Koom la vɩɩm buuda fãa yẽgre

Tʋʋl-nif kiuug rasem 25 yʋʋm 2019 soabã, goofneer taoor soaba a Kiristof Marɩ Zozef DABƖƖRE tɩ kõ sor “kɩlẽnbara“ sẽn be KÃMPTƖ komindã pʋgẽ, tɩ b na n sɩng “porze“ ning sẽn na n sõng ninbuidã tɩ b paam ko-yɩlgemdã b sẽn  boond tɩ “Peyaeya“ (PAEA). Tʋʋmdã yɩɩ minisr ning sẽn geta kooma la yɩlgemda yelle a Ãmbrwaas WEDRAOOGO n paas goofneerã neb wʋsg taoore. Yaa “Bãnk  Modyalla“ rãmb n yãagd Burkĩna Faso tʋʋm kãnga pʋgẽ ne ligd sõor sẽn t’a “Milyaar 180“. Rezõ rãmb a nii (8) la “porze“  wã na n gubgi, sẽn yɩɩd fãa Burkine Faso wĩndg sẽn lʋɩtẽ boabgã.

Minisr Ãmbrwaas WEDRAOOGO wilgame tɩ “Peyaeya“ wã na n sõnga neb sõor na maan tus-kẽema. Neb tus-kobs-yoobe n  vɩ galʋ-tẽnsa pʋsẽ, tɩ neb tus-pisnu sẽn vɩ tẽn kɩrmsã pʋsẽ n na  paam ko-yɩlgemdã.Nasaar bulsi rat yeel tɩ “Põmp“ rãmb na maan tus-kobs-naase (1400) la b na n tu, “robine“ rãmb pis-wɛ (90) n le paas we-kɛɛng zĩis na maan bãmb tus-pis-nu (50 000) la b na n ning tẽn-kɩrmsa pʋsẽ. Tʋʋmdã na n dɩka ligd sõor sẽn t’a “Milyaar 180“ yaa Ministɛr ning sẽn geta kooma la yɩlgemda yell tʋʋm kãseng a 6 soaba la woto, a sẽn zĩndgi, tu ne Burkĩna Faso goofneera sõngre, ne ligd sõor sẽn t’a “Milyaar 15 la zaka.

Goofneera taoor soaba, a Kristof Maari wilgame tɩ “Peyayea“ wã na n sõngame tɩ neb tus-piig (10 000) paam tʋʋma sẽn yɩɩd fãa, yaa pagb sõr sẽn na maan tusr-la-kobs-tã la a tãabo (1303) la b na n yãk tɩ b ges kooma zãab yelle.

Tʋʋm kãnga kẽeda ne tẽnga taoor soab sẽn dɩk na-kẽndr ning kooma la yɩlgemdã wɛɛngẽ. tẽnga taoor soab ra yãka yam sẽn na n yɩlẽ tɩ koom zuloɛɛg ra le zĩnd Burkĩna Faso tẽnga pʋg ye. Tʋʋm kãnga, yaa Burkina Faso wĩndg sẽn lʋɩtẽ nuga, “Rezõ“ rãmb a naas (4) tõre  la a gũbg-yã.

 Woto rat n wilgame tɩ tõnd tẽnga baobg wʋsg na n paama ko-yɩlgemde. Sã n yaa ne a Kiristof Marɩ Zozɛf DABƖƖRE, woto wilgdame, tɩ “perzidã“ Rok KABOORE raabã na n paama pisdgu.

A kell n pʋʋsa KÃMPTI ninbuidã b sẽn sak n kẽes b toogo, n le paas neb nins fãa sẽn yãagdb tʋʋmdã, bũmb zãnga “Bãnk Modyal“ rãmba.

 Sã n yaa ne goofneera taoor soaba yaa sõama la na n ka ta ye bala b ket n gũuda yãagre sẽn na yɩlẽ tɩ Burkĩna Faso tẽnsa fãa tõog n paam koom, tɩ pagbã ra le kẽnd zĩis sẽn zãr n na n tɩ  bao koom ye.

“Bãnk Modyallã“ nõ-rɛɛs a Mise Sɛk KÃTE wilga a sũ-noogo ne goofneerã sẽn kos tɩ“Bãnk Mõdyallã“ yãag-a ko-yɩlgemda wɛɛngẽ, sã n yaa ne yẽnda “Bãnk Modyallã“ bee Burkĩna goofneera  poorẽ yʋʋm katɛka, la hal n tãag rũndã, yaa koomã la yɩlgemdã yell galʋ-tẽnsa pʋsẽ  la a  yãagda.

 Yaa “porze“ kãnga n yaa kãsenga, “Bãnk Modyallã“ rãmb sẽn yãagd Burkĩna Faso.

Zɩll KAFAANDO

Accès à l’eau potable et à  l’assainissement : le premier ministre  a lancé le PAEA

Le Jeudi 25 Avril 2019, s’est tenu la cérémonie du lancement du Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement (PAEA) dans le village de Kilingbara de la commune rurale de Kampti région du Sud- Ouest , la cérémonie riche en couleur a été présidé par le premier ministre Christophe Marie Joseph DABIRE en présence du ministre de l’eau et de l’assainissement ainsi que plusieurs autotrités.Le projet, financé par la Banque mondiale et l’Etat burkinabè, s’élève à 180 milliards de F CFA et couvre 8 régions dont le Sud-ouest, les Cascades, les Hauts Bassins et la Boucle du Mouhoun pour son volet hydraulique rural.

Pour le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, la réalisation du programme permettra  l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement d’environ 1 160 000 personnes supplémentaires soit environ 630 000 en milieu urbain et 53 000 en milieu rural. Ainsi, à terme, 1220 forages équipés de pompe à motricité humaine, 90 adductions d’eau potable simplifiées, 50 000 latrines seront réalisés en milieu rural. Le coût total de réalisations se chiffre à environ 180 milliards de FCFA et constitue le 6e programme budgétaire du ministère de l’Eau et de l’Assainissement avec la contribution de l’Etat burkinabè estimée à 15.5 milliards de FCFA.

Ainsi, le programme va contribuer à la création de 10 000 emplois dont exactement 1303 emplois au profit des femmes, dans le cadre de la gestion des bornes fontaines.

«Ce programme rentre dans le cadre du volet “Eau et assainissement” du programme du chef de l’Etat. Il s’était engagé pour « zéro corvée d’eau » pour le Burkina. Ce programme, l’un de ceux déjà lancés, couvre quatre régions à savoir le Sud-ouest, la Boucle du Mouhoun, les Cascades et les Hauts Bassins. Ça veut dire qu’une bonne partie de notre pays connaîtra une nette amélioration en matière d’adduction d’eau potable», a dit le premier Ministre Dabiré.

Cela, ajoute-t-il,  nous conduit tout droit à la réalisation de l’engagement que le Président a pris avec le peuple burkinabè. «Nous saluons la population de kampti pour sa mobilisation et remercions nos partenaires techniques et financiers surtout la Banque mondiale qui pour une fois a mis énormément d’argent pour le développement de ce programme», le PM a tenu à remercier la Banque mondiale, mais pour lui, “c’est bien mais ce n’est pas arrivé”. «Nous attendons qu’elle continue de nous accompagner, qu’elle continue de nous appuyer pour que nous puissions faire en sorte que le maillage de notre territoire en structures d’approvisionnement en eau potable  puisse devenir intégral et que toutes les filles et toutes les femmes de ce pays ne fassent plus plusieurs km pour trouver de l’eau», a conclu le chef du gouvernement.

La Banque mondiale s’est dite fière d’avoir été associée à ce “noble objectif”, celui de contribuer à l’approvisionnement en eau potable aux populations rurale comme urbaine. «Nous sommes présents aux côtés du gouvernement burkinabè depuis un certain nombre d’années, mais jusqu’à présent notre appui s’est porté sur l’approvisionnement en eau potable en milieu urbain», a laissé entendre Cheick kanté, le représentant résident de la Banque mondiale au Burkina. Précisons que ce projet est le plus grand projet que réalise la Banque mondiale au Burkina.

Jules Kafando

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*