Kʋdemdã yaa bumb sẽn tõe n song n zab ne nin-wẽensã

Yʋʋm vẽkr kiuug rasem 15 yʋʋm soabã, ZE 5 sayɛlã tẽns minisr nins sẽn get kʋdemdã yell sega taab Waogdgo, b seka yaa sẽn na n zind n bao soay la rabay sẽn na n sõng n zab ne nin-wẽensã. Seka kʋɩlẽs pakrẽ, Burkĩna Faso minisr ning sẽn get kʋdemdã yellã a Abdul Karim Sãango wilgame, tɩ pa sodaarã bal la d segd n tik n zab ne bɛɛbã ye, d segd n tika kʋdemdã, sẽn zãms tõnd yɛl ninsã wala waoog taabã, bas tɩ loogã. Yel bãmba me tõe n sõngame, tɩ d tõog zabrã.

Ze 5 sayɛlã minisr ramb tisg pʋgẽ b tika gom zug kãnga : « kʋdemdã sẽn tõe n sõng n koglgla a zab ne nin-wẽensã sayɛlã tẽns pʋse »

Tẽegre, Ze 5 sayɛlã tẽnse, sẽn yiid fãa, Burkĩna Faso, Nizɛɛr, la Mali, bee zuloees pʋgẽ sẽn kẽed ne nin-wẽnsã sẽn maand sãag buud toor-toore. Bãngdb sẽn yii tẽns a nu wã pʋgẽ ( Burkĩna Faso, Mali, Nizɛɛr, Moritani, la Kyad) n le paas tẽns  a taab wala Senegal, la Farẽns wa n na naaga rasma a tãaba tigsga. Tigsgã na n paga a kʋɩlẽns ne minisr dãmba sẽn na naag taab n maan nug tik kasẽnga.

Kibarã yii Ayɩbe

Burkina : Les valeurs culturelles peuvent vaincre les fondements de l’extrémisme violent, ministre Sango

Le ministre burkinabè en charge de la Culture Abdoul Karim Sango a assuré mercredi, que si  les valeurs culturelles sont promues et enseignées, les fondements idéologiques et culturels de l’extrémisme violent dans le Sahel seront vaincus.

«La réponse militaire est nécessaire mais ne saurait être la seule solution. Si les valeurs culturelles de références que sont notamment le respect, la tolérance, l’hospitalité sont promues et enseignées, nous réussirons à vaincre les fondements idéologiques et culturelles de l’extrémisme violent », a indiqué mercredi le ministre burkinabè de la Culture et des Arts Abdoul Karim Sango.

M.Sango s’exprimait mercredi à Ouagadougou, à l’ouverture d’une conférence des ministres en charge de la Culture du G5 Sahel, sur le thème : «Contribution de la culture à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent au Sahel».

En rappel, les pays membres du G5 Sahel, en particulier le Burkina Faso, le Mali et le Niger, subissent depuis quelques années des meurtrières attaques attribuées à des groupes terroristes et extrémistes.D’après Abdoul Karim Sango, le chef de l’Etat burkinabè, Roch Kaboré, président exercice du G5 Sahel, a souhaité que la question de l’extrémisme violent soit traitée selon une approche holistique qui intègre les questions de développement économique, social et culturel.

Des experts venus des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad), du Sénégal et de la France sont concernés par cette rencontre de trois jours.

Le clou des travaux sera la table ronde des ministres en charge de la Culture en vue de l’examen et l’adoption du projet de déclaration de Ouagadougou.

Source :Agence d’information du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *