Kodenvaar ne Burkĩna Faso zoodã ket n kẽngda taoore

Sẽoog kiuug rasem 31 yʋʋm 2019 soabã, perzidã Rok KABOORE, ne perzidã Lasan WATARA lʋɩɩ  seg kaseng  b sẽn sigl tẽnsã a yiibã zood ne taab sõasg naoor a nii ( 8) soabã taoore. Yɩɩ wakat Burkĩna Faso tẽngã taoor soab sẽn kõ a Alasan WATARA waoor kũun kasenga b sẽn boond tɩ « Gãrãn kʋroa de letalõ » wã. Sã n ya ne Burkĩna Faso waoor kũun-kãngã yaa kũun-kasẽnga, b sẽn kõte. Perzidã Alasan WATARA wilga a sũ-noogo, b sẽn kõ-a waoor kũu- kasengã. A wilgame tɩ kũunã yaa Kodenvaar nin-buiida fãa yʋʋr yĩnga, la b kõ-a waoor kũunã.

Tẽnsã a yiibã taoor dãmb zẽka koeese, tɩ tʋʋmdã  pak a kʋɩlense. Perzidã Rok KABOOR wilgame tɩ seg-taabã kẽeda ne tẽnsã a yiibã tʋmd-n-taarã na  sõng tẽnsã  nin-buiid tɩ b tõog n vɩɩmd ne bãane.

A leb n yaa bũmb sẽn yãagd tẽnsa a yiibã pʋsẽ, tɩ b paamd taoor kẽnde. Tʋʋm nins sẽn zoe n tʋma kengda raoodo, tɩ  tẽnsa yiibã tõe n kẽng taaor ne nug tigsa nins b sẽn maan ne taabã.

Burkĩna Faso tẽnga taoor soab wilga a sũ-noog ne nug tigsa b sẽn zoe n maanã, sẽn sɩng ne yʋʋm 2008 soabã, la tʋʋm nins b sẽn zoe n tʋma. Kodenvaar tẽngã taoor soaba a Alasan WATARA pʋʋsa tẽns a yiibã gofneem taoor dãmb ne b minisr dãmbã, b sẽn ning pãng ne tʋʋm kẽer wala so-kaseng ning sẽn na n yi Yamusokoro n wa Waogdgã, la kʋrã wã sẽn na n yi Kodenvaar n wa Burkĩna Faso wã, n le paas ne b sẽn na n naag taab n tʋm yõ-koglgã wɛɛngẽ wã. A wilgame t’a sũur pa noom ne tẽra bãng sẽn segd n yi a Bigɛ, n wa Waogdg n ta Kaya  n sãag n kẽng Nizɛrã, a tʋʋmdã sẽn tar na-masmã ye. Tẽnsa a yiibã taoor dãmb na n kell n goma yel-kãng zugu, sẽn na n yɩlẽ n bãng bũmb ning sẽn gɩdgd tʋʋmdã t’a ka kẽng taoorã. B na n  goma yõ-koglgã yell tʋʋmdã sɩngr pʋgẽ.

Kibarã yii tẽngã taoor soab kiba-kɩtb nengẽ

TAC 8 : le président ivoirien élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon.

(Ouagadougou, 31 juillet 2019). Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a co-présidé, avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, la cérémonie d’ouverture de la 8e Conférence au sommet des chefs d’Etat du Traité d’Amitié et de Coopération entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Le président Kaboré a saisi cette opportunité pour élever son frère et ami, Alassane Ouattara, à la dignité de Grand-Croix de l’Etalon, la plus haute distinction honorifique du Burkina Faso.« Je voudrais vous dire toute ma gratitude pour la haute distinction que vous me conférez et vous dire que c’est au nom du peuple ivoirien que je la reçois », tels ont été les propos de remerciement du président ivoirien Alassane Ouattara.

Les allocutions des deux chefs d’Etat ont ponctué la cérémonie d’ouverture du TAC 8.Pour Roch Marc Christian Kaboré, « le TAC se pose à nous comme une base d’amélioration continue des conditions de vie et de séjour de nos populations, à travers les échanges et la coopération entre nos deux pays. Et les présents travaux nous donnent l’heureuse opportunité de continuer à nous investir dans cette quête permanente ».

Le président du Faso s’est réjoui de la signature de nombreux accords, depuis la conclusion du traité en 2008, et des progrès réalisés dans la mise en œuvre des projets et programmes.Le président ivoirien Alassane Ouattara a, quant à lui, félicité les premiers ministres et les gouvernements des deux pays pour « leur ardeur à la tâche » surtout dans la mise en œuvre des chantiers, tels le projet de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, l’approvisionnement en électricité du Burkina Faso à partir de la Côte d’Ivoire, et la coopération dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. « Nous devons toutefois déplorer la lenteur, voire le non-démarrage de certains projets comme le projet de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya avec son prolongement à Tambao au Niger, et la matérialisation de la frontière », a poursuivi le président ivoirien. Le sommet des chefs d’Etat sera une opportunité de se pencher sur les raisons qui empêchent le démarrage de ces projets. Les questions sécuritaires figurent en bonne place dans l’ordre du jour de cette rencontre, qui a débuté aussitôt après la cérémonie d’ouverture, par une séance de travail restreinte à huis-clos sur le sujet.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*