Neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã yell na n paama malgre

Nasẽo zini rãmb yãka sa-sik kiuug rasem 19 daare, yʋʋm 2019 soabã n na n tẽeg ãdem biisã  sõng-sõng taab yelle. Burkĩna Faso ministɛɛr ning sẽn get pagbã, sõng-sõng taabã, la zagsã yell talla sɛk kiba-kɩtbã, n wilg-b tʋʋm nins fãa goofneerã sẽn zoe n tʋm n sõng neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã sẽn tũ ne dũni wã miuung sabaabo, la b sẽn dɩk na-kẽndr nins n na n  sõng-ba.

Sa-sik kiuug  rasem 19 daare, ãnduni wã tẽnse, la Burkĩna Faso rãmb tẽegda b yelle, n maan-b sõngre.  Rõanda yʋʋmdã, tõnd tẽngã gofneem yãka yam n sulg n ges neb nins fãa sẽn zoe n bas b tẽnsã yelle. B maana gɛɛla, n bãng tʋʋm nins sẽn zoe n tʋme, la sẽn kẽed kiis katɛk sẽn loog woto, la b mikame tɩ  nebã sẽn zoet n bas b tẽnsa sõor lebgda wʋsgo. Nin-wẽnsã wẽgda nebã yõyã, sẽn yɩɩd fãa yaa pagbã, sõor n  ya wʋsgo, yaa rẽ tɩ b tik gom-zu-kãngã n na n maan rõanda yʋʋmdã gom-zugu :” Pagbã zĩis sõng taabã pʋgẽ”. Yaa rẽ yʋʋm 2019 soabã Inyõ Afirikɛnd rãmb tik tɩ na n yɩɩ neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã, la neb nins sẽn paam zu-loes afirik tẽnsã pʋgẽ wã teelg yʋʋmde. Sã n ya ne ministɛɛr ning sẽn get pagbã, sõng-sõng taabã la zagsã yell wilgame tɩ  neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã soõr tara paasda raar fãa. A wilgame tɩ yʋʋm-vẽkr kiuugã sasa, ra yaa neb 87000. Sa-sik kiuug rasem 16 wã tɛka, lebg neb 27 0776.

Reezẽo rãmb 13 pʋse, b  reesa neba reezẽo di sayɛll la sãntr noorã pʋga, neb koabg zugu neb 89. B sʋkã pagb ne kamb sõor yaa 85 koabg zugu. Sẽn le paasde neb n yi tẽns a taab wala Mali la Kodenvaar n kẽ Burkĩna Faso. Bãmb sõorã yaa 17715 la gofneem lebg n sigla tʋʋmd tɩ b boond tɩ “plã dirzãaz”. A ne moore yel-yãgdmã welgr sore. Tʋʋm-no-kãng n na n lebg n ges neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã yelle. Yaa sẽn na n yɩlẽ tɩ b paam rɩɩbo, laafɩ,  b rũmsã la b mensã paam yõ-koglgo. Ligd sõor sẽn na n kẽ tʋʋmdã pʋg yikda dolaarã ligd milyõ 187. Gofneer  rat n dɩka rẽ n sõng-ba.

 Sẽn tũ ne tẽn-taasã sõngre, nan yaa dolaarã ligd milyõ 55 la zak la b nan paam yã. Pagbã minisri, a  Lorãas Marsall Yɩlbʋʋd wilgame tɩ tʋʋm kẽer n zoe n tʋmame, la wʋsg n ket n nan pa maane. Yaa rẽ tɩ b boond b pak-n-taasã la nin-buiidã tɩ b kẽes b toogo. Seg-taabã ne kiba-kɩtbã kell n yɩɩ wakat b sẽn pak “plã dirzãazã” tʋʋm kʋɩlense. Wẽnd na kell n sõng-d tɩ d tõog dũni wã bɛɛba.

Zɩll KAFAANDO

Journée mondiale de l’aide Humanitaire: la  ministre fait le bilan de l’assistance aux déplacées

Le  19 aout a été choisis  par les nations unis comme  une journée mondiale de l’aide humanitaire. C’est dans ce cadre que le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de l’action humanitaire a  réunis les hommes de média pour faire le bilan  de l’assistance aux personnes déplacées internes et le lancement du plan d’urgence révisé du Burkina Faso.

A l’instar des autres pays, le Burkina Faso commémore en ce jour la journée mondiale de l’aide humanitaire, c’est ainsi que le ministère chargé de la question a essayé de faire le bilan de l’assistance aux déplacées et en même temps lancé le plan d’urgence révisé au Burkina Faso. Dans ces dernières années les nombres de réfugiés ne fait que croître dans le pays des hommes intègre à cause des menaces terroristes. Vu la place qu’occupe la femme dans l’action humanitaire, le thème suivant a été retenus : «  Femmes Humanitaires ». L’année  2019 a été consacrée par l’union Africaine comme «  l’année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacés internes pour des solutions durables au déplacement forcé en Afrique ».

Selon le ministère de la femme de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, le nombre de personnes déplacées internes s’est accru de 87000 en janvier à 270776 à la date du 16 Aout 2019. Pour Madame Marie Laurence Marshall ILBOUDO, toutes les 13 régions  accueillent désormais  des personnes déplacées internes. Les régions du Sahel et du Centre-Nord cumulent à elles seules 88, 21 % des personnes déplacées internes, les femmes et les enfants représentent 85% des personnes déplacées internes.

Elle a aussi fait cas des  retournés et des demandeurs d’asile venus du Mali et ceux expulsés de la forêt de Leraba en Côte d’Ivoire qui sont aux nombres de 17 715. C’est dans cette optique que le gouvernement  a adopté le plan d’urgence humanitaire afin d’assurer une réponse humanitaire adéquate aux personnes en situation de déplacement liés aux incidents sécuritaires et aux personnes affectées par la situation sécuritaire, et de renforcer l’assistance alimentaire, agro-sylvo-pastorale et la protection des moyens  d’existences des populations affectées par les crises alimentaires.

De nos jours avec l’appui de ses partenaires, l’Etat a pu mobiliser 55, 1 millions de dollars sur un budget de 187 millions de dollars prévu.  Pour Laurence Marshal Ilboudo, des réalisations importantes ont été faites. Cependant il reste beaucoup à faire. Des efforts doivent être poursuivis de façon inlassable pour garantir aux populations affectées, la dignité et la protection.  Au terme de son allocution, la ministre a lancé officiellement le plan d’urgence révisé du Burkina Faso.

Jules KAFANDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*