Fɛspako Yʋʋm 2019 soabã ket n kẽnda taoore

Tõnd nin-sabls tẽns sĩnim maandbã, sega taab Waogdgo n na n maan wã Fɛspako naoor 26 soabã tigri. Tigrã yĩnga, b sigla sõasg wao-fugdg kiuug rasem 25 wã n na n gom nin-sabls tẽng sĩnma wã beoog vɩɩm yelle. Tʋʋmdã sigindb wilgame tɩ yaa tigsga, b sẽn na n tigim sĩnim maandb buud toor-toore, kom-bɩɩb la kasemse. Tikrã gom-zug yaa : « d lagem taab ne tagsgo, sẽn na yɩl tɩ Afirik sĩnma wã beoog yɩ neer a sõmblem wɛɛngẽ » Sẽn zĩnd-b tigsgã pʋg tagsa Fɛspako wã yʋʋm 50 wã zugu, la b ges bũmb nins b sẽn na n maan tɩ nin-sabls tẽns sĩnma paam zĩig dũni wã pʋgẽ. Yaa Afirik sinim maand-bɛda, la bãngdb buud toor-toore, n zĩnd tigsgã pʋgẽ.

Ya a Gastõ Kaboore, n lʋɩ tigsgã taoore A wilgame tɩ yaa tɩlae tɩ b bãng yõod ning Fɛspako wã pʋgẽ, la b mao n paam yam-paal n paase. B tags a zugu, sẽn na n yɩlẽ, tɩ Fɛspoko sẽn  watã yɩ sõma. Fɛspako wã sɩngdb sʋka, a Alimata Salembeer lebgame,  n tẽeg Fɛspako wã sɩngre, la sẽn yɩɩd fãa,  a pipi soabã sẽn zĩnd yʋʋm 1969 soabã pʋgẽ. Kell n yɩɩ wakat a Dikõge Pipa, Kamerund biiga, la a Tɩmote Basori, sẽn yit Kodenvoaare,n naag taab n tẽeg yʋʋm 1969 soabã sẽn yɩ toto. Sĩnim maandbã wilgame tɩ Fespako wã yaa tigri,  sẽn ya tig-kaseng Afirik yĩnga. Sĩnma wã la Televisẽo wã tigr naoor 26, la a yʋʋm 50 tẽegr ket n kẽnda taoore. A n na n pag a kʋɩlens tʋʋlg kiuug rasem a 2 yʋʋm 2019 soabã. A gom-zugã yaa: « tõnd nin-sabls tẽns sinmã kʋdemde, la a sẽn wat beoogo »

FESPACO 2019: Débats autour de l’avenir du cinéma panafricain

Des acteurs du cinéma africain, présents dans la capitale burkinabè, à l’occasion de la 26e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), ont entamé lundi, des débats autour de l’avenir du cinéma en Afrique. Selon les organisateurs, il s’agit d’un colloque qui réunit les cinéastes, doyens comme jeunes, autour du thème: «confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité». A l’occasion, les participants devraient discuter et revisiter les 50 années d’existence du FESPACO, «afin de se projeter vers l’avenir pour un cinéma africain qui a sa place dans le monde». Le colloque connait la participation de grands noms de cinéma sur le continent africain mais aussi de jeunes cinéastes, des chercheurs, des historiens. Pour Gaston Kaboré, coordonnateur du colloque, il s’avère nécessaire de «comprendre d’abord le fruit de cette longue marche qu’est le FESPACO et en tirer toutes les leçons et nous asseoir ensemble pour inventer le futur de ce festival». Ainsi, l’une des doyennes du FESPACO, Alimata Salembéré est revenue sur la genèse du festival dont elle a été la première présidente du comité d’organisation, en 1969. A leur tour, Dikongué Pipa du Cameroun, Timithé Bassory de la Côte d’Ivoire, et bien d’autres ont évoqué les souvenirs de leur premier passage au FESPACO dans les années 69.

Pour l’ensemble des cinéastes, le FESPACO est incontestablement l’une des manifestations panafricaines la mieux réussie du continent et qui traverse le temps. La 26e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui correspond au cinquantenaire de la biennale, se déroule du 23 février au 2 mars 2019 sous le thème central : «Mémoires et avenir des cinémas africains».

Agence d’information du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*