« SICOTÃ » sẽn yaa lamdã tigs kaseng paka a kʋɩlens Kʋdgo

Yʋʋm vẽkr kiuug rasem  30 yʋʋm 2020 soabã,, Burkĩna Faso tẽnga taoor soab tɩ kõ sor tɩ b na n pak lamdã tigr a vuk a 2 n soabã « SICOTà» kʋɩlẽnse. Yaa rasma a 2 tõore, la Kʋdg tẽnga na n yɩɩ lamdã la sʋndã na-tẽnga, tɩ bala tigs kasens sẽn na n gom lamdã yell na n zinda be, n le paas lamdã teed bũud toor toor koosgo, la lamdã fut tig raaga. B sẽn tɩk gom zug ninga n na n maan tigsgã vuk a yiib soabã yaa : «  lamdã koob la a tal n tʋʋma : yaa bũmb sẽn yaa tõnd ninsabls tẽnsã arzɛk yidgr sore »

 Tʋʋmdã siglg taoor soaba a Bubakar Tarware, wilgame, tɩ tigsgã yaa bũmb sẽn na n sõng lam koadbã la neb nins sẽn tʋʋmd lamdã tʋʋma tɩ b pʋi taab yam dãmba, sẽn na yɩlẽ tɩ lamdã la a tal n tʋʋma yɩɩ vẽnega, a na n le yɩɩ wakat b sẽn na n yã lamdã sẽn tõe n tal n maan teed ninsa. B na n kell n goma zuloees nins sẽn be lamdã koob la a koosgã yelle. Tõnd ninsabls tẽns nins sẽn gomd Fãrendã pʋgẽ, yaa lamd sẽn na t’a toand milyõ koabg la zak la b kooda, la yaa toand 19 000 ba la b rik d n tʋʋm ne zing pʋgẽ, yaa rẽ tɩ Burkĩna Faso tẽnga taoor dãmb rat tɩ b tal lamdã n tʋʋm ne zing pʋgẽ .

Sã n yaa ne Perzidã Rok KABOORE, yaa tilae tɩ b lebg Burkĩna Fa               so lamdã n tala n tʋʋm ta naf ninbuidã. Yaa rẽ tɩ b pʋlem n na pak tʋʋm noy sẽn na n ges tõnd lamdã tal n tʋʋm yelle.

Kibarã yii Radyo Omega

SICOT 2020 : C’est parti la 2e édition du salon

La 2e édition du SICOT s’est ouvert jeudi à Koudougou en présence du chef de l’Etat Roch Kaboré avec pour thème « production et transformation du coton : moteur d’industrialisation et de croissance économique pour les états africains ». Durant 48 heures Koudougou sera la capitale coton et du textile. De nombreuses activités sont au menu dont des rencontres B to B, des expositions ventes et des défilés de mode pour magnifier le coton africain.

« Le salon se veut être une plate-forme d’échange et de réflexion qui réunira un certain nombre de professionnels de la chaine de valeur du coton autour des préoccupations et des opportunités de développement de la filière coton et textile », confie Aboubacar Traoré président du comité d’organisation.

Ce sera également une tribune de promotion et de valorisation du coton local, par la présentation des outils modernes de production, de conservation et de promotion de la transformation. Les questions de financement et de commercialisation y seront également débattues. Le faible taux de la transformation sur place du coton africain. En Afrique francophone dont la production estimée à 1, 103 millions de tonne de fibre, environ 19 000 tonnes soit moins de 2% font objet de transformation /consommation sur place. Ainsi les autorités du Burkina Faso veulent qu’une partie du coton burkinabè soit transformée sur place.

Pour Roch Kaboré, il est plus que nécessaire de passer à la transformation du coton burkinabè afin que le coton puisse aider tous les acteurs de la chaine de la production à la transformation. Dans cette lancée sont annoncées l’inauguration de l’usine d’égrainage du coton bio et la construction de quelques usines entrant dans la chaîne de transformation du coton local.

Source : Radio Oméga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *