Naam kɩɩsdbã sull wilgame tɩ minisr ning sẽn get sãnmã tʋʋm yell segd n basa tʋʋma

IPESE, sẽn be  naam kɩɩsdbã sull taoorã, wilga sa-sik kiuug rasem a 7 yʋʋm 2019 tɩ minisr Umaru IDANI sẽn get sãnema tʋʋm yell, segd n basa tʋʋma. B wilgame tɩ yaa  sẽn tũ ne  Esakan, Boloore, Kanada, la Farense  tʋʋm-noy  sẽn da wʋk tẽngã sãnem n dat n solg n yiis  tɩ pa tũ sore, rẽ yĩng la b rat t’a sig n bas a tʋʋma. Tʋʋm-noy a yiibã n paas neb 12 la b  bool bʋ-kaodb taoor  sa-sik kiuug rasem a 7 yʋʋm 2019 soabã. B lebsa bʋʋdã kaoob tɩ na n yɩ Zĩ-likr kiuug yʋʋm 2019 wã pʋgẽ.  Nin-zals sula la soãngdba kẽer  kosame tɩ IPESE rãmb bool bʋ-kaod ro-kasengã  tɩ b sulg n ges  Minisrã yelle. B wilgame t’a naaga a nug tʋʋmdã pʋga, la segdame t’a  sig la a bas ministɛɛrã. Yaa tẽngã sãnem la b ra solg n yiisd tẽngã tɩ yaa sãnem-rẽgdo. Sãnmã ligd yikda milyaar 330 la b ra rat n yiisi. Yaa yʋʋm-sar kiuug yʋʋm 2018 soabã la b paam kõnteneer dãmb 30 Esakan tʋʋm-noorã t’a zɩt ne sãnem n n teesd Kodenvaare, n na n tɩ tũnug mogrã tɩ kẽ Kanada.

Kibarã yii Awaga               

Burkina Faso : l’opposition exige la démission sans délai du ministre des Mines suite à un scandale de fraude d’or

L’Union pour le progrès et le changement (UPC), principal parti d’opposition du Burkina Faso, a exigé mercredi la démission du ministre en charge des Mines, Oumarou Idani, suite à un scandale de fraude d’or impliquant la société canadienne Iamgold Essakane et le groupe français Bolloré.

Ces deux multinationales ainsi que douze personnes ont brièvement comparu dans la journée devant la justice. L’audience n’a duré que quelques heures avant d’être renvoyée à début octobre prochain sur demande de plusieurs parties, dont la défense et la partie civile.

« L’UPC demande à la Haute cour de justice de traiter avec courage et diligence le cas du Ministre mis en cause », qui, « étant soupçonné d’avoir joué un rôle de premier plan dans cette affaire, doit rendre sa démission sans délai et se mettre à la disposition de la Justice », indique un communiqué de l’opposition.

D’après celle-ci, il s’agit d’une « tentative d’exportation frauduleuse de métaux précieux d’une valeur de 330 milliards de francs CFA, avec une complicité au sommet de l’Etat ».

L’affaire remonte à fin décembre 2018, date à laquelle les autorités ont saisi un total de 30 conteneurs appartenant à la société Iamgold Essakane. Le parquet a fait état de la présence du minerai contenant une forte teneur d’or, transporté de « manière frauduleuse vers la République de Côte d’Ivoire, par voie ferroviaire, pour ensuite être acheminé par voie maritime au Canada ».

Source : aouaga.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*