A Yakuba Izak Zɩɩda wilgame t’a tõe n kẽe na-baoorã pʋg yʋʋm 2020 sẽn watã

Burkĩna Faso tãrsisẽo wã gofneer taoob a Izak Zɩɩda, sẽn be Kanada hal yʋʋm 2016 soabã pʋgẽ, talla sõasg ne Fãrãs 24 kiba-kɩtbã. Sõasgã pʋgẽ a wilgame tɩ bũmb pa gɩdg t’a ra bao naamã yʋʋm 2020 soabã pʋg ye.

Mam na n pa tõe n wilg vẽeneg tɩ m na n bao naamã yʋʋm 2020 soabã ye, la bũmb pa gɩdge tɩ m yɩ na-baood ye.  Yaa sebr sẽn gʋls sebr tɩ b boond tɩ : “mam mi m sẽn ya a soabã “ pʋgẽ, la a politik na-kẽnda be be tɩ sẽn dat-b tõe n dɩke, n karem n bãnge.

Yaa sapaolg kiuug pipi dare yʋʋm 2014 soabã, la letena kolonell Yakuba Izak Zɩɩda wilg tɩ yẽ n lebg tẽngã taoor soaba a Bilɛɛs Kõmpaoor naama lʋɩs poore. La nin-buiidã la sula buud toor toor n paas pagtɩ politik rãmb pa sak ye. Yɩɩ woto t’a rɩk naamã n kõ a Misɛll Kafaando, la a lebg gofneema taoor soaba. Rẽ poore, a Yakuba Izak Zɩɩda yii Burkĩna Faso n tɩ vʋɩ Kanada soolmẽ yʋʋm-vẽkr kiuug 2016 soabã pʋgẽ.

Rẽ poore, tẽngã taoor soab a Rok Kaboor ra rɩka sɩbgr n taas-a t’a pa le naag Burkĩna Faso sodaasã sʋk ye.

A Yakuba Izak Zida wilgame, t’a yii Burkĩna Faso n na n babs a zak rãmb Kanada soolmẽ n tɩ ges-ba, la yaa yẽ sẽn wa n be be wã la a bãng yã t’a vɩɩmã ka le tar yõ-koglg ye. Bala, naam ning sẽn dɩk-a wã talla yʋ-rẽgeng buud toor-toore, rẽ n kɩt tɩ  yẽ kell n be Kanada”

A wilgame tɩ bũmb ning sẽn kɩt t’a yãk Kanada wã, be yaa tẽng ninsaal yalẽ wã sẽn paamd waoogre. Sẽn kẽed ne b sẽn wilg t’a gõdga ligdã a Zɩɩda yeelame tɩ Polɩɩs bɩ Zãndarem nan pa wa maan vaeesg yẽ zakã pʋg ye. A wilgame tɩ yẽ pa zãmb ligd sẽn sek b na wa n maan vaeesg ye.

Kibarã yii Ayɛfpe

Zida n’exclut pas d’être candidat en 2020

L’ex-Premier ministre burkinabè, Isaac Zida, qui vit au Canada depuis 2016, a affirmé dans un entretien à la chaîne d’informations France 24 qu’il n’excluait pas d’être candidat à la présidentielle de 2020.

« Je ne me suis pas encore prononcé sur une candidature mais je n’exclus pas la possibilité d’être candidat en 2020 », a-t-il déclaré. Un des chapitres de mon livre, « Je sais qui je suis », peut constituer « un programme politique (…) qui est ouvert, à la disposition de qui veut bien s’en inspirer ».

Isaac Zida, à l’époque lieutenant-colonel, s’était emparé du pouvoir le 1er novembre 2014, au lendemain de la chute de Blaise Compaoré, chassé de la présidence le 31 octobre 2014 après 27 ans au pouvoir.

Après de fortes pressions des partis politiques, de la société civile et de la communauté internationale, il avait cédé le pouvoir au bout de trois semaines à Michel Kafando, un diplomate à la retraite qui l’avait aussitôt nommé Premier ministre dans le gouvernement de transition.

Après la fin de la période de transition politique, M. Zida avait rejoint sa famille au Canada, en janvier 2016.

Il avait été radié des effectifs des forces armées nationales pour « désertion en temps de paix » par le président Roch Marc Christian Kaboré le mois suivant.

« J’ai quitté le Burkina Faso dans un premier temps pour une permission ici auprès de ma famille au Canada mais pendant que j’étais en permission ici, des informations que j’ai reçues mettaient en cause ma sécurité et ma liberté donc j’ai choisi de rester ici », a-t-il dit, accusant les « autorités en place au Burkina » de « monter toute une cabale politico-judiciaire contre sa personne ».

« J’ai choisi de rester dans ce pays (Canada) qui est un pays de droit », a-t-il ajouté, récusant être au courant d’enquêtes financières le concernant : « Je n’ai jamais reçu ni policier ni enquêteur de la gendarmerie pour me questionner (…) Je n’ai aucun argent à blanchir au Canada qui nécessite que je fasse l’objet d’une telle enquête ».

Source : AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*