Naab a Zɩɩdwẽnd tõodo limor piig la a nu soaba

1-Lagemymalgre, a wakatẽ wã, mitbã ra pĩn n togsame. Naab a Zɩɩdwẽnd kambã zoeta kũ-miig kʋʋr maanego, tɩ b ka sʋkda a bukr ye. Kũ-miig sã n kẽ zak pʋga, a pa yit ye. Ned sã n bẽ n ki, a kẽnda yaab-rãmbẽ, n tɩ wilg a kẽnd võore. Pasʋkentɩgba, yaab-rãmb gãdame tɩ rogem yaa tʋm-tʋʋmde. Bãmb n tʋm-a tõnd sʋka, t’a wa sõng-d tɩ d kogl b poorẽ dãmba. Rẽnd b sã n tʋm neda, a soab sã n ka pids tʋm-tʋʋmdã,  a ka tog n lebg ye. Rogem yaa tʋm-tʋʋmde, kũum yaa ba-yir boolle. Yaab-rãmb n bool-a t’a yi tõnd sʋka, n na n tɩ sak-b la a lebg n wa ges-do.

A sã n ka sa, a tʋʋmdã n ki zɩɩm kũum, a ka tar sor n leb ba-rãmbẽ ye. Rẽndame t’a be vʋɩɩgã pʋga, n kiidẽ n yɩlemdẽ, n paam n yao a beegrã samde. Bala, b ka tʋm-a t’a ki zɩɩm kũum ye. B tʋm-a lame t’a wa vʋɩɩmd n ta a wakate, n yaool n lebg n wa togs-ba a kẽnd võore. Sɩdpawalemde, ned sã n ki kũ-miuugu, yaa tɩlae t’a be vɩʋʋgẽ, moogã pʋga, n kiid n yɩlemdẽ. Wall a bao a taaba, tɩ bãmb me naag taab n maan b tẽnga. Raningytaale, a sã n  ka paam a to, a paada a yembr moogã pʋga. Zu-bʋkã tõnd tẽngã, lebga dĩin ka tɛka, la taabʋʋs zamaana. Taabʋʋga, tõe n yaa ned sẽn dog zamaan-zẽnga, bɩ a buudã pʋga. Buudã ka rig-a n yiis buudẽ, la a ka mi buudã rog-n-mik ba a ye võor ye. B sã n gomd a saamb la a yaab yelle, a ka wʋmd baafɩ a pʋgẽ ye. Moos bonda nin-kãng soabã taabʋʋga.

2.Tõnd Burkĩna Faso, tõnd tẽngã, d ba-yi-nongrã, a kɩllame. Tõnd lebga dĩin ka tɛk neba, n yaool n yĩm tɩ tõnd ka tar rog-n-mik a yembre, d ka tar zɩɩm a yembre, moosã meng ne taab sʋk ye. Moaag kisgu, yaa zʋlga, bɩ silmiiga, gurma, wall gʋreng rog-n-mik-sõngo, a sẽn maand t’a yaab-rãmb sõngd-a. Zɩnyãr baobgã, kisgu, tõe n sakda: Bulsa, Kugpɛɛla, Tẽnkʋdgo, Maanga, Kudgu, bɩ Waogdg baobgã maanego. Neb kẽer beega buud tɩ b rig-ba, tɩ b lebg dĩinã taoor dãmba. B sã n gomd buud kisgu, bãmb ka wʋmd a võor ye. Raningytaale, kisgu, rɩta burkĩmba, la a ka rɩt ned ning burkĩnd sẽn kãsge, tɩ yãk-a buudã pʋg ye. Vʋɩɩgẽ dãmbã sã n mi ned tiiri, b yaab-rãmbã sẽn ki n be kɩɩmsẽ wã me mi a soab tiiri.B sã n yiis ned buudẽ kɩɩmsã me ka le mi a soab ye.  Rũndã nin-kãens buudã n soog dĩinã la politikã taoore. Yaa wã n kɩt tõnd tẽngã kɩlle. Zĩ-likr kiuug rasem 30 la 31 yʋʋm 2014  soabã nin-buiidã naaga n yi ne: bugum, vuga, saase, la tɩɩs-vã-maasa, n zab ne b saam-biiga, nasaar naamã poorẽ.

3.M ba Misɛll naamẽ, b kõo noore, tɩ b buk kũ-miidu. Rat n yeele, t’a Tooma Sãnkar ne a tũud-n-taas piig la a yiibã. A wakatẽ, neb nins sẽn ket saamb la yaab-rãmb tẽebã pʋgẽ zãgsame, la “wed-moaag ka tar noor ne salbr ye”. B zãgsame, t’a wata ne kũ-miidu, d yaab-rãmb ra gũusame n bãnge, n bas ne-ba, tɩ b miẽ. Kɩɩs taabã sẽn maan tɩ b kɩɩs n buk a Tooma Sãnkar yaoogã tɛka, ket n yaa kũ-miid mumbu, la bugum yõobo. Yʋʋm 2014 soabã tɛka, rasem 10 ka tat tɩ bũgum yõobo la kũ-miig ka zĩnd tẽn-peelmã zug ye.

4.Maam a Lagemymalgre, m nintãm leb n toka tẽnga! Raningytaale, mam nintãm toka m yãoog zugu. Mam sẽn kelg Arbĩnda, Yirgu, la Zoaag yellã, m sũur sãamame. Bɛɛblaado, fo ba wã bãnga f yʋʋrã pʋdbo. Burkĩmb sã n pʋd biig yʋʋr t’a Bɛɛblaada, yaa buudã ne taab yell la b gomda. Tõnd kẽnga a Kugri, n na n tɩ ges Kʋgs a yiibu, Farãns naab a Fãnsoa Mitrã ne a Lamizãna sẽn sel tẽns a yiibã zood yĩnga. Tõnd sẽn ta, a Kugr tẽngã kamb yika ne b saam-biigã sẽn tall sãambã n kẽng zĩigẽ wã, tɩ ya zabre. B zabda ne-a sẽn na yɩl n ning-a yãnd n kõ sãambã. Rẽ yĩnga, d ba-yirã na n yɩɩ bõe beoogo? Tõnd burkĩndã  ya d zab-teoogo. Rũndã yẽ ka le naag sʋk ye. Bõenzemnemalgre, fo tẽrame tɩ zĩn-dãmbã zamaan yɩɩ zaba la zɩɩm raagre. Kinkirsã ka tõog n zã dũni tɩ t’a ta naab a Zɩɩdwẽnd yam ye. Naab a Zɩɩdwẽnd tʋma ninsaala t’a wa soog-b fãa, n sigl naam n kogl dũni. Basytaale, Wẽnnaam sika naam tẽng zug t’a mag fãa n zã, rũnda naam noor ka le paamd tũub ye. Kinkirg ket n maanda a meng wa gãeenga, bɩ rũngu, wall bũmb a to, n na n sõng ninsaala, la a geta rẽ wa yel-yaalse.

 A Tẽng-n-biiga

                        Les préceptes de Naaba Ziidwendé (15 ème partie)

1-           Lagmymalgré, à l’époque, les savants avaient déjà prévenu. Les enfants de Naaba Ziidwendé ont peur de faire des funérailles des morts brutaux, n’en parlons pas l’ouverture de leur tombe. Si une personne meurt par suite d’un accident dans une famille, ce malheur reste toujours dans la famille. Si une personne meurt par suite d’une maladie, elle se rend chez ses ancêtres pour montrer l’objet de son arrivée. Pasukentigba, pour les ancêtres, la naissance est une mission. Ce sont les ancêtres qui ont envoyé la personne parmi nous pour qu’elle vienne nous aider à protéger leur descendance. Donc si les ancêtres envoient quelqu’un, tant qu’il ne finit pas sa mission, il ne retourne pas. La naissance est un envoi en mission et la mort représente un retour à la source. Ce sont les ancêtres qui appellent une personne auprès d’eux et cette dernière reviendra nous rendre visite. Si elle ne finit pas sa mission et meurt par accident, elle n’a pas le droit de retourner auprès des ancêtres. Elle doit circuler dans la nature et mourir plusieurs fois afin de payer le prix du tort qu’elle a causé. Car on ne l’a pas envoyé pour venir mourir par accident. Elle a été envoyée pour vivre jusqu’à la fin de sa mission et revenir leur faire le compte rendu. Sidpawalemdé, si quelqu’un meurt brutalement, c’est obligé qu’il se promène dans la nature et meurt plusieurs fois, ou encore qu’il cherche des partenaires pour créer leur milieu de vie. Raningytaalé, si la personne ne gagne pas un partenaire, elle reste seule dans la nature. Malheureusement, il y a plusieurs religions dans notre pays, et aussi il y’a des individus qui ne connaissent rien de leur propre culture, l’exemple de ceux qui sont nées dans un pays étranger et on ne les a pas banni du village, mais ils ne savent pas comment est la culture du pays. Si on parle des ancêtres, ils ne comprennent rien dedans. Ce genre de personnes est appelé « taabʋʋsé » en langue mooré.

2-  Le Burkina Faso, notre chère patrie est dans des difficultés. Nous appartenons à plusieurs religions et nous avons oublié que nous sommes de cultures différentes. Nous n’avons pas le même sang même étant mossi. L’interdit chez le Mossi peut ne pas l’être chez le Dioula, le peulh, le gourmatché, ou le gourousi. Ce qui est interdit dans la localité de Ziniaré peut ne pas être interdit à Boulsa, Koupéla, Tenkodogo, Manga, Koudougou, ou Ouagadougou. Des personnes ont été chassées de leur famille et elles sont devenues des responsables de religions. Si on parle d’interdit d’une famille, eux ils ne comprennent rien. Raningytaalé, l’interdit bouffe l’homme intègre, mais ne fait rein à celui dont la dignité est bafouée. Si ceux qui sont dans la nature sont au courant de quelqu’un, les ancêtres eux aussi sont au courant de ce dernier. Lorsqu’on bannit quelqu’un de la famille, les ancêtres aussi ne connaissent plus cette personne. De nos jours, on en voit qui sont des leaders politiques et religieux. C’est à cause de tout cela que notre pays est dans des difficultés. Les 30 et 31 Octobre 2014, les gens sont sortis avec du feu, des spatules, des balais et des feuilles vertes des arbres pour lutter contre leur frère à cause du pouvoir politique.

3-   Pendant le régime de M’ba Michel, l’ordre a été donné d’ouvrir la tombe des morts tués par balle c’est-à-dire des morts brutaux : la tombe de Thomas Sankara et de ses douze (12) compagnons. A l’époque, ceux qui était toujours dans la croyance des ancêtres ont refusé, mais : « le cheval n’a pas droit au refus si on met une corde dans sa bouche ». Ils ont refusé, or nos ancêtres nous avaient dit que cela entraine des morts brutaux. Suites aux différentes discussions, ils ont ouvert la tombe de Thomas Sankara et voilà nous assistons à des morts de même type presque tous les jours. Depuis 2014, nous ne pouvons pas faire plus de 10 jours sans entendre qu’on a brûlé une maison ou encore autre chose et aussi la répétition des morts par balles.

4-  Moi, Lagmymalgré, mes larmes coulent à nouveau ! Raningytaalé, mes larmes tombent sur ma poitrine. Si j’écoute les drames d’Arbinda, de Yirgou et de Zoaaga, je suis complètement désolé. Beeblaado, ton père a su te nommer. Si un nomme intègre donne le nom Beeblaado à son fils, il parle de la famille. Nous sommes allés à Kougri pour visiter deux (2) Kaïcédras plantés par le président français François Mitterrand et son homologue Lamizana au nom de l’amitié. A notre arrivée, les habitants de Kougri se sont levés pour discuter avec leur frère qui est venu avec les étrangers. Ils font cela pour lui mettre la honte devant les étrangers. Que va devenir notre patrie dans le futur ? Notre dignité est notre arme de guerre. De nos jours, cela ne fait plus partie. Boenzemnemalgré, tu te rappelles que le monde des génies a été traversé par des disputes et des guerres sanglantes. Les Kinkirsis n’ont pas pu s’occuper du monde comme Naaba Ziidwendé voulait. Naaba Ziidwendé a envoyé l’homme pour venir les diriger tous et mettre en place la chefferie afin de protéger le monde. Basytaalé, Dieu a envoyé la chefferie sur terre afin qu’elle s’occupe de tous ; de nos jours, on ne suit plus les règles de la chefferie. Le Kinkirga se transforme toujours en fou, ou en animal ou encore autre chose pour aider l’homme mais ce dernier regarde cela comme des choses insensées.

Le Citoyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*