Burkĩna Faso moeembã la dĩin buud toor-toor naaga taab n lok noorã

Yaa kiuug a ye  tõre, la Burkĩna Faso moeembã ra be ko-yũud pʋgẽ, la sẽoog kiuug rasem a 4 yʋʋm 2019 soabã noorã lokame. Rõanda yʋʋmdã, b pʋʋsgã gom-zug yaa nin-buiidã na lagem taab n vɩɩmde, ma biir la saam-biir pʋgẽ, tɩ dĩin-dãmbã zems-n-taar ne taab kẽng taoore.

Pʋʋsgã maana Waogdgo “palaas de la nasẽo”. Moeemb sõor katɛk zẽka b karga n tɩ naag taab n pʋʋse.  Limaam Mahamadi TẼEMTOORE, bãmb n lʋɩ pʋʋsgã taoore. A kosa Wẽnde, tɩ b  koglg Burkĩna Faso, tɩ nin-buiidã kell n tall  vɩɩmd-n-taar hakɩɩk yam. Tiugung roogã ba Kagdinall Filip WEDRAOGO zẽka b naoor n tɩ naag moeebã tɩ b pʋʋse. Gofneerã taoor soaba a Kirstof Dabɩɩre me zĩnda sʋka gofneerã yʋʋr yĩnga. Pʋʋsgã poore, a rɩka  koɛɛg n pʋʋs moeembã. A kell n  wilga tɩ  gofneem  bee ne-b wakat fãa.

La yaa dĩin-dãmbã lagem-taab n tõe n sõng tɩ tẽngã kẽng taoore. A wilgame tɩ sã n getẽ,  pʋʋsgã fãa  yaa tengã na gãand bãan yell la b gom yã. Kagdinall Filip WEDRAOOG taasa moeembã Pap koeese, la b kell n wilgame, tɩ yaa tigung Katolik yʋʋr yĩnga la b zẽk b naoore n na n wa pʋʋs moeembã, bala, « kʋɩlg paoong yaa yẽbg paoogo ». No-lokrã kibs  yaa Katolikã  rãmb me kibsa . Kagdinall wilgame tɩ Pap kosa kiris-nebã ne moeembã, tɩ  b naag n taaba sẽn na yɩlẽ tɩ ninsaalbã lagem-taab n vɩɩmd ãnduni wã pʋgẽ, la b zab ne wẽngã buud fãa sẽn pɩʋʋgd ne  tẽnsã pʋsẽ. Kagdinaal koeesã ne moeembã me koees yaa a yembre, bala yaa naag taab n vɩɩmdã la bãmb me tk n pʋʋs no-lokrã. Woto wilgdame tɩ kirs-nebã zu-loees yaa moeembã me zu-loeese. Lahagi Atimi DEME  moeembã lagem-n-taar sul-kasẽng taoor soab pʋgdg a yiib soabã wilgame tɩ pʋʋsgã yaa pipi zab- teoog sẽn tõe n tall n zab ne bɛɛbã. A wilgame tɩ d sã n ges yel-beed nins sẽn pɩʋʋgd tõnd tẽngã, yaa kõ Wẽnd sɩd kaalmã, la rɩk neb kẽer raab n yɩɩg Wẽnd rẽndã n wat ne yal kẽere.

Kibarã yii awaga ( aouaga)

Burkina: l’Aïd El Fitr célébrée sous le signe de la cohésion sociale

Après un mois de pénitence, de prières et d’aumônes, les musulmans du Burkina Faso, à l’instar d’autres pays, ont célébré la fête d’Aïd El Fitr ou Ramadan ce mardi 4 Juin 2019. Cette année, la célébration est placée sous le signe de la cohésion sociale.

Les fidèles musulmans de la ville de Ouagadougou, comme à l’accoutumée, ont célébré la fête de l’Aïd El Fitr à travers une grande prière dirigée par l’imam El Hadji Mahamadi Tiemtoré à la place de la nation de Ouagadougou. L’imam Tiemtoré dans son sermon a imploré Allah de protéger le Burkina contre les « forces du mal » tout en invitant les Burkinabè à renforcer les liens de la cohésion sociale.

Le Premier ministre Christophe Dabiré était présent au nom du gouvernement pour souhaiter une bonne fête aux fidèles musulmans : « A cet instant précis, je voudrais saluer l’ensemble de nos frères et sœurs musulmans qui célèbrent aujourd’hui le Ramadan après un mois béni de carême. Le gouvernement est venu participer à cette prière pour montrer la communion que nous avons avec nos frères musulmans. Toutes les communautés religieuses de ce pays sont en communion pour que notre pays puisse avancer vers le développement. Les prières qui ont été faites pour l’ensemble du pays visent à ce que la paix revienne dans ce pays » a affirmé le chef du gouvernement.

Également présent, l’archevêque de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouédraogo, au nom de la communauté catholique a dit être venu apporter le message du Pape aux musulmans à l’occasion de cette célébration. « Nous sommes venus au nom de la communauté catholique pour souhaiter une bonne fête aux frères et sœurs musulmans. C’est une fête très importante pour eux et comme le dit les mossis, ce qui appartient au marigot appartient au caïman donc cette fête est aussi la notre. Le message que le Saint-Père adresse à nos frères musulmans est : musulmans et chrétiens, ensemble pour promouvoir la fraternité humaine universelle. Partant de la, il souhaite qu’ensemble nous puissions abattre les murs de l’ignorance, de la violence, de la haine, des incompréhensions et bâtir des ponts d’amitié, de fraternité, de tolérance » a déclaré le Cardinal.

Un message qui va en droite ligne avec celui de la communauté musulmane. « La cohésion au Burkina Faso doit être notre socle. C’est à dire l’affaire des musulmans doit être celle des chrétiens et vice versa. C’est ainsi que nous pourrons former une nation forte qui pourra relever tous les défis. Nous rendons grâce à Dieu de nous avoir permis de voir ce jour. Nous avons prié pour tout le Burkina. Nous savons que notre pays a été ébranlé par des attaques et dans l’Islam nous disons que l’arme du croyant c’est la prière » a déclaré le El Hadj Atimi Démé, 2e vice-président de la Communauté musulmane.

Source : aouaga.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*