Naab a Zɩɩd wẽnd tõod limor a piig la a tãab soaba

1.Lagemymalgre, m tẽeg-fo, tɩ Moog rãmb sã n boond naab a Zɩɩdwẽnde, yaa yẽnda la b sẽn boond tɩ Wẽnnaamã. Yaoolem dĩinã rãmb sẽn wa n wa, b ka yã Wẽnnaam tɩ yɩɩd naab a Zɩɩdwẽndã ye. Yaa rẽ la b  rɩk-a n tɩ mak ne naam tɩ fo ka le wʋmd tɩ b pʋt naab a Zɩɩdwẽnd yʋʋr ye.  La a Yãpĩnd biig yʋʋr bonda a Pawãnyĩmda. Naab a Zɩɩdwẽnd kamb wilgame:” raya pʋgẽ ray n be, ra-kãens yaa ray naab a Zɩɩdwẽnd sẽn yãke, n keoogd b kambã. B keoogd-b lame sẽn na yɩl tɩ bãnge, tɩ ka bãmb b yembre, n so dũni wã ye. Leb n ka bãmb b yembr bala, la Wẽnd rat ye. Wẽnnaam nonga b sẽn naanã fãa, la b ratame tɩ pãng soaba, la a kãng soab tall a zĩiga, la a soolem tẽng zugu. Moose, Silmiisi, Zãngoeto, Eziptsẽemba, Yɩsrayalyẽemba, la Araabse… b fãa ra miime, tɩ raya sʋka, zu-nood ray beeme, tɩ zu-beed ray beẽ. Yaa wala, Ezipt la Yɩsrayall baobgã kamb sẽn da yãk sibr daare, tɩ ya Wẽnnaam noor daare. Araabsã tẽngẽ arzũm daar noore, la hat raar beeme, tɩ b rɩk rẽ, tɩ ya kisgu. Raar ba a ye ka n tar zu-loɛɛg ye. Sɩdkɛta, ad ka raya bal n ya naab a Zɩɩdwẽnd kambã bãngre, b sẽn da tik n tũudẽ, la b gũusdẽ ye. B ra gũusda b mense, sẽn na yɩl n da wa maan Wẽnnaam sũ-puur ye. Lagemymalgre, dũni sɩnga ne zĩn-dãmba. Zĩn-dãmbã zĩnda dũni n kaose, la b ka tõog tɩ dũni yaas sõma ye. Zĩn-dãmbã zamaan yɩɩ zaba la zɩɩm raagre. Yɩɩ woto, tɩ Wẽnnaam tʋm ninsaal yaab a kinkirg t’a pʋgle. Ninsaal yaab a kinkirg me vʋɩɩmda ne zĩn-dãmbã, tɩ ya zaba, la maan n dok sũuri, hal tɩ zamaanã ka tol n tõe n gãand bãan ye.

2.Kinkir zamaanẽ b sã n kʋ b saam-biiga, a bĩngda zabrã b sũurẽ, yʋʋm ka tɛk n wa zab n dok sũuri. Kinkirg me ka tõog n zã dũni tɩ t’a ta naab a Zɩɩdwẽnd yam ye. Yɩɩ woto, tɩ naab a Zɩɩdwẽnd na n tek zĩn-dãmbã tɩ b lebg tɩɩse, kʋlse, la tãense…Rẽ poore, Wẽnd kõo kinkirg pãng la bãngre, la yam, minim t’a zã dũni wã, la ayo! A ka tõog ye. Naab a Zɩɩdwẽnd tʋma ninsaala t’a wa soog-b fãa, la a sigl naam n kogl dũni wã. Ninsaal waame la naab a Zɩɩdwẽnd rɩka zĩn-dãmbã la kinkirsã n solge tɩ ninsaal ka ne-b ye. Kinkirsã naaga rũmsã la ninsaalbã, tɩ zĩn naag tɩɩsã la yal a taaba. Kinkirg yell sẽn pa sat a raarã ninsaal wa n yika zabr  ne-a, n na n dig-a n menes tẽngã zugu. Wakat-kõngo, kinkirg lebga rũnga, n kell n naag ninsaala. Wẽnd ning-a-la ninsaal sɩɩgã pʋgẽ, t’a kell n pa n ya dũni yel-soalma. Tõnd yaab-rãmbã ra mi rẽ, n tar n sagend b kamba.

3. Lagemymalgre, yaa woto, tɩ kinkirg kell n dɩk a bãngrã, a minmã la a yamã n na n sõng ninsaala, t’a tõog n tʋm wala Wẽnd sẽn data.  Zĩn-dãmbã la kinkirsã zamaan sẽn wa n na n loogã, naab a Zɩɩdwẽnd naana ninsaal wa gelle, la b rɩgl-a-la vɩʋʋgẽ. We-rũmsã yãal-a lame, la b bãnga b yamẽ, t’a na n yɩɩ bõn-bɛɛga. Yɩɩ woto, tɩ gãab yeele:” pĩn-y n wa-y tɩ sãam-a t’a ra wek ye, a sã n weke, a na n maana tõnd wẽnga. Bala, yaa bõn-wẽng gelle, la sẽn dɩgã”. Yɩbgr yeelame: «mam na n gũ-a lame t’a weke. A sã n weke, m na n bõos-a-la gũudum ».

4.Ninsaal gellã sẽn wa n weke, naab a Zɩɩdwẽnd kõ-a-la noor t’a zĩng naam tɩ tẽngã paam koagenda. Ninsaal na n sooga dũni wã ne a pʋgẽ teedo. Naab a Zɩɩdwẽnd yeela ninsaala : « mam naana dũni wã n kõ neb a taaba, la bãmb ka tõog n zã-a ye. B talla taab zaba n maan zamaan ka tɛka,  t’a  lengd wa wand sẽn zoa koom zugu. Ninsaala, mam naana foo yaoolem la m na n kõo foo noor tɩ f zã dũni wã. Fo na n sigla naam, n kogl dũni wã ne a pʋgẽ teedo. Fo na n zãa bõn-naandg buud fãa mam sẽn naanẽ. Ra bak ye, ra welg ye, ra yãk bũmb wen-vɩʋʋgã pʋg n tʋlge, tɩ yɩɩg a to ye. Ra kisg bũmbu, ra sãbs bũmb ba a ye.

5.Fo naamã na n kõo sore, tɩ sẽn tar-a pãng fãa kogl sẽn ka tar-a pãnga. Sẽn tar-a tõog fãa zã sẽn ka tar-a tõogo. Sẽn tar-a naam zã talga, la pãn-koamsa. Fo na n sooga zamaanã n kɩt tɩ b ra wẽg ninsaala, bɩ rũng yõor ye. Fo na n zãa yam soaba, la ka yam soaba, wala fo sẽn zãad f zakã rãmb toto wã. Fo sã n ka tũ noor ning mam sẽn kõ foo wã, m na n luba f naamã la m dɩk ned n ledg fo zĩigẽ wala, m sẽn lub zĩn-dãmbã la kinkirsã pãnga, n dɩk foo tɩ f soog-bã. M sũurã sã n wa puugi, m na n goma ne-fo. M na n tʋma yel-soalem buud toor-toor fo nengẽ, la fo sã n kell n ka wʋme, m na n sãama f zamaana. Fo sã n wa pʋgd bãngdbã la mitbã n yɩɩd yamã rãmba, f naamã na n miimame. Bala, f yamã ka sek zãma zãab ye, f yamã leb n ka sek tẽng zãabo, t’a nin-buiidã na n vʋɩɩmd ma biir la saam-biir ye. Naab segd n bãngame: “nii koabga yaa rasãar a yembr n lɛngdba, la neb koabga, yaa rasãy koabga”. Bala, ned kam yaa welle, a tãn-koeem-wamdẽ. Ned kam fãa roga ne a zʋgo, a bãngre, la a vʋɩɩm na-kẽndre. Ninsaala kẽng tɩ naamã pidame. A Tẽng-n-biig karemdba, yaa sẽn ya piig la a tãabã n kɩt tɩ d gomd naam goama, la ka sa ye, kibarã ketame.

A Tẽng-n-biiga

Les préceptes de Naaba Ziidwendé (13ème partie)

1-            Lagmymalgré, je voudrais te rappeler que Naaba Ziidwendé tant invoqué par les Mossé, c’est lui qu’ils appellent Dieu. Quand les religions occidentales ont fait leur apparition, elles n’ont pas vu un autre Dieu de plus que Naaba Ziidwendé. C’est ainsi qu’elles l’ont pris pour comparer à la royauté et on entend plus prononcer le nom de Naaba Ziidwendé. Le fils de Yapinda se nomme Pawanyimda. Les enfants de Naaba Ziidwendé ont montré que, parmi les jours, Naaba Ziidwendé a choisi certains pour prêter plus d’attention à ses enfants. Il attire leur attention afin qu’ils sachent que le monde n’est pas fait uniquement pour eux. Ce n’est pas d’eux seulement que Dieu a besoin. Dieu aime toutes ses créatures et il veut que tous aient une place sur la terre. Mossé, Peulhs, Zangoeto, Egyptiens, Israélites, Arabes, tous savaient que parmi les jours, il y a des jours de chances et des jours de malchances.

C’est comme en Egypte et en Israël où le jour du samedi est déclaré jour de Dieu. Chez les arabes, il y a aussi des lois concernant le vendredi et le dimanche et ils ont pris cela comme étant leur totem. Aucun jour n’a un problème. Sidketa, ce ne sont pas sur les jours uniquement que les enfants de Naaba Ziidwendé s’appuient pour suivre les choses.  Ils faisaient attention à eux-mêmes pour ne pas entrainer la colère de Dieu. Lagmymalgre, le monde a commencé avec les génies, qui ont duré sur la terre mais n’ont pas pu bien organiser le monde. Le monde des génies était plein de guerres ensanglantées. C’est ainsi que Dieu a envoyé l’ancêtre de L’Homme qui est le Kinkirga, et ce fut encore la même chose : des guerres et des rancœurs jusqu’à ce que le monde soit toujours bouleversé.

2-            Dans le monde du Kinkirga, si l’on tue son frère, il garde ce mal dans son cœur et après plusieurs années, il revient sur cette bagarre. Lui aussi à son tour n’a pas pu s’occuper de ce monde comme l’a voulu Naaba a Ziidwendé. C’est ainsi que Naaba Ziidwendé a fait transformer les génies en arbres, en mares et en montagnes… Après cela, Dieu donna une force extrême et une intelligence au Kinkirga, pour qu’il puisse s’occuper du monde, mais ce dernier n’a pas pu. Ainsi, Naaba a Ziidwendé envoya l’être humain pour venir les aider et mettre en place la chefferie pour protéger le monde. L’homme est venu et Naaba Ziidwendé a pris les génies et les esprits (Kinkirsi) pour les cacher.  L’Homme n’est pas capable de les apercevoir. Les Kinkirsi sont avec les hommes et les animaux et les génies sont cachés au niveau des arbres et autres endroits. L’acte posé par un Kinkirga reste longtemps. Il y a eu la bagarre entre l’homme et ce dernier et il a été chassé hors de la terre. En ce moment, le Kinkirga est devenu un animal et il vit parmi les humains. Dieu lui a donné un esprit humain et il reste comme un mythe dans la vie de l’homme. Nos ancêtres savaient cela et il les racontaient à leurs enfants.

3-            Lagmymalgré, c’est ainsi que le Kinkirga a pris sa connaissance et son savoir-faire pour aider l’homme afin qu’il puisse travailler comme Dieu le veut.  Quand le monde des génies et des Kinkirsi prenait fin, Naaba Ziidwendé a fait l’homme comme un œuf, et il l’a déposé à l’air libre. Les animaux sauvages l’ont vu et ils se sont dit qu’il va représenter un danger pour eux. C’est ainsi qu’ils se sont dit : « Cassons cet œuf avant qu’il ne soit trop tard, sinon il risque de nous faire du mal par la suite. Mais le charognard a proposé de laisser éclore l’œuf, que s’il sort je lui demanderai protection ».

4-            Quand l’œuf de l’être humain s’est éclos, Naaba Ziidwendé lui a ordonné de mettre en place la chefferie pour que la terre puisse avoir un protecteur. L’homme va prendre soin du monde et tout ce qui le compose. Naaba a Ziidwendé a dit ceci à L’Homme « J’ai créé le monde et je l’ai confié aux autres créatures et elles n’ont pas pu le gérer. Elles ont eu plusieurs disputes entre elles, faisant ainsi balancer le monde comme une calebasse sur l’eau. Homme, je t’ai créé dernièrement et je t’ai donné le pouvoir de t’occuper de ce monde. Tu vas asseoir la chefferie pour protéger le monde et sa composition. Tu t’occuperas de toute sorte de créatures : ne divise pas, ne sépare pas, ne choisis pas une chose dans cette vie et tu convoite tant, ne trahit rien.

5-            Le créateur donnera l’ordre à celui qui est fort de protéger celui qui est moins fort, celui qui est riche d’aider celui qui ne l’est pas, celui qui a la chefferie, qu’il s’occupe de celui qui ne l’est pas. Tu prendras soin de ce monde, et tu feras de telle sorte que la vie de l’homme ou de l’animal ne soit pas en danger. Tu vas prendre soin de celui qui est malin et de celui qui ne l’est pas comme tu prends soin de ta famille. Si tu ne te conformes pas aux lois que je te donne, je vais mettre fin à ta chefferie et je te remplacerai avec quelqu’un d’autre, comme je l’ai déjà fait pour les génies te les Kinkirsi. Je parlerai avec toi quand je serai en colère. Je ferai toute sorte de miracles sur toi, et si tu continues toujours de ne pas comprendre, je ferai disparaitre ton monde. Lorsque tu suivras les savants plus que les sages, ton pouvoir va connaitre des troubles, car tu n’es pas capable de diriger une foule, tu ne seras pas capable  de faire vivre ta population dans la fraternité. Un chef doit savoir que : « c’est un seul bâton qui doit être utilisé pour diriger mille bœufs. Cent personnes pour les diriger, il faut cent bâtons » car chacun est né avec son comportement, sa connaissance et son mode de vie. Homme, va car ton pouvoir est plein. Cher lecteur de Teng-n-biiga, c’est parce que c’est le numéro 13 que nous parlons de la chefferie, mais ce n’est pas encore fini l’histoire continue prochainement.

Le citoyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*