Naam kɩɩsdbã keoogda goofneerã t’a tall yẽsg hakɩk ne a tʋʋm-tʋmdbã

Burkĩna Faso tẽnga pʋga tʋʋmtʋʋdbã buud toor toor wilgda b su-pa nõag wakat fãa yaa woto la naam kɩɩsdbã sull wilg-yã b sek ninga b sẽn maand wakat fãa ne kiba-kɩtbã pʋgẽ. Yaa rẽ tɩ b kot tẽnga taoor damb tɩ b tall yẽsg hakɩk ne goofneerã tʋʋm-tʋmdba.

A Asɩl WEDRAOOG sẽn yaa “pagtɩ“ ning b sẽn boond tɩ “muvema panafɩrɩkẽ di faso“ (Mouvement panafricain du Faso) n le paas a Adama SERE sẽn yaa “Ɛr-de-be-ɛf“ (RDBF) pagtɩ wã taoor soab wilgame tɩ logtoeembã sogendame n na n kẽ gẽeb pʋgẽ, sẽn le paasd me vũn-vũn koees me n le be “Poliis“ rãmba nẽngẽ, tɩ b pa gomd kaorenga zĩigẽ ye. Sarɩ wã me tʋʋm pa le kẽnd yas ye. Goofneer segd n sulg n gesa yel bamba fãa.

Naam kɩɩsdbã sull wilgame, tɩ yaa goofneera sẽn pa get tʋʋm-tʋmdba fãa nenga a yembrã, n wat ne sũ-puurã. Rẽ n so tɩ b boond goofneerã t’a bao yel tɩm, la a ra welg tʋʋm-tʋmdbã ne taab ye.

“Pagtɩ politik“ rãmb sõor na ta bãmb pis-tã (30) la zakã naaga taab wilg tɩ tẽnga zãdb segd n modgame, n pids bũmb ninga, b sẽn pʋlem ninbuidã tɩ yaa rẽ n tõe tɩ sũ-puurã kolg weoogo. B kẽnga taoor n wilg tɩ tẽnga taoor soab wilgda a pã-komslem ne tẽnga zãabo. A Zefirẽ DIABRE sẽn yaa nam-kɩɩsdbã sul taoor soab me kẽnga taoor n wilg tɩ “Ɛm pe pe“ (MPP) pagtɩ wã rãmb wilgda vẽeneg masa tɩ b pa tõe tʋʋmdã ye.

Kibarã yɩɩ “awaga“ kibay pʋgẽ

Grèves au Burkina: l’opposition invite le gouvernement à « négocier sincèrement »

La tension sociale est remontée d’un cran ces derniers temps au Burkina Faso et elle n’est pas prête de redescendre de sitôt, a fait observer ce mardi 7 mai 2019, au cours de sa traditionnelle conférence de presse, l’opposition politique, avant d’inviter le gouvernement à « négocier sincèrement » pour la bonne marche de l’Administration publique.« Le secteur de la santé prévoit d’aller en grève, pendant que ça murmure dans la police nationale. La crise de l’Education demeure d’actualité, malgré la signature d’un accord, (tandis que) la Justice, elle, est toujours bloquée », a constaté, face à la presse, Achille Rawa Ouédraogo, président du Mouvement panafricain du Faso qui avait à ses côtés, Adama Séré, président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF).

Pour l’opposition politique, c’est la « gestion approximative de la crise sociale par le gouvernement sans une vision d’ensemble qui a causé la situation actuelle ». C’est pourquoi, pour trouver une solution à cette situation préjudiciable pour les Burkinabè, l’opposition estime que « le gouvernement doit prouver sa bonne foi et négocier sincèrement, au lieu de chercher à diviser les travailleurs ».

Le regroupement de la trentaine de partis de l’opposition a insisté sur l’un des points qui revient de façon récurrente au niveau des acteurs sociaux, à savoir la « non tenue » des engagements pris par le gouvernement. Pour ces partis de l’opposition, « il urge que le gouvernement travaille à faire face à ses propres engagements au risque de saper définitivement la base du dialogue social qu’est la confiance ».

D’ailleurs à ce sujet, pour l’opposition, le « président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, est en train de dépouiller la fonction présidentielle de toute crédibilité. Que vaut encore la parole présidentielle ou la décision gouvernementale au Burkina Faso », s’est interrogée l’opposition qui dit avoir « affaire à un pouvoir qui ne sait pas ce qu’il veut ».

Le pouvoir du MPP « est passé du tâtonnement à l’impasse », se sont convaincu les partis affiliés au Chef de file de l’opposition (CFOP) présidé par Zéphirin Diabré.

Source :aouaga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*