Naam kɩɩsdbã sull kotame tɩ b lub gofne-kãngã, la b sigl a to

IPESE la naam kɩɩsdbã yiisa mooneg koɛɛg n wilg tɩ sẽn tũ ne nin-wẽnsã sẽn maan tʋʋm-yook ning sa-sik kiuug rasem 19 yʋʋm 2019 soabã Kutugu Sum soolmẽ wã bɩ  tẽngã taoor soab lebg n maneg n siglg gofneerã. B wilgame tɩ perzidã Rok Kaboor segd n ninga  neb sẽn tõe n tʋm tʋʋma n koglg tẽngã, tɩ b tõog n zab ne nin-wẽnsã. Mise Ãdama Soso sẽn yaa  naam kɩɩsdbã sull taoor soab pʋgdga a yiib n soabã wilgame tɩ gofneer ninga sẽn be rũnda wã maana kongre, sẽn tũ ne sodaas 24  sẽn maan kaalem tɩ  bãmb b nu menme tɩ b pa mi b sẽn beẽ, tɩ b 7 paam sãmpogre. B wilgame tɩ yaa  sẽn sɩng ne tʋʋlg kiuug yʋʋm 2018 soabã, la nin-wẽnsã sɩng b tʋʋm-yoodã reezẽo di noorã pʋgẽ. Gofneerã sẽn pa tõog n gɩdgbã b kẽe reezẽo rãmb wʋsg pʋse. Ba ne b sẽn zĩng “Eta dirzãasã”, nin-buiidã katek zoetame n basd b tẽnse, la b vʋɩ ninbãaneg pʋgẽ. Yaa naoor Katɛk la IPESE pagtɩ wã keoog gofneerã sẽn na yɩl tɩ b ges sodaasã yelle, n kõ-b zab-teed sẽn ya sõma tɩ b tõog n zab ne bɛɛbã, la b zĩng sula sẽn na get kibayã sẽn kẽnd toto. La hal ne rũndã bũmb ba a ye nan pa maan ye .

Kibarã yii Ayibe

Burkina/Terrorisme : le principal parti d’opposition exige la démission du gouvernement

 L’Union pour le progrès et le changement (UPC, opposition) a exigé, la démission du gouvernement burkinabè, suite à une énième attaque terroriste qui a coûté la vie, lundi, à 24 soldats.

«L’Union pour le progrès et le changement (UPC, opposition) demande la démission pure et simple du gouvernement en place, et la nomination par le président Roch Kaboré d’une nouvelle équipe qui aura pour mission première, la défense de l’intégrité territoriale et la sécurité des Burkinabè », a indiqué son 2e Vice-Président, Adama Sosso, lundi dans un communiqué.

M. Sosso réagissait à l’attaque terroriste de grande envergure du lundi, à Koutougou (Soum, Nord) dont le bilan est de 24 décès, cinq portés disparu et sept blessés.«Le gouvernement burkinabè a complètement échoué. C’est une équipe dépassée par la tournure des événements, qui croise à présent les bras, attendant ce que le hasard fera d’eux et des Burkinabè», a écrit Adama Sosso.Le Burkina Faso est frappé depuis avril 2015, par des attaques terroristes d’abord localisées dans le nord du pays avant de s’étendre vers d’autres régions.Malgré l’Etat d’urgence en vigueur dans certaines régions, depuis le début de l’année, des assaillants chassent les populations de leurs villages et menacent leur quiétude dans les lieux de rassemblement.

«A plusieurs reprises, l’UPC a attiré l’attention du pouvoir en place sur la nécessité d’équiper nos Forces de défense et de sécurité, de les motiver suffisamment et de mettre en place un système de renseignement efficace. Ces propositions sont restées lettre morte», a conclu M. Sosso.

Source : AIB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*