Naab a Zɩɩdwẽnd tõodo limor piig la a naas soaba

1.            Maam a Lagemymalgre, m nintãm leb n toka tẽnga! Raningytaale, mam nintãm toka m yãoog zugu. Yʋʋm 2018 yʋʋmdã tõnd yõka yãbre.  Bala, beoog fãa yaa kũ-miid kʋya, la d maanda. Yʋʋm 2019 yʋʋmdã, d ra tẽedame tɩ naab a Zɩɩdwẽnd na n zĩnda d poorẽ, saamb la yaab na n sõng-d lame. La ayo! B ka sõngd tõnd ye. M biig sõngo, yaab-rãmbã  ka le sõngd tõnd ye. M sʋkdame tõnd yẽ maanda bõe n wilgdẽ tɩ d mi-b lame? Yʋʋm-paalle, ne a yala, Yirg loogr poore, Arbĩnda baobgo la Zoaaga yalã wata ne rabeem. M nintãm-ko-yosdã ka sat ye. Tõnd wẽnmã ne taab rũnda, a yɩɩda neb sẽn nan ka wʋm Wẽnnaam yʋʋre.  Pareegenbʋgsba, foo ne f pʋgdba a Pasʋkentɩgba, mam da wilga yãmb naab a Zɩɩdwẽnd tõodo. Moog Wẽnnaam no-rɛɛsa a Zɩɩd ra gãnega tõodo, sẽn na yɩl tɩ  b ra yãk ninsaal yõor ye.

2.            Maam a Lagemymalgr ne Basytaale, keta n be d yɩɩrã pʋgẽ. Maam a Lagemymalgre, m sũur sãama ne Burkĩna Faso nin-buiid kẽere. Yirug yellã, poore, nin-buiidã kẽeda taaba, b yõoda taab zagse. B wẽnmã ya n looga nugu. Bala, yõoda rũmsã vʋɩɩs ne bugum, bãmb ne taabã sũ-puur yĩnga. Tõnd nin-sabls tẽnga, ada yaa yel-wẽnde, yaa yel-beedo. Basytaale, Raningytaale, “nug ka põogd tɩ b wãag n lob ye. Zĩnesãamdba, maam a Lagemymalgre, m sʋkda m menga: «tõnd ba-yirã tar n dɛbda yae! A na n tɩ gãanda nu-bʋgo»? Yʋʋm-vẽkr kiuug pipi raare, yʋʋm 2019 soabã, wĩndgã kõbg ra zoe n gomame. A ra gomame, wala a sẽn minim n gomd ne naab a Zɩɩdwẽnd poorẽ dãmbã. La nin-kẽemb goam lebga yũugu, bãngd goam lebga yaoolgo. Rog-n-mik naab gomd ka le naag sʋk ye. Rẽnda nasaara wã dĩin n yeele, la nasaara wã politik n gãnege. Yʋʋm-vẽkr kiuugã tɛka, neb sẽn kʋ ninsaalb kamb tõnd Moog soogo, b taab neb koabg la zaka. Rasem piig pʋgẽ… Rũnda-rũnda, neb sẽn yõ taab teed la b kʋ taaba, a taa neb kobs katɛka. Zĩis kẽer yaa maan-n-lebse, tɩ zĩis kẽer rog-n-mik naamã katem. Tõnd burkĩndã  ya d zab-teoogo. Yaa rẽ tɩ yaab-rãmbã gomd ne tõndo, yel-soalem la yel-bãnã pʋgẽ, la tõnd sẽn be zamaan ningã, ya a Nifnãyãr rãmb zamaana. A Nifnayãr rãmb zamaanã, bãmb ratame tɩ b gãd bũmbã n tak n wa kɩs-ba, tɩ b gãd ne nug n tẽbg n gese. Yaa neb sẽn zĩ n gũudẽ tɩ wa rɩ-ba, tɩ b yaool n bãng tɩ yaa yelle.

3.            Naab a Zɩɩdwẽnd ra wuba, tõndo, n wilg-du, tɩ d tall wãb-n-vele. D bas tɩ looge, tɩ rũnda loogdame, tɩ beoog wa. Zoewẽndsãango, tõnd yaab-rãmb ra geta b zaamẽ, n kongrã zĩiga, n mao, n da le lʋɩ zĩ-kãng beoog ye. Lagemymalgre, m tẽeg-fo, tɩ Moog rãmb sã n boond naab a Zɩɩdwẽnde, yaa yẽnda la b sẽn boond tɩ Wẽnnaamã. Buud a taabã sã n boond tɩ Malyaaka, naab a Zɩɩdwẽnd kamb boond-a lame tɩ kɩɩma.Yel-soalem sã n puka weoogã pʋg n gom ne a Moyiisi, tɩ b yeel tɩ yaa Wẽnnaam n gom ne-a, naab a Zɩɩdwẽnd kambã bonda rẽ tɩ kinkirs goama. Yaoolem dĩinã yãka nin-sablg bãng-kãnga, a zugẽ wã.  Kɩtame tɩ tõnd ka le mi   Wẽnnaam yel-soalem ye, d ka le mi Wẽnd tõog ye. A Pawʋmtɩksek biig yʋʋre la  Mbãngẽ. Lagemymalgre, dũni sɩnga ne zĩn-dãmba, la kinkirsi.  

Zĩn-dãmbã zamaan yɩɩ zaba la zɩɩm raagr zamaana. Kinkirg me ka tõog n zã dũni tɩ t’a ta naab a Zɩɩdwẽnd yam ye. Naab a Zɩɩdwẽnd tʋma ninsaala t’a wa soog-b fãa, la a sigl naam n kogl dũni wã. Basytaale, Wẽnnaam sika naam tẽng zug t’a mag fãa n zã. Kinkirg tõeeme n maan a meng wa gãeenga, bɩ rũngu, wall bũmb a ba to, n sõng ninsaala. Pĩnd rãmb ra gũusda yel-kãens n bãngd beoog yelle.

A Tẽng-n-biiga

                                       Les préceptes de Naaba Ziidwendé (14ème partie)

  1. Moi, Lagmymalgré, mes larmes coulent de nouveau ! Raningytaalé, mes larmes tombent sur ma poitrine. En 2018, nous n’avons fait que pleurer parce que chaque jour, on ne faisait que des funérailles des morts brutaux. Nous avons espéré qu’en 2019, Naaba Ziidwendé et nos ancêtres allaient nous épargner de ces malheurs.  Mais hélas, ils ne nous ont pas aidés. Mon fils, les ancêtres ne nous aident plus. Je me demande ce que nous faisons pour qu’ils sachent que nous les connaissons toujours? Voici une nouvelle année avec ses problèmes. Après Yirgou,  Arbinda et  Zoaaga,  nous vivons dans la crainte en permanence. Je ne cesse de couler des larmes. Nos méchancetés entre nous prouvent que nous ne connaissons pas Dieu. Pareegenbusba, toi et ta tante Pasukentigba, je vous montre les préceptes de Naaba Ziidwendé. Le messager de Dieu, Zida, selon les Mossé avait établi des règles interdisant d’ôter la vie d’un être humain.

2-Moi, Lagmymalgré et Basytaalé, nous sommes toujours dans la désolation. Moi Lagmymalgré, je ne suis pas content avec certaines populations burkinabè. Après le drame de Yirgou, on assiste à des affrontements entre les peuples et on brûle les concessions des uns et des autres. La méchanceté est très exagérée à tel point que les gens brûlent des animaux vivant, tout cela à cause des mésententes. Chez nous en Afrique, ceci est inimaginable et c’est un sacrilège. Basytaalé, Raningytaalé, « une main ne se pourrit pas et on se met à l’arracher ». Zinesaambda, moi Lagmymalgré, je me demande : « Où va notre chère patrie et où va-t-elle se mettre ? Le 1er Janvier 2019, le soleil avait déjà parlé à travers sa coloration. Il avait parlé comme il avait l’habitude de le faire avec la suite de Naaba  Ziidwendé. Mais les paroles d’un vieu sentent mauvaises de nos jours et les paroles d’un savant sont devenues insensées. Les paroles d’un chef traditionnel ne comptent plus, si ce n’est la parole des blancs ou encore des hommes religieux ou des hommes politiques.  Depuis le mois de Janvier, nous dénombrons une centaine de victimes dans notre territoire moaaga. En l’espace de 10 jours, nous avons enregistré des maisons brûlées et aussi le massacre de plusieurs personnes, dans certains endroits. D’une part ce sont des rancœurs et de l’autre c’est la convoitise de la chefferie traditionnelle qui sont les raisons. Notre dignité doit représenter notre arme de guerre. C’est ainsi que  les ancêtres nous parlent à travers des miracles, mais dans le monde où nous sommes, nous voulons voir les choses en face. Nous voulons que l’on attrape la chose pour venir la mettre dans notre main afin que nous sachions que c’est un problème.

  • Naaba Ziidwendé nous avait éduqués et nous avait montré de savoir nous retenir, de savoir laisser tomber, car aujourd’hui passe et demain vient. Zoewendsaango, nos ancêtres se rappelaient de leurs fautes du passé et ils faisaient tout leur possible pour ne pas retomber dans les mêmes erreurs. Lagmymalgré,  laisse-moi te rappeler que c’est Dieu que les Mossé appellent Naaba Ziidwendé. L’ange représente le fantôme chez les enfants de Naaba Ziidwendé, la voix qui s’est adressé à Moïse dans la brousse et on dit que c’est la voix de Dieu. Selon les enfants de Naaba Ziidwendé, cette voix représente celle des Kinkirsi. Les religions dites révélées ont effacé cela de la tête  des noirs. C’est ainsi que nous ne connaissons plus les miracles de Dieu, ni le pouvoir de Dieu. Le Fils de Pawoumtiseké s’appelle Mbanguin. Lagmymalgré, le monde a commencé avec les génies et les kinkirsi. Le monde des génies était un monde de guerre sanglante. Le kinkirga lui aussi n’a pas pu gouverner le monde comme l’a voulu Naaba Ziidwendé. Naaba Zidwendé a envoyé l’homme pour venir tout prendre en charge et mettre en place la chefferie en vue de protéger le monde. Basytaalé, Dieu a envoyé la chefferie afin qu’elle dirige tout.  Le kinkirga peut se transformer en fou, en animal ou autre chose pour aider l’être humain. Nos ancêtres faisaient attention à ces choses pour savoir ce qui viendra dans le futur.

Le Citoyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*