Sũ-sãang n kẽ sodaasã sʋka

Sigr kiuug rasem 26 yʋʋm 2019 soabã, sũ-sãang koɛɛg n yii Burkĩna Faso, sodaasã tʋʋm-noor pʋg n wilg tɩ Zenerall Bila ZAGRE sẽn yɩ sodaasã taoor soab kʋdr 1979 n tãag 1980 yʋʋmdã maana kaalem, a yʋʋm 94 yĩnga.  

Zenerall Bila ZAGRE ned ning b sẽn yãbd rũnda wã tʋma tʋʋm wʋsg Burkĩna Faso tẽnga yĩnga. A rɩka sẽn ta yʋʋm pisnaas  40tõr n tʋm n kõ Burkĩna Faso. A Bila Zã Zeraar ZAGRE roga sẽoog kiuug rasem 24 yʋʋm 1925 soabã Mali soolmẽ. La a kẽe Farãns sodaarã pʋg sapaolg kiuug rasem a 6 yʋʋm 1943 soabã. A kell n zĩnda Farãns sodaarã pʋg n tʋme, n ta wakat ning a sẽn na n yi be n wa Hotvolta, rũnda Burkĩna Faso wã. A lebga Fãrãns sa-sik kiuug rasem 30 yʋʋm 1961 soabã n kẽ Otvolta sodaasã sʋka, n lebg Kapitɛnde. A yii be n lebg letena kolonelle. Yaa na-kãng la a yi yã n lebg Zenerall sapaolg kiuug pipi daare yʋʋm 1979 soabã. A Zenerall Bila ZAGRE tʋma tʋʋm wʋsg Burkĩna. A Moris YAMEOG naamẽ, a yɩɩ yõ-gũudbã taoor na-zakẽ wã, yʋʋm 1962 n ta 1966 yʋʋmdã. Rẽ poore, a yɩɩ «Eta mazoorã » buro taoor soaba. Yʋʋm 1966 n ta 1967 soabã a yɩɩ minisr sẽn get nasaara nug tʋʋm-te- paalã yelle. Yʋʋm  1967 n ta 1971 yʋʋmdã,  a yɩɩ minisri, n da get kibayã kũun yelle. Yʋʋm 1971 n ta 1974 yʋʋmdã a lebg minisri, n sẽn ges yõ-koglgã yelle. Yɩɩ 1979 n t’a 1980 yʋʋmdã la a lebg Otvolta sodaasã taoor soaba.

Zenerall Bila ZAGRE paama waoor kũun katɛka, wala « medaye kolonyall » Madagaskar soolmẽ. A paama waoor kũun Ẽndosɩnde« Sevalye de lordr nasẽonalle». La Fãrãs soda-kʋdã waoor kũuni… Zĩ-likr kiuug rasem 30 yʋʋm 2007 soabã, b  rɩka a yʋʋrã n pʋd sore, Waogdg sak ning b sẽn boond tɩ Kulba wã. Zĩ-likr kiuug rasem 29 yʋʋm 2015 soabã Tãrãzizõ wã taoor dãmb rɩka  sodaasã zak ning sẽn be Kambõensẽ tɩ b boond tɩ « Kã Bãngrã » n pʋd  Zenerall Bila ZAGRE  yʋʋre.

Wẽnd na maag tẽng a yĩnga.

Kibarã yɩɩ aouaga

   Armée nationale: le général Bila Zagré a passé l’arme à gauche

Le Burkina Faso vient de perdre l’un de ses illustres fils. Ancien chef d’Etat-major général des armées de 1979 à 1980, le général de brigade, Bila Jean Gérard Zagré a, en effet, passé l’arme à gauche hier mercredi 26 juin 2019 en début de matinée.

L’homme aura, en l’espace de quatre décennies, occupé de hautes fonctions au cours de la période pré- et post-coloniale. Né le 24 juillet 1925, Bila Jean Gérard Zagré, enfant de troupe, rejoint, comme engagé volontaire, les rangs de l’armée française le 6 novembre 1943. C’est le début d’une ascension au cours de laquelle, il gravit progressivement tous les grades inférieurs jusqu’en 1956. Au cours de la même année, il est promu adjudant. Il entame alors une carrière d’officier au sein de «la Grande muette» française.

Libéré de ses obligations à l’égard de l’ancienne puissance coloniale le 30 août 1961, le lieutenant Bila Jean Gérard Zagré est transféré à l’armée nationale de la Haute-Volta. Il y passera successivement les grades de capitaine, de commandant, de lieutenant-colonel, et de colonel. Il est élevé à titre exceptionnel, le 1er novembre 1979, au grade de général de brigade.

Le 16 novembre 1982, il est admis à la deuxième section des officiers généraux, totalisant ainsi 39 ans et 10 jours de service effectif. Au cours de cette longue et riche carrière, il occupera également des fonctions officielles. Le général Zagré deviendra, tour à tour, aide de camp du président de la république de Haute-Volta de 1960 à 1961, chef du premier bureau de l’Etat-major de 1962 à 1966, secrétaire d’Etat à l’intérieur de 1966 à 1967, ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Information de 1967 à 1971, ministre de l’Information de 1971 à 1974, ministre de l’Intérieur et de la sécurité de 1974 à 1976, et inspecteur des armées de 1976 à 1979.

Chef d’Etat-major général des forces armées voltaïques de 1979 à 1980, il a reçu, par ailleurs, au cours de son parcours, plusieurs décorations parmi lesquelles la Médaille coloniale «agrafe Madagascar», la Médaille commémorative Indochine, celles de Chevalier de l’Ordre national, Officier de l’Ordre national voltaïque, de Commandeur de l’Ordre national, et de la Légion d’honneur, Grand-croix de l’Ordre national, Ordre national des Anciens combattants de France, etc.

Une avenue située au quartier Koulouba de Ouagadougou porte son nom depuis octobre 2007. A l’occasion de la célébration du 55e anniversaire des Forces armées nationales placé sous le thème : «Raffermissement de la vocation militaire au service d’une armée républicaine», le camp militaire de Kamboinsin (Bangré ENSOA) a également été baptisé “Camp Général- Bila-Zagré”, le 29 octobre 2015, par les autorités de la Transition

Source : a ouaga.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*