Sayɛll soolmã yidgri

Tʋʋlg kiug rasem 15 yʋʋm 2019 soabã pʋgẽ, gofneema taoor soab a Kiristof  Dabɩɩr lʋɩɩ tigsg a ye pʋgẽ, tɩ b gom Sayɛllã yidgr yelle. Yaa tẽng yidgr sor b sẽn zĩngi, n boond tɩ « porogaram dirizãas di sayɛlle ». Snekã kell n yɩɩ wakate, b sẽn lebg n ges yʋʋm 2018 soabã tʋʋm gɛɛla. Rẽ poore, b zĩnda ne taab n na n ges yʋʋm 2019 soabã tʋʋm na-kẽnda sẽn tõe n dɩk toto.

Yõ-koglg kaalmã wɛɛngẽ, b zĩnga tʋʋm na-kẽnda 285, yʋʋm 2018 soabã. Yaa tʋʋm 148 la b tõog n zĩngi. Koabg zugu, yaa tʋʋm 52 la bal la b tõog n paam pidsi wala sẽn segde. Sã n ya ne ligdã wɛɛngẽ, yaa milyaar 47 la zak la b yiis yã n kẽes tʋʋmdã pʋgẽ. Yaa kiba-kãng yaa minisr dãmba la tʋʋm mitb buud toor-toore, n paas gofneema taoor soab a Kiristof  Dabɩɩr n segd n be taoore. A Polind Zʋʋre,  minisr sẽn sõngd tẽn-gãongã la toosã kogl yell wilgame tɩ tʋʋmd buud toor-toor na n tʋmame sẽn na yɩlẽ tɩ b sẽn dat bũmb ning tʋʋmdã na sõma wã wɛɛngẽ sõmblem yɩɩg sẽn loogã.

A kell n paasame tɩ meebã zĩigẽ tʋʋm-noy kẽer zoe n tʋm n saame. B tʋma yõ-koglg kaalmã yĩnga. Sẽn paasd me ligd sẽn pa be wã  kɩtame, tɩ yaoodã pa yi tʋʋll ye. A pʋʋsa neb nins sẽn deeg tʋʋmdã barka, ne b sẽn tall tẽng-n-biilim la maag-m-menga n gũ gofneema no-rɩkrã.

 Reezẽo rãmb a taab pʋsẽ wala Bukl di muhundi, Reezẽo de Lɛse, Sãntr ɛs, la Sãntr noore.

A wilgame tɩ yaa ligd sõor sẽn ta milyaar 100 la b na n dɩk n kẽes bab-kãens yʋʋm 2019 soabã la  yʋʋm 2021 sẽn watã pʋgẽ. Sull ning sẽn get tʋʋmdã  yell talla kosga a yiibu. Pipi ya b woog na-kẽndɩ nins b sẽn tũud n paam gofneema raase. Sẽn paasde, ya b maan b pãng sẽn tõe tɩ goofneem tʋʋm- noya zĩnd zĩig  fãa tẽnsã pʋse.

Kibarã yii Sidwaya

Programme d’urgence pour le Sahel : 51,93% de taux d’exécution physique, malgré l’insécurité

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé la première session du conseil d’orientation stratégique du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) qui s’est tenue, le vendredi 15 mars 2019, à la Primature. Cette rencontre a été l’occasion de faire le bilan des activités de 2018 et d’élaborer une feuille de route pour la mise en œuvre de celles de l’année en cours.

En dépit du contexte sécuritaire, le Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) a engrangé des acquis. Ainsi, sur 285 actions programmées en 2018, 148 ont été réalisées, soit un taux d’exécution physique de 51,93%. Sur plan financier, les dépenses engagées sur la période s’élèvent à plus de 47,283 milliards F CFA soit un taux de 44,06%. Des informations données à l’issue de la 1re session du conseil d’orientation stratégique du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) qui a réuni les ministres concernés, les techniciens et le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, le 15 mars 2019. Pour le ministre délégué chargé de l’aménagement du territoire, Pauline Zouré, ces résultats sont à mettre à l’actif de l’ensemble des acteurs de la mise en œuvre de ce «vaste» programme.

Elle a fait comprendre qu’il y a eu des fois où des entrepreneurs ont abandonné des chantiers à cause de l’insécurité. Et d’ajouter que les contraintes budgétaires ont été un facteur qui a occasionné des retards dans certains paiements. «Je félicite les acteurs qui ont fait preuve de sursaut patriotique pour réaliser les activités», s’est-elle réjouie. Cette détermination a convaincu le gouvernement à élargir le PUS à d’autres régions. Il s’agit en plus du Sahel et du Nord, de la Boucle du Mouhoun, de l’Est, du Centre-Est et du Centre-Nord.

L’enveloppe globale pour ces nouvelles zones est de 100 milliards F CFA par an sur la période 2019-2021, foi de Mme Zouré. Par ailleurs, le conseil d’orientation stratégique a fait deux recommandations à l’issue de la rencontre. Il s’agit de l’allègement des procédures de passation des marchés et l’élaboration d’une stratégie qui devrait permettre la délivrance de services publics sur l’ensemble du territoire.

Source : Sidwaya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*