Naab a Zɩɩd wẽnd tõod limor a piig la a yiib soaba

1.Lagemymalgre, a Yãpĩnd biig yʋʋr bonda a Pawãnyĩmda. Bag-kɩɩsa, n zɩt bag-waooga. Naab a Zɩɩdwẽnd kamb wilgame:” raya pʋgẽ ray n be, ra-kãens yaa ray naab a Zɩɩdwẽnd sẽn yãke, n keoogd b kambã. B keoogd-b lame sẽn na yɩl tɩ bãnge, tɩ ka bãmb b yembre, n so dũni wã ye. Leb n ka bãmb b yembr bala, la Wẽnd rat ye. Wẽnnaam nonga b sẽn naanã fãa, la b ratame tɩ pãng soaba, la a kãng soab tall a zĩiga, la a soolem tẽng zugu. Moose, Silmiisi, Zãngoeto, Eziptsẽemba, Yɩsrayalyẽemba, la Araabse… b fãa ra miime, tɩ raya sʋka, zu-nood ray beeme, tɩ zu-beed ray beẽ. Yaa wala, Ezipt la Yɩsrayall baobgã kamb sẽn da yãk sibr dare, tɩ ya Wẽnnaam noor daare. Araabsã tẽngẽ arzũm daar noore, la hat raar beeme, tɩ b rɩk rẽ, tɩ ya kisgu. Raar ba a ye ka n tar zu-loɛɛg ye. Lagemymalgre, yaa raar ning sẽn tʋk yãmb buudã noogo, la ra-sõngo. Moos tẽnga, talaato, arba, arzũma, hato, ra-kãens yaa raya b sẽn tõe n kõ naam. B leb n yãka ra-kãens n maand kiidu, n kõ yaab-rãmb koom. Sɩdpasate kiid yaa yaab-rãmb kʋy tẽegre.

2.Sɩdapasata, koɛɛg-koɛɛga, bãng tɩ ra-kãens yaa kʋy raare. Pĩndã, Arzũm daare, weoog ra pa gõod yaare. Bʋʋr ra pa maand yaar weoog pʋg ye. Naab a Zɩɩdwẽnd kambã wilgame tɩ ra-kãng yaa zĩn-dãmb raare. Zĩn-dãmb daare, pẽe ne ninsaal zɩɩm daagr raare. Hat raar yaa ãdem biig waoong tẽng zugu. Wĩndgã me puka tẽn-gãong zug baraare. Yaa rẽ, tɩ naab a Zɩɩdwẽnd kamb yãka hat raare, n tiid b zagse. B sã n na n ti zak sa, yaa hat raare, la b sɩngd zakã pʋg vʋɩɩmdgo. B sã n kẽ zakã pʋg hat raare, b tõe n vʋɩɩmda zakã pʋg n kaoose, tɩ zakã pa wã ye. Na-kẽnd-kãng wilgdame tɩ wĩndgã sã n ka sa, zakã ne a nebã me ka tõe n sa ye. Arb tara Arb-karo, tɩ naab a Zɩɩdwẽnd kambã gũusd b mens ne-a. Arb-karo raare, liuul sã n yɩk a tɩʋkẽ, a pa lebgd ye. Bũmb buud fãa ninsaal sẽn maan Arb-karo raare, a sã n tʋk-a noogo, yaa noogo. A sã n tʋk-a beedo, yaa beedo. Raningytaale, rũnda, tõnd ka le gũusd raar ba a ye, kɩtame tɩ tuugdgã lebg wʋsgo. Lagemymalgre, rayã pʋgẽ ray kẽer n be tɩ Moose, la Araabs maand gũus-b-meng ne-ba. Yaa wala Zũma tɩ b boond tɩ arzũma. Arzũm daare moos sẽn zoet-a lame. Ba lislaamd pʋgẽ, b sã n na n fur paga, tɩ pagã roagdb fãa ya Lislaamba, b sã n kõ pagã ligd t’a tɩ pãnem a zug zũma raare, a pa sakd tɩ pag sɩd sẽn ki, pãnem-a ye. Pĩndã b sã n da wa yã pag t’a pãnemd a zug zũma raare, yaa bi-pugla. Bala, bi-pugl nan pa kẽ kãadem ye. Pag sẽn kẽ kãadem zug pa pãnemd zũma raar ye. Gesbãmba, bõe la tõnd ka maand rũnda? M datame tɩ f bãnge, tɩ sẽn be Moosẽ n da be Silmiisẽ wã. Sẽn be Yɩsrayal kambẽ, n da be Eziptsẽembẽ. Sẽn be Araabsẽ, n da be Ẽndẽembẽ, la Budiis rãmbẽ.

3.Rawelgensãamba, sibr yaa ra-tʋʋlga. Sibr daare, Moos nong-a lame, la b zoet-a. Bũmb ning sẽn kɩt tɩ b zoet-a la b nong-a wã, võor la woto. Sãamdbwaooga, fo sã n gũus n gese, sibr yaa naam yugb daare. Sibr yaa ra-tʋʋlg moos rog-n-mik pʋgẽ. B sã n dɩk bũmb n kõ ned sibr daare, bõn-kãng ka le tõe n viig ye. Rẽnd tɩ bũmbã paam yaop n paase. Sibr sẽn leb n ya ra-bãnd tɩ Moos zoet-a wã, moor pʋgẽ ned sã n ki sibr daare, ka na n kaoose, tɩ kiidã paam yao tɩ ki n pʋgl-a tʋʋll-tʋʋll ye. Moos sẽn nong sibr la b zoet-a wã, yaa zĩ-kãnga. Ned sã n ki ki sibr daare, b sogend a mumbã tao-tao n solg-a, t’a to ra pʋgl tʋʋll ye.

4. Lagemymalgre, ned sã n ki sibr daare, a pʋgd-rãmba la a ba-rãmb yaeesdame. Bala, b ket n tẽedame ned n na n pʋgl b buudã pʋga. Naab a Zɩɩdwẽnd kambã rog-n-mik pʋgẽ, sã n da ki sibr daare, tɩ maan kiuugu, tɩ kũum a to pa pʋgle, yaa wala sẽn maan yʋʋmde, tɩ ned ka ki ye. Nebã fãa sɩd rɩka rẽ tɩ ya b rog-n-miki. Wẽnnaam me sɩd gãd-a lame t’a ya vẽenega. B gũusame b yãame tɩ yaa bũmbu, sẽn ket n maand hal ne rũnda.

5.Yaa wala ray a taab sẽn be tɩ Araabsã boond tɩ zãmbeend bi-raaga. Yaa bãmb me ra-bãnde, wala naab a Zɩɩdwẽnd poorẽ dãmbã sẽn wilgdã. Getayaooba, leb n yaa wala Yɩsrayall kamb sẽn gãneg sibr raare, la hat raar noya. Maam a Lagemmalgr sẽn gomd ne foo gom-kãensa wã, m datame tɩ f bãnge, tɩ Wẽnd pa welg ãdem biisã ye. Yaa yaoolem zamaan kamb n gãneg wẽg-taab yam n welgd ãdem biisã ne taaba. Zãmbend bi-raaga, naab a Zɩɩdwẽnd kamba la Lislaamba zoet-a lame. Sãamdbwaooga pĩndã kiuug sã n da yi fãa, naab a Zɩɩdwẽnd poorẽ dãmba gũusda b mense. B sã n na n gõ, b baoda ra-sõng kiuugã pʋgẽ n yaool n yi gõobo. Rẽnd zãmbeend bi-raag lebga wa moos rog-n-miki, tɩ bala, bãmb me gũusda b mens ne-a.

A Tẽng-n-biiga

Les préceptes de naaba Ziidwendé (12ème partie)

  1. Lagmymalgre, le fils de Yanpinda se nomme Pawandyimda. C’est celui qui s’oppose au devin, qui tient son sac. Les enfants de naaba Ziidwendé ont montré que: “parmi les jours, il y a des jours choisis par naaba  Ziidwendé, pour prévenir ses enfants. Il les prévient pour qu’ils sachent que le monde n’est pas fait uniquement pour eux. Ce n’est pas seulement d’eux que Dieu a besoin. Dieu aime toutes ses créatures. Il veut aussi que celui qui est fort et celui qui est faible aient leur place sur la terre. Les Mossi, les peulhs, les Zangoeto, les égyptiens, les israélites et les arabes, eux tous ils savaient que parmi les jours, se trouvent des jours de chance et des jours de malchance. On peut prendre l’exemple sur Israël et l’Egypte qui avaient choisi le samedi comme le jour de Dieu. Chez les arabes, il y a une loi pour le jour de Vendredi et celui du dimanche et ils avaient pris cela comme un interdit. Aucun jour n’avait pas de problème. Lagmymalgre, c’est le jour qui plait à votre clan qui est le bon jour. En pays mossi, le mardi, le mercredi, le vendredi et le dimanche sont des jours qui peuvent être choisis pour l’intronisation de la chefferie. Ces jours sont aussi choisis pour faire des sacrifices aux ancêtres. Sidpasate, le “kiidu” c’est le rappel des funérailles des ancêtres.
  2. Sidpasata, en bref, sache que ce jour est un jour de funérailles. Dans le passé, on ne se promenait pas dans la brousse le jour de vendredi, on ne faisait pas beaucoup de bruit en brousse non plus. Les enfants de Naaba Ziidwendé ont montré que ce jour est un jour réservé aux génies. Le jour des génies coïncide avec le jour où se verse le sang humain. Le dimanche représente la venue de l’être humain sur la terre, c’est également le jour où le soleil est apparu pour la première fois sur terre. C’est ainsi que les enfants de Naaba Ziidwendé ont choisi le dimanche pour bâtir leur famille. C’est le jour du dimanche qu’ils déménagent dans leurs nouvelles concessions. S’ils entrent dans la nouvelle concession le dimanche, ils peuvent vivre pendant longtemps dans cette concession et elle ne va pas se détruire. Cette procédure montre que, si le soleil ne finit pas, les habitants de cette concession ne finissent jamais. Il y a un mercredi spécial où les enfants de Naaba Ziidwendé font attention à ce jour. Ce mercredi, si un oiseau quitte son nid, il ne revient plus. N’importe quelle chose que l’homme fait ce jour et  gagne un résultat positif, tout sera positif, si c’est négatif, c’est la même chose. Raningytaale, de nos jours, nous ne faisons plus attention aux jours, ce qui fait que les erreurs se multiplient. Lagmymalgre, il y a des jours dont les Mossis et les arabes font attention. C’est comme le vendredi. Les mossis ont peur de ce jour. Dans la foi musulmane, si on veut faire un mariage, et la famille de la mariée est musulmane, si on donne de l’argent à cette dernière pour sa coiffure, le jour de vendredi, elle n’accepte pas qu’une veuve la coiffe. Avant, si on voyait une femme qui se coiffe le jour de vendredi, c’est que cette dernière est une jeune fille, car elle ne s’est pas encore marié ne se coiffe pas le Vendredi. Gesbamba, qu’est-ce que nous ne faisons pas aujourd’hui ? je veux que tu sache, que ce qui se trouvait chez les peulhs se trouvent aussi chez les mossis. Ce qui se trouve chez les fils d’Israël se trouvait également chez les égyptiens. Ce qui se trouvait chez les Indiens, se fesait aussi chez les Boudhistes.
  3. Rawelgensamba, le samedi est un jour rapide. Le samedi est un jour aimé et aussi craint par les Mossis. Ce qui fait qu’ils craignent ce jour, c’est que le samedi est le jour de vénération de la chefferie. Le samedi est un jour rapide dans la tradition moaaga. Si on fait un don à quelqu’un le jour du samedi, cette chose ne peut plus être déprogrammée. Il faut que cette chose gagne des compagnons en plus. Ce qui fait que le jour de samedi est aussi craint, c’est que dans la tradition moaaga, si quelqu’un meurt un samedi, une autre personne peut la suivre. C’est ce qui fait qu’on a peur du samedi. Si une personne meurt le samedi, on prépare vite l’enterrement pour qu’une autre ne le suive pas.
  4. Lagmymalgré, si quelqu’un meurt un samedi, ses tantes et ses parents ont tous peur, car ils croient qu’une autre personne dans la famille va suivre. Dans la tradition des enfants de Naaba  Ziidwendé, si une personne meurt un samedi et après un mois une autre personne ne meurt pas, c’est comme si c’est une année. Tout le monde a pris cela comme étant une coutume. Dieu a aussi fait de sorte que cela soit clair. Les gens ont fait attention et ont remarqué que c’est un phénomène qui se reproduit toujours de nos jours.
  5. C’est comme, les autres jours que les arabes appellent « zambend bi raaga ». C’est chez eux aussi leur jour sacré, comme l’ont montré les enfants de Naaba Ziidwendé. Getayaooba, c’est aussi comme les fils d’Israël qui ont fait des recommandations pour le samedi et le dimanche. Moi Lagmymalgré, j’évoque ces paroles avec toi pour que tu saches que Dieu n’a pas divisé les êtres humains. Ce sont les enfants de nos jours qui ont eu l’idée de la corruption et ont divisé les hommes entre eux. Parlant de « zambend bi raaga », les enfants de naaba Ziidwendé et les musulmans ont peur de ce jour. Saamdbwaooga, avant, si la lune apparaissait, les enfants de naaba Ziidwendé faisaient attention. S’ils veulent faire la promenade, ils choisissent un jour propice pour le faire. Donc le « zambend bi raaga » est devenu comme une tradition des mossis, parce qu’eux aussi font attention à cet événement.

Le citoyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*