Sãntr Noorbɛɛr Zãongã rãmb talla sõs-kasenga

Tʋʋl-nif kiuug rasem 27 yʋʋm 2019 soabã , Sãntr Noorbɛɛr Zãong ne sull a ye sẽn tar pak-n-taare n get kibayã kɩsg yell nin-sabls tẽng windg sẽn lʋɩtẽ talla sõsga. Sõasga gom-zug yaa «karen-saamb dãmbã sõor yaa wʋsg Waogdg lekollsã pʋsẽ: saglse, la  rabay bʋs buud la b tõe n zĩngi»

Bũmb ning sẽn n kɩt tɩ b rɩk gom-zugã, Burkĩna Faso Asãmble wã maana vaeesg yʋʋm 2017 soabã n wilg tɩ karen-saamb dãmbã sõor taa bãmb kobs-nu (500) Waogdgo, n pa tar tʋʋmd zĩig takɩ ye.

Vaeesgã sẽn wa n tɩ tees n yɩɩda, yaa karen-bi-bãonsã karen-saamb dãmba. Bãmb sʋkã, wʋsg  basa karen-dotã n tɩ zĩ biiro rãmb pʋse. Karen-saam-kãens sõorã waoga Waogdg ne Bobo. Karen-saam- kasenga a Albɛɛr WEDRAOOG wilgame tɩ karen-saam-dãmbã sõor yaa wʋsg Waogdgo, la bũmb ka wilgd vẽeneg tɩ b tara tʋʋmd ye. Bala, karen-dot kẽer tara karen-saab dãmb a yiib bɩ a tã karen-do-yend pʋga, tɩ kẽer me bee ministɛɛr dãmb pʋse. Karen-sam-dãmbã yãta naong buud toor toor b tʋʋmdã pʋgẽ. Sẽn n yɩɩd fãa sẽn be-b tẽn-kɩrensã pʋse. Karen-saam-dãmb wʋsg gãee rot sẽn pa sõma pʋse. Rasma noore, wʋsg vɩɩmã tara zu-loeese. Koeesã baasg wakate, a wilgame tɩ rẽndame tɩ gofneer ges n kõ karen-saab dãmbã ligd b vɩɩmã koglg yĩnga.

Karen-saam-dãmba lagem-n-tar sull pʋg ned a ye, mise Wẽndyam Zãong wilgame, tɩ b «ka sõmb n bao karens zug sẽn põng pʋg ye ». Gofneerã n mii karen-saam-dãmbã sẽn n wa n zam taab Waogdgã võore. Bala, karen-saamb pa tõe n yãk a tʋʋmd zĩig a toor ye.

A Basolma Baziye tʋmtʋʋmdbã pa sak kɛgr sull taoor soab wilgame tɩ kaoreng ning b sẽn tar n karemd tõnd kambã, pa tõnd tẽngã kaoreng ye, b kẽngame n tɩ rɩk tẽn-taag rẽnda, n wa kẽes lekollsã pʋga. Rẽ n so tɩ nin-buiidã segd n yiki n dɩk kaoreng ning sẽn na n naf kambã, tɩ b kẽes lekollsã pʋse.

Waga ɛf ɛm radio wã kiba-kɩtb taoor soab a Poll Miki Roamba wilgame tɩ karen-saam-dãmbã sõor sẽn ya wʋsg galen-tẽnsã pʋga, pa segde . sõasga pʋga neb wʋsg kõ b tagsg ne zu-loesã sẽn be karen-dotã pʋs rũnda-rũndã wã. B wilgame tɩ gofneem basame tɩ nebã pags karen-dotã wʋsgo, kɩtame tɩ gofneer karen-dotã pa le waoog ye. Yaa rẽ fãa n kɩt tɩ karen-dotã sõor paood Burkĩna Faso ka. Karen-saamb dãmbã sẽn wat tẽnga pʋga, yaa tɩ be b tõe n karma lekolls wʋsg pʋgẽ n paas b sẽn boond tɩ « vakasẽo » wã. Bũmb ning sẽn pa yɩ neb nins sẽn zindb tigsgã pʋg noogo, yaa gofneerã ned ba a ye sẽn pa wa zĩnd b sʋkã.

Zɩll Kafaando

Le centre national de presse Norbert Zongo et ses partenaires prônent pour une bonne éducation

Le Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) et son partenaire régional, la Fondation pour les médias en Afrique de l’Ouest (MFWA) ont organisé une conférence publique ce samedi 27 avril 2019 à Ouagadougou dont les échanges ont porté sur le thème général « La surpopulation des enseignants dans les écoles de Ouagadougou : Etat des lieux, enjeux et recommandations ».

Ce thème confère son originalité à une étude conduite par l’Assemblée nationale. En effet, le rapport d’une enquête parlementaire menée en 2017 estime à 500, le nombre d’enseignants supplémentaires dans la ville de Ouagadougou.

Ce rapport pointe du doigt l’occupation des enseignants du primaire à des tâches autres que pédagogiques, la présence des enseignants du primaire dans les bureaux surtout à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso et le surnombre des enseignants dans les écoles de la Capitale.

Le premier intervenant dans cette conférence, le Pr Albert Ouédraogo, célèbre homme de lettres pense que  surpopulation des enseignants dans la ville de Ouagadougou est une évidence.

« Et très peu d’enseignants assument leur volume horaire. Ils sont double, voire triple dans les classes. On les retrouve aussi en nombre élevé dans les ministères », a dénoncé le Professeur d’université. « Les enseignants font partie de ceux qui ont les conditions les plus difficiles de travail. Et cela est pire dans les zones rurales. Des enseignants sont mal logés et dorment quelquefois avec des serpents. Aujourd’hui, être enseignant est un métier à risques », a déclaré l’ancien ministre des enseignements secondaire et supérieur. Le Pr Albert Ouédraogo a terminé son exposé en plaidant notamment pour une indemnité de risques.

Après lui, c’est Wendyam Zongo, un membre actif de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) qui a tenu le crachoir pendant quelque temps. Pour lui, il n’est pas question de chercher des poux sur un crâne rasé, le premier responsable étant connu de tous : « C’est l’Etat qui est responsable de la surpopulation des enseignants à Ouagadougou. Aucun enseignant ne s’affecte lui-même ».

L’ancien coordinateur de la CNSE a passé le témoin à Bassolma Bazié, le représentant du collectif syndical, Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B). « Est-ce que ce système éducatif est le nôtre ? », a-t-il lancé, avant de qualifier de « copier-coller » et de « monstre » le système éducatif burkinabè. L’enseignant des Lycées et Collèges en Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) a, lui aussi, jeté la balle dans le camp du gouvernement.

 « Il faut que le peuple se mobilise pour mettre en place un système éducatif à visage humain », a-t-il conclu. Le Rédacteur en Chef de la radio Ouaga FM, Paul Miki Roamba, a, pour sa part, qualifié d’« injustice » le surplus d’enseignants en milieu urbain dans plusieurs régions du pays.

Au cours du panel, la plupart des intervenants ont soulevé des questions de privatisation, de clientélisme politique, de manque d’infrastructures et de possibilité de vacation et d’affaires parallèles en ville.

L’absence d’un représentant de l’Etat ou du ministère de tutelle à ces discussions a été déplorée par les panélistes ainsi que les participants de cette conférence publique.

Jules Kafando

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*