Burkĩna Faso koobã yell tara taoor kẽnde

Tʋʋl-nif kiuug rasem 25 n ta a rasem 27 yʋʋm 2019 soabã pʋgẽ, tõnd tẽngã taoor soab a Rok Mark Kiristẽ Kaboor sega koaadbã Gawa soolmẽ, tɩ b zĩnd ne taaba. Tɩ bala, yaa yʋʋm yiib fãa tẽngã taoor soab segd-b lame,  tɩ b sõse, n bao rabay koobã la gʋʋlgã, n paas koodã biis rɩk n tek t’a lebg rɩɩb a to wã na kẽng taoore. Yʋʋm 2017 sẽn loogã yɩɩ Kaya la b maan-a. Rõanda yʋʋmdã 2019 soabã, ya a naoor 21 soaba, la a segame, tɩ d ba-yirã kẽe zu-loees pʋgẽ, yõ-koglg kaalmã wɛɛngẽ. Yaa rẽ tɩ b yãk gom-zu-kãngã yɩɩ:” d na n dɩka so-bʋg tɩ koobã la gʋʋlgã n paas we-rũmsã koglg kẽng tʋʋm kẽng taoore, yõ-koglg kaalem pʋgẽ”. Yaa koaadb la gʋʋndb sõor na ta neb tusr la zaka, n seg taab Reezẽo di Sɩɩd wɛsã na-tẽnga, Gawa soolmẽ, n ges yʋʋm a yiibã sẽn loogã tʋʋma b sẽn tʋme, la kosg buud toor-toor b sẽn da kose.

Kiuugã rasem 25 raare, koaadbã minisri a Salif Wedraoogo, n paas mise M. Musa Kone, koobã la gʋʋlgã sula lagem-n-taar taoor a soaba, a M. Basɩka Dao, bãmb n wa n kõ sor Gawa Enepã zak pʋga, tɩ b zĩng sõasga, n na n sõs n bao rabay la yam-dãmb buud toor-toore, koobã la gʋʋlgã tʋʋm wɛɛngẽ. Kiuugã rasem 26 raare, tẽngã taoor soab wa zĩnda sʋka, tɩ b rɩk koees buud toor-toore, n taas nin-buudã. Koeesã pʋgẽ, b wilgame, tɩ b rɩka ligd sõor na ta milyão 77 n da koobã la gʋʋlgã teedo, n na n kõ nebã. B kell n pẽga tẽngã taoor soaba, koaadb bãnk yĩnga. B wilgame tɩ koaad fãa tõe n tɩ peng ligd n sõnga a menga, a tʋʋma na kẽng taoor wɛɛngẽ. B kell n kõo neb koabg la a pis-naas la a ye waoor kũuni, b tʋʋma sõmblem yĩnga. Rẽ poore, a Rok Kaboor ninga koaadbã la doose. Tʋʋm-kãng sẽn wa n sa,  a kẽngame n tɩ yals tɩ b rɩk teedã kũun makr n taas koaadba la gʋʋndba.

Tẽngã taoor soab kell n sãagame n tɩ pak faarã raaga, la b gilg n gese. Kiuugã rasem pisi la a yopoe raare, yɩɩ sɛk neng ne nenga, tẽngã naab  ne koaadbã la gʋʋndbã, la neb nins sẽn tõe n dɩk koodã biis n tʋm t’a lebg rɩ-rɩtmã tɩ b sõse, t’a kelg b zu-loeesã. A Rok reng n kɩtame tɩ zãma wã yik yĩngr n maan yĩn-kiiri, n wilg sũ-sãang ne karen-saam-dãmb a nu nin-wẽnsã sẽn kʋ Komyãnga soolmẽ. Rẽ poore, a kõ noor tɩ Reezẽo fãa taoor soab rɩk koɛɛg n wilg a soolmẽ zu-loeese, koobã la gʋʋlgã wɛɛngẽ. B wilga bũmb ning fãa sẽn kɩt tɩ koobã la gʋʋlgã, n paas rɩk koodã n tʋm t’a tekã zu-loeese, sẽn wa n tɩ yɩɩd fãa a bĩngrã wɛɛngẽ, la soaya, b sẽn na n tũ n paam koodã n da wã. B bõosa tẽngã taoor soab t’a sõng-ba, tɩ b sã n ko, bɩ b paam n koose, la b gɩdg neb nins sẽn wat ne rɩ-yood buud toor-toor n koosdẽ t’a sãamd nin-buiidã vʋɩɩmã. Koaadbã la gʋʋndbã sull lagem-n-taar taoor soab wilga, a sũ-noogo, la a bõos tɩ b sõng-ba. Bala, sasa kẽere, gʋʋndbã ne koaadbã mi n zaba taaba. Rẽ fãa yaa zu-loees sẽn welgd nebã ne taaba. Sula bõones a taab taoor dãmb kõo koeese, n wilg b tʋʋma zu-loeese. Rẽ poore, a Rok kõo minisr ning fãa sẽn tar gomde, t’a kõ vẽenem sẽn kẽed ne koaadbã sẽn kos kosg ningã. B gomame n kõ vẽenem tɩ tẽngã taoor soab yaool n na n dɩk koɛɛga.

A wilgame tɩ rẽndame tɩ tõnd bãnge, tɩ neb n be n dat nin-buiidã welg taaba, sẽn na yɩl tɩ bãmb rãmbã raab paam pidsgu, la segdame tɩ d bãng rẽ fãa n gũus d mense. Bala, tõnd ba-yirã zu-loeese, yaa tõnd mensã n segd n tags d zutã pʋg n bao a tɩɩm. D ra sak tɩ yell ning sẽn pɩʋʋg Yirgu, Arbĩnda la Zoaagã le zĩnd sʋk ye. Yel-kãens buudã yaa bũmb tẽngã bɛɛb sẽn wũg kɛɛng n kãnegd tõnd ne taaba, tɩ d tʋmd n pidisd b raabã. Tẽngã taoor soab wilgame t’a wʋma b kosgã, la a na n maoome tɩ fãa pidi. A kell n kosa gofneema neb nins sẽn tar koaadbã sama, tɩ b modg n yao-ba. A pẽga koaadbã wʋsgo, la a wilg tɩ b tʋʋmdã yaa sõma, gofneem na n maana a pãng sẽn tõe tɩ nin-buiidã rɩt tõnd tẽngã kood biisi, bala, a yaa bũmb sẽn sõngd-ba, b laafɩ wã wɛɛngẽ. Tʋʋmdã maane laafɩ la sũ-noog pʋgẽ. Wẽnd na le kõ-d yʋʋm a yiib sẽn wate.

Pẽgdwẽnde Erik Zĩnaaba

Burkina Faso: la question des paysans est prise en compte

Du 25 au 27 Avril 2019, le président du Faso Rock  Marc Christian KABORE a eu une rencontre et un échange avec les paysans dans la ville de Gaoua. Après Kaya en  2017 c’est la ville de Gaoua qui a abrité la 2̃1 ème édition de la journée nationale du paysan au moment où le pays vit dans l’insécurité. Le thème de cette 2̃1 ème édition est la suivante : « Défi de la sécurité alimentaire dans un contexte d’insécurité : quelles stratégies d’accompagnement des exploitations agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques ? » plusieurs agriculteurs et éleveurs se sont rencontrés dans le chef-lieu de la région du centre-est pour voir l’évaluation de leurs doléances de 2018 et les réalisations qui ont été faites.

Le  25 Avril 2019, le ministre de l’agriculture Salif OUEDRAOGO, Monsieur Moussa KONE président de de la fédération des agriculteurs et Monsieur Basika DAO on ouvert dans la cour de l’ENEP de GAOUA une conférence pour chercher des voies et moyens  pour le développement du secteur de l’agriculture et de l’élevage. Le 26 Avril, le président du Faso à lui-même participé à un échange avec le monde paysan, dans cet échange il est ressorti qu’un budget de 77 millions a été débloqué pour l’achat de matériel d’agriculture. Les agriculteurs ont  montrés leurs gratitudes au président du Faso suite à la mise en place de la banque agricole. Chaque producteur peut désormais avoir un prêt pour le bon déroulement de ses activités. 141 personnes ont été décorées pour leurs efforts fournit. Suite à cela, le président du Faso leur a fait ses vœux, c’est la remise symbolique des matériaux qui a précédé cette activité. Le président Rock Marc Christian KABORE a également procédé à l’inauguration de la foire. Le 27 Avril 2019, le président du Faso a eu un échange direct avec le monde paysan ainsi que les transformateurs. Le président a d’abord demandé une minute de silence pour  les cinq (enseignants) tués à Kom-yanga.

Ce fut le tour de chaque président de région de prendre la parole pour présenter les préoccupations de sa région  dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. Le problème de la conservation des produits de l’agriculture a été souligné ainsi que les difficultés d’écoulement. Ils ont demandé au chef de l’état  de les aidés à pouvoir écoulé leur produits et empêcher  ceux qui viennent avec des produits nuisible à la santé. Le président des agriculteurs et éleveurs du Burkina a montré sa satisfaction, et il a demandé l’aide du gouvernement. Pour lui  on participe souvent à des conflits entre agriculteur et éleveurs, tout cela représente des obstacles qui entrainent la division. D’autres responsables d’association ont aussi donné leurs points de vue et également demandé de l’aide. Chaque ministre a aussi pris la parole pour donner plus d’éclaircissement sur  les doléances du monde paysan. Suite à cela le président du Faso a pris la parole pour faire savoir à la population qu’il y’a des individus qui souhaitent la division pour leur propre intérêt, de ce fait, il demande à tous de faire très attention, car c’est nous même nous devons chercher des solutions pour la bonne marche de notre mère patrie .Nous devons faire de notre possible pour que les évènements malheureux de Yirgou, Arbinda et Zoaga ne se répète plus dans notre pays. Le président du Faso a dit entendre les différentes préoccupations du monde paysans et il fera de son mieux pour que celle-ci puissent être pris en compte. Il a demandé aux membres du gouvernement ayant des crédits des agriculteurs de les payés. Il a beaucoup encouragé le monde paysan, en trouvant que le travail abattu par ces derniers est un travail noble. Le gouvernement prendra toutes les dispositions pour que les burkinabè consomment les produits du Burkina Faso, car cela va beaucoup les aidés dans le domaine sanitaire. Ce fut dans la joie que la 21ème édition de la journée nationale du paysan a été clos et rendez-vous est pris en 2021 dans une autre région.

Pengdouendé Eric ZINAABA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*