Naab a Zɩɩd wẽnd tõod limor a wɛ soaba

1. Lagemymalgre, Wẽnd gomda ne b kambã yel-bãna la yel-soalem pʋgẽ. Lagemymalgre, m ket n tẽegda foo. M  tẽegd-f lame, tɩ tõnd yaab-rãmb sẽn wa n ket b sɩd zĩigẽ, Wẽnnaam ra ka zãr ne-b ye. Ãdem bil fãa tara Wẽnnaam minim sẽn teesdẽ. Kẽer Wẽndã minim tũuda rũmsã manesmẽ,  ninsaalbã, wall tɩɩsã, bɩ we-rũmsã vʋɩɩm nu-gãag pʋga. Yel-solemde, bɩ yel-bãnd sã n wa puk be, t’a buud nan zɩ n maane, yaa Wẽnnaam gomd ne-ba. Wen-vɩʋʋgã pʋg pida ne yel-soalmã la yel-bãna Wẽnd sẽn solge. Sa-tãsã, la sawatã, tɩɩsã wombẽ, bɩ b kambã kõbgo, ka rẽ bɩ tɩɩg vãad siglgã na-kẽnda, yaa goam n be a pʋgẽ. Gomsɩda, d yaab-rãmb ra karemda rẽ n põsd dũni yãnde. Wẽnnaam ka tol n bas ãdem-bil kɩɩbd tẽng zug ye.La yaa bõe tɩ tõnd vʋɩ wa kɩɩbse, n vʋɩ wa yembse. Mikame tɩ tõnd ka le Wẽnd minim ninga naab a Zɩɩdwẽnd sẽn bas ne-dã ye. D ka get zamaanã wa d saam-dãmba, d ka karemd gʋlsem nins tõnd yaab-rãmb sẽn tũnugd sasa rãmbã, bɩ rũmsã, wall tɩɩsa n  gomd ne tõndã ye. D kʋmbame tɩ yaa neb sẽn ka tol n bãng Wẽnd goama. Ad yaa rẽ tɩ bũmb sã n wat beoog n na n dɩ tõndo, a watame n dɩ tõndo, tɩ d yaool n yetẽ tɩ Wẽnd sõng-do.

2. Lagemymalgre, naab a Zɩɩdwẽnd kambã ra ka karemd sebre, n wʋmd Wẽnnaam goam ye. Wẽnnaam tũnugda wen-vɩʋʋgã pʋg n gomd ne-ba, tɩ bãngdb reegd n togsdẽ. Wẽnnaam tũnugda rũmsã n gomd ne-ba, tɩ bãngdb reegd n togsdẽ. B tũu rẽ, n ka tol n yã dũni yãnd ye. Bala, b yaa sakdba, la b sã n wʋm bũmb kibare, b kokdame t’a ra kẽ b tẽngẽ ye. B sã n yã rũngu, bɩ biig sẽn dog buudã pʋgẽ, bɩ zak pʋg gomde, b miime. Zĩig sã n sobge, b geta ãdsã la kiuugã n zoe n bãng bũmb ning sẽn na n zĩnd beoogo. Naab a Zɩɩdwẽnd poorẽ dãmbã yɩɩ gũusdba. Gũusda, la bɛoonda n tõe tãpo. Bʋysɩda rũng sã n gomd ne tõndo, rũnda d rɩkda rẽ n bool wɩɩbdo. Ziren-be-bagbã lebga wʋsgo, rat zãmbã rãmb sooga moogo. Ned fãa baooda a meng we n nafe. Sabaab-kãng kɩtame tɩ ned ba a ye ka le rat tɩ sɩdã puk ye. Yaa ãnda n na n fãag tõnd nin-sablse? Yaa rẽ tɩ m tar ne-foo naab a Zɩɩdwẽnd yellã goama. Raare, fo me na kelge, la f gese, n bãng tɩ tõnd bee zamaan pʋgẽ, neb sẽn ka tagsd wa b saam-dãmba, la b tũud sor ning b yaab-rãmb sẽn tũ n bas ne-ba, n yaool n dat n vʋɩɩmd burkĩnd vʋɩɩm.

3. Rayĩmyã, mam wilga foo limor ning sẽn nan loog tɩ ad-a pʋgdã pʋgẽ. M wilga foo tɩ tõnd yaab-rãmbã  sã n da zĩ n sõsda b gũusda noosã n getẽ. Noaag leb n tara yal a taaba, tɩ naab a Zɩɩdwẽnd kambã ra gũusd n getẽ: noaag sã n dʋ lalg zug n yɩ a yãoogã pã-pã-pã-pã ! n yeele : «  kolkolikoo ». Sã n mik tɩ neb n pid zakã, b yikdame n gɩd-a, sẽn na yɩle, t’a  lʋɩ rapoore. A sã n kelem n lebg n lʋɩ zakẽ wã, moos tẽngẽ neb kẽer sũur ka noom ne rẽ ye. Raningytaale, boto wilgdame tɩ zakã na n boogame. A na n boogdame bilf-bilf n gindẽ, hal tɩ nebã meng sũy wa sãam zãnga. Wilgdame tɩ zakã pa na n yalg n paas ye. La a sã n yet tɩ : «  kokolikoo » n yɩk n lʋɩ rapoore, zakã na n yalgame. Zakã rãmb na n paama pagb la koamb wʋsgo, tɩ bãmb me yi n ti b zagse. Ya wã n kɩte, tɩ noaag sã n kʋm n lʋɩ yɩnga, nebã fãa sũy yaa noogo. A sã n kʋm n lʋɩ pʋgẽ, yaa pelen-yɩka.

4.Noaag sã n yi zak pʋg n lob lalg poore.  Zemnemalgre zakã rãmb ne b  na n wa yã-a, t’a paam n lob a gɛlã n sa. Maan-y sũ-noogo. Bala, zag-bãoones n na n yi zag-kẽengã pʋga, n ti gils-gils kupi n paase. Yaa rẽ kibar la a kõ-y-yã. Zakã na n yalgame, la a nebã ka na n tol n yã dũni naong ye. Gũusingesba, noaag sã n lob ragend pʋga,  t’a gellã tũ ragendã woglle, n tũnug raadã b sẽn ningd ragendã pʋga, b pa kʋʋd-a ye. B rɩkda gellã bal n serge, n bao zĩig sẽn na sak t’a leb be n tɩ lob n baase.  B pa kʋʋd-a, b ka maand-a bũmbu. Kiba-kãng me wilgdame tɩ pʋg-paal n na n kẽ zakã pʋgẽ. Noaag sã n dat n wilg tɩ zu-loɛɛg sẽn wat beoogo, a sã n kẽ ragend pʋg n lobe, t’a gellã noor lebg n tees yɩnga, yaa yelle.  Wakat-kõngo, roogã soab zoe n mii bũmb na n maane. Sã n ya yaab-rãmb wẽndẽ roogã soab ka na n yals n baas a kãadmã zĩ-kãng ye. Bala, yaa yiib goam la a sẽn gomã. Roogã soab sã n ka na n zab n yi la a bas a sɩdã,  a na n kiime. Sẽn ya a soab fãa roogã yẽ na n pa vʋɩɩgo. Bala,  noaagã yiisa roogã soaba. Kibarã na n le teka ka, la ka sa ye. Wẽnd na kõ-d yĩndaare.

                                                                     A Tẽng-n-biiga

Les préceptes de Naaba Ziidwendé (9ème partie)

1. Lagemymalgré, Dieu parle à ses enfants en paraboles et avec des miracles. Lagemymalgré, je te rappelle encore que lorsque nos grands-parents étaient encore sur la bonne voie, Dieu n’était pas loin d’eux. Chaque individu possède en lui la prise de conscience de l’existence de Dieu. Pour certains, c’est par le comportement des animaux domestiques, des hommes, des arbres, ou la vie des animaux sauvages. S’il y a un bienfait ou un miracle qu’on n’a jamais vu auparavant, c’est un signe que c’est Dieu qui leur parle. L’environnement est plein de bienfaits et de miracles que Dieu a cachés. Les tonnerres, les nuages, la production des fruits ou leur coloration, ou encore la couleur de leurs feuilles, toutes ces réalités s’expriment. Gomsida, nos grands-parents observaient bien cela et étaient épargnés de la honte. Dieu n’a jamais cessé de guider l’homme sur la terre. Mais pourquoi vivons-nous comme des orphelins, comme des esclaves. C’est que nous ne disposons plus de la connaissance de Dieu que Naaba Ziidwendé nous a laissés. Nous n’observons plus le monde comme faisaient nos aïeux, et donc nous n’arrivons plus à interpréter les signes venant des animaux ou des arbres. Nous nous comportons comme des gens qui n’ont jamais connu la parole de Dieu. C’est pour cela si demain quelque chose doit nous faire périr, la chose nous fait périr effectivement et c’est à ce moment nous demandons à Dieu de nous venir en aide.

2. Lagemymalgré, les enfants de naaba Ziidwendé ne faisaient pas l’école pour comprendre la réalité de Dieu. Dieu leur parlait à partir des signes dans l’environnement et les savants interprétaient pour eux. Dieu passait par les animaux domestiques pour leur parler et des savants en assuraient l’interprétation. Ils ont suivi cette voie et n’ont jamais vu la honte. En effet, ils prêtaient une oreille attentive et dès qu’ils entendent parler d’un malheur, ils essaient de le stopper avant qu’il n’arrive. S’ils voient un animal, un enfant qui nait dans la famille, un problème de famille, ils savent. Quand la nuit tombe, ils observent les étoiles et la lune et savent déjà ce qui va arriver le lendemain. Les adeptes de naaba Ziidwendé étaient de fins observateurs. C’est l’observateur et celui qui aime prendre de l’avance qui triomphe devant l’archer. Buysida, si un animal nous parle, aujourd’hui on assimilera cela de malheur. Les faux savants sont devenus nombreux et les malfrats sont devenus maitres du monde. Chacun cherche son propre succès. Cela fait que personne n’a du prix pour la vérité. Qui va venir sauver nous autres noirs ? C’est pour cela je ne cesse de te parler de naaba Ziidwendé. Peut-être écouteras-tu et tu agiras tout en sachant que nous sommes dans un monde où on ne réfléchit pas comme nos ancêtres, où on ne suit pas la voie laissée par nos ancêtres et l’on veut vivre dans l’intégrité.

3. Rayimya, je t’ai parlé des nombres. Je t’ai dit que lorsque nous ancêtres étaient réunis ensemble, ils faisaient attention aux comportements des poules. Elles ont des postures que les enfants de naaba Ziidwendé observaient : si une poule monte sur un mur, fait un mouvement à partir de sa poitrine et dit : « kolkolikoo », s’il se trouve qu’il y a du monde dans la maison, on essaie de l’attraper pour qu’elle passe derrière la maison. Si elle crie et retombe dans la maison, certains Moosé ne sont pas contents de tels comportements. Raningytaalé, cela veut dire que les membres de la maisonnée vont diminuer. Le nombre va diminuer petit à petit et attrister les gens. Ça veut dire aussi que la maisonnée ne va pas s’agrandir. Mais si elle dit : « kokolikoo » et se jette dehors, les membres de la famille vont s’agrandir. La maisonnée va obtenir beaucoup de femmes et d’enfants, et les hommes vont sortir chacun fonder son foyer. C’est pour cette raison que, si une poule crie et du mur tombe à l’extérieur, tout le monde est content. Si au contraire elle retombe dans la maison, c’est la peur au ventre.

4. Si une poule part pondre derrière un mur, Zemnemalgré, avant que les habitants de la maison ne voient, elle a fini de pondre. A ce moment, il faut se réjouir.  En effet, des maisonnées vont sortir de cette grande famille, construites toutes rondes autour. C’était le message émis. La famille va s’agrandir et ses habitants ne connaitront pas la pauvreté. Guusingesba, si une poule pond dans une cuisine, que l’œuf suive la longueur du foyer dans le sens du bois, il est interdit de tuer cette poule. On fait bouger l’œuf et on trouve un endroit approprié pour déposer l’œuf et permettre à la poule de poursuivre sa ponte. On ne la tue pas, on ne lui fait rien. Ce signe est annonciateur de l’arrivée prochaine d’une femme dans cette maison. Si une poule veut annoncer un malheur à venir, si elle rentre dans une cuisine pour pondre, le sens de l’œuf ira vers l’extérieur et c’est signe de problème. A ce moment, le chef de famille sait déjà que quelque chose se profile à l’horizon. Si c’était toujours au temps ancestraux le chef de famille ne va pas laisser durer son épouse là-bas. En effet, le message est celui d’un départ. Si la femme ne va pas faire palabre et quitter son mari, c’est qu’elle va mourir. Tel que soit le cas, c’est un signe que la maison va rester vide. En effet, la poule a fait sortir l’épouse de la maison. C’est la fin pour cette partie et non pour cette chronique. A la prochaine Chronique.

Le citoyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*