Lagem-taab sula wã boonda gofneera t’a ges neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã yelle

Sa-sik kiuug pipi daare yʋʋm 2019 soabã, Burkĩna Faso lagem-taab sula wã kosa gofneem t’a ges neb 250 000 wã sẽn zoe n bas b tẽnsã yelle. B wilgame tɩ b rɩk yellã n maan tẽngã fãa zu-loɛɛga.

Bala, beoog sẽn vẽeg fãa, neb katɛk n zoet n basd a b tẽnse, nin-wẽnsã rabem yĩnga. Ba ne yellã sẽn kẽnd taoor n paasd beoog fãa wã, gofneem kell n pa get-b yell wa sẽn segd ye. Yaa rẽ la sula wã lagem-taaba, n kot tɩ b teel sẽn vʋɩ-b ninbãaneg pʋgẽ wã. Lagem-taab sula wã kota Burkĩna Faso  nin-buiidã fãa tɩ b tẽeg-b yelle, bala b rata teelgo : laafɩ, rɩɩbo, futu, la b yõ-koglg  wɛɛngẽ.

Sula nins sẽn naag taabã yaa, KODEL, ƐS.ƐF.ƐS,  sãntr de Pɛrɛss Norbɛɛr Zõango, RAZ, Bale Sitoayẽ n  paas sula a taaba. Tẽegre, yaa sẽn sɩng ne tʋʋlg kiuug yʋʋm 2015 soabã la nin-wẽnsã kẽ porvẽs rãmb kẽer pʋse, la yaa yʋʋm 2019 soabã sɩngrẽ,  la b sɩng nin-buiidã kʋʋb reezẽo di Noor n paas Sãntr Noorã pʋgẽ.

Kibarã yii Ayɩbe

Burkina : Le sort des 250.000 déplacés internes doit être «une urgence nationale» (société civile)

Ouagadougou, 1er aout 2019 (AIB)-Des organisations de la société civile ont invité jeudi, le gouvernement burkinabè à ériger en «urgence nationale», la gestion de près de 250.000 personnes, fuyant la montée de l’insécurité dans plusieurs provinces du pays.Dans un appel présenté aux médias ce jeudi, les signataires estiment «qu’il est urgent d’en faire une priorité nationale en engageant toutes les formes nécessaires pour la prise en charge intégrale dans la dignité humaine de ces déplacés internes».

Selon eux, le nombre des déplacés continue de s’accroitre de jour en jour pourtant «L’Etat ne prend pas encore la mesure du drame humain et social ainsi que les risques sécuritaires qui pourrait surgir dans le long terme».De l’avis de la coalition d’OSC «faisons un geste», ces déplacés internes fuyant les atrocités ou craignant d’être la cible des terroristes, vivent dans des conditions difficiles.

Les principaux signataires de l’appel sont : la Convention des organisations de la société civile pour l’observation des élections (CODEL), l’Association Semfilms Burkina (SFS), le centre national de presse Norbert Zongo (CNP/NZ), ONG Réseau Afrique jeunesse (RAJ), West Africa Network for Peacebuilding (Wanep Burkina).A eux s’ajoutent, le Réseau d’action pour la prévention et la protection des enfants en danger (Raped), l’Association des blogueurs du Burkina, la Balai citoyen et l’Union de l’audio visuelle libre du Faso (UNALFA).En rappel, le Burkina Faso essuie depuis avril 2015 des attaques terroristes dans plusieurs de ses provinces. Les attaques qui semblaient viser dans un premier temps les forces de sécurité et les infrastructures administratives, se focalisent depuis le début de l’année 2019 sur les populations civiles, notamment au Nord et au Centre-nord du pays.

Agence d’information du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*