers une poule. C’est à ce moment qu’on l’observe. S’ils voient un coq courir et venir s’immobiliser pour dire ‘’kokolikoo », on le chasse ou bien on le fait éloigner au moyen de cailloux. S’il bouge et ne va pas loin ou s’il court à cause des cailloux, puis il s’arrete et ensuite il court pour revenir leur dire ‘’kokolikoo », si l’on s’approche de lui pour le chasser et qu’il sort, s’arrête un instant pensif… A cause du message qu’il est porteur, il court et il revient dire : « kokolikoo ». S’il recommence le même scénario, c’est que les combattants doivent se mettre en posture de combat et s’apprêter. Les cavaliers doivent commencer à appreter leurs chevaux comme s’ils ramassent leurs lances, préparent une bataille ou s’appretent à accueillir un étranger. Si le coq se met à chanter de la sorte, si c’est autour de midi, on ne peut pas atteindre 14h et 15h, sans comprendre le sens de ce cri. Le cri du coq, si ce n’est pas pour annoncer une situation difficile, c’est pour donner une information urgente. Chers lecteurs de Teng-n-biiga, tout cela constitue des choses auxquelles nos ancêtres faisaient attention pour échapper à la honte. Ils considéraient ces faits comme des miracles venant de Dieu et des messages divins aussi. L’explication s’arrête là, mais la suite au prochain numéro.

Le Citoyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*